" Un deal historique ", a déclaré le commissionner de NBA, Adam Silver, après avoir signé le contrat avec MGM Resorts International, la société de Las Vegas qui investit en casinos, hôtels, resorts et divertissement et est désormais le partenaire exclusif de la NBA et de la WNBA.
...

" Un deal historique ", a déclaré le commissionner de NBA, Adam Silver, après avoir signé le contrat avec MGM Resorts International, la société de Las Vegas qui investit en casinos, hôtels, resorts et divertissement et est désormais le partenaire exclusif de la NBA et de la WNBA. Il y a trois mois, les neuf juges de la Haute Cour fédérale ont décrété que le Professional and Amateur Sports Protection Act de 1992, qui stipulait qu'on ne pouvait effectuer de paris sportifs légaux qu'au Nevada, était en contradiction avec la constitution. En juin, des bureaux de paris ont ouvert leurs portes au Delaware et au New Jersey et, récemment, certains casinos du Mississipi ont accepté les premiers paris. La NBA a alors commencé à faire du lobbying, imitée par le PGA Tour (golf), pour récupérer un pourcentage des mises sur les matches des différents états. Confrontée au refus de tous ces états, la NBA s'est rapprochée de MGM. Silver : " Nous estimons avoir droit à une compensation mais nous n'avions pas envie de nous lancer dans une longue bataille procédurière. Nous avons donc cherché une autre manière de monnayer la valeur de notre compétition, qui est une propriété intellectuelle. " Le changement de cap est surprenant car la NBA s'oppose depuis des décennies aux paris sur les matches de basket. Quand l'état du New Jersey a voulu légaliser les paris sportifs, la NBA s'est tournée vers la Cour suprême. Avec le résultat qu'on sait. Le contrat, conclu pour trois ans, vaut quelque 22 millions. Une bagatelle mais la NBA voit surtout en MGM un partenaire utile pour promouvoir les direct data feed. En Grande-Bretagne, on parie davantage en cours de match qu'avant. Si la NBA veut suivre le même chemin, elle a besoin de statistiques et d'analyses correctes. Qui coûteront très cher.