La décision prise en fin de semaine dernière aux Pays-Bas d'attribuer certaines places européennes par l'entremise de tours finals a relancé chez nous le plan de réforme de compétition lancé par Robert Sterckx, le secrétaire général de la Ligue Pro, il y a un peu plus de deux ans. Ce projet différait du plan néerlandais (une poule pour le titre, une autre pour la descente et une troisième pour l'Intertoto) mais les représentants de...

La décision prise en fin de semaine dernière aux Pays-Bas d'attribuer certaines places européennes par l'entremise de tours finals a relancé chez nous le plan de réforme de compétition lancé par Robert Sterckx, le secrétaire général de la Ligue Pro, il y a un peu plus de deux ans. Ce projet différait du plan néerlandais (une poule pour le titre, une autre pour la descente et une troisième pour l'Intertoto) mais les représentants de la Ligue Pro comptent bien rencontrer leurs homologues hollandais afin de connaître les détails de la réforme avant de faire une proposition aux clubs. Ceux-ci ont des avis divergents : les grands sont pour, les clubs petits ou moyens émettent des réserves. Car aux Pays-Bas, le plan entrant en application la saison prochaine n'a pas fait que des heureux. La plupart des entraîneurs y sont opposés parce qu'il n'y aura plus de trêve hivernale et qu'il faudra se farcir un nombre de matches supplémentaires. Les autorités politique et policières néerlandaises voient également cette réforme d'un mauvais £il puisqu'elle va augmenter le nombre de matchs à haut risque. Réduction du nombre d'étrangers, une première réunion a eu lieu. Le groupe de travail mixte Ligue Pro/UB visant à limiter le nombre d'étrangers dans les clubs s'est réuni pour la première fois sous la présidence de Michel Preud'homme. Différents axes de travail ont été envisagés mais la priorité sera donnée à la formation des jeunes et surtout à leur protection. Le premier volet est du ressort des clubs et le second est davantage celui du législateur qu'il soit sportif ou de droit commun. La problématique suscite de l'intérêt un peu partout en Europe. L'Italie a mis une réglementation sur pied mais elle est illégale aux yeux de la commission européenne. L'Allemagne et les Pays-Bas planchent également sur le problème. Le salut pourrait cependant venir de l'UEFA. Lors de sa dernière réunion à Sofia en fin de semaine dernière, il fut proposé de limiter le noyau à 25 joueurs sous contrat. Sur la feuille d'arbitre, 8 joueurs sur 18 devraient être issus du centre de formation du club, sans qu'il soit question de nationalité. La proposition sera soumise à la conférence des présidents et secrétaires généraux en juillet prochain. (G. Lassoie)G.Lassoie