Avec les retours en Belgique de GrégoryDufer et SteveDugardein, et si l'on considère que le jeune KevinMirallas n'entre pas encore en considération pour un poste de titulaire régulier à Lille, il ne reste plus qu'un joueur belge en Ligue 1 française : LuigiPieroni. Le meilleur buteur du championnat de Belgique 2003-2004, que GuyRoux avait transféré de Mouscron il y a un an mais qui l'avait peu fait jouer la saison dernière malgré une moyenne de buts appréciable par rapport au temps de jeu, entame une deuxième saison dans l'Hexagone fort de l'expérience accumulée l'an passé mais aussi revigoré par l'arrivée d'un nouveau coach et par la perspective d'un nouveau système de jeu qui devrait lui être favorable. Le 4-4-2 préconisé par JacquesSantini, en effet, deux postes à pourvoir en pointe au lieu d'un seul dans le 4-5-1 instauré par GuyRoux la saison dernière : c'est mathématique. Du coup, Lou a déjà clamé bien haut qu'il visait une place de titulaire.
...

Avec les retours en Belgique de GrégoryDufer et SteveDugardein, et si l'on considère que le jeune KevinMirallas n'entre pas encore en considération pour un poste de titulaire régulier à Lille, il ne reste plus qu'un joueur belge en Ligue 1 française : LuigiPieroni. Le meilleur buteur du championnat de Belgique 2003-2004, que GuyRoux avait transféré de Mouscron il y a un an mais qui l'avait peu fait jouer la saison dernière malgré une moyenne de buts appréciable par rapport au temps de jeu, entame une deuxième saison dans l'Hexagone fort de l'expérience accumulée l'an passé mais aussi revigoré par l'arrivée d'un nouveau coach et par la perspective d'un nouveau système de jeu qui devrait lui être favorable. Le 4-4-2 préconisé par JacquesSantini, en effet, deux postes à pourvoir en pointe au lieu d'un seul dans le 4-5-1 instauré par GuyRoux la saison dernière : c'est mathématique. Du coup, Lou a déjà clamé bien haut qu'il visait une place de titulaire. " Effectivement, je m'estime prêt à franchir un palier ", confirme-t-il. " Il n'y a pas que le changement de système qui m'incite à l'optimisme. J'ai aussi une saison de championnat de France dans les jambes. Je ne pars plus dans l'inconnu, j'ai acquis un certain bagage et je suis désormais habitué au rythme plus élevé de la compétition. Ma période d'adaptation est révolue et je me considère mieux armé que l'an passé ". Le stage en Suisse, par lequel la préparation a été entamée, s'est bien passé : " Il s'est aussi passé très vite, preuve que j'ai pris du plaisir et que je n'ai plus traîné la jambe comme ce fut parfois le cas l'an passé. Sous la direction de Guy Roux, j'avoue que j'avais souffert pendant la période de préparation, mais cette année, j'ai suivi le rythme sans problème ". Le Liégeois ne traîne plus l'excédent de poids que lui reprochait régulièrement son ancien entraîneur. Il n'a pas encore dû entendre, de la bouche de Jacques Santini, qu'il avait des kilos à perdre : " Et pour cause : je suis affûté. Il n'y a plus aucune raison de me faire ce genre de remarque ". Les méthodes d'entraînement, aussi, ont changé : " Guy Roux et Jacques Santini sont issus de deux écoles différentes, c'est flagrant. Ils appartiennent aussi à deux générations d'entraîneurs différentes, et cela se note. On ne va plus courir en forêt tous les matins, par exemple. La préparation est plus progressive et l'accent est davantage mis sur la tactique. Santini s'efforce aussi de varier les plaisirs, afin de rendre les efforts plus faciles à digérer. On s'est, par exemple, adonné à une séance de rafting durant un après-midi. Cela change les idées et cela façonne le groupe. Cette façon de travailler a l'air de plaire à tout le monde. L'ambiance est très bonne. Santini se veut proche des joueurs, mais d'une autre manière que Roux. Il est à l'écoute de nos petits soucis, et est prêt à tenir compte de nos éventuelles remarques concernant la tactique et les exercices, mais il ne se comporte pas de façon paternaliste et ne se mêle pas de nos problèmes privés ". La saison dernière, Luigi Pieroni avait inscrit 13 buts : six en championnat, trois en Coupe de l'UEFA, deux en Coupe de la Ligue et deux en Coupe de France. Un total appréciable si l'on tient compte du nombre restreint de minutes jouées. Cette saison, il se fait fort d'améliorer ce rendement : " Je ne me suis pas vraiment fixé d'objectif en matière d'efficacité devant le but. Par contre : devenir titulaire, cela oui, c'est un objectif que je me suis fixé ". Malgré un contexte à priori plus favorable, la partie n'est pourtant pas gagnée d'avance. " Le système, certes, me convient. Au-delà du fait qu'il augmente mes chances de titularisation, je préfère avoir quelqu'un à mes côtés que de courir seul en pointe. Mais même en 4-4-2, il y aura toujours de la concurrence. En principe, on sera quatre pour deux places et les meilleurs joueront ". Pourtant, notre compatriote a la cote. Si l'on en croit les réactions sur le Forum du club, les supporters souhaiteraient vivement le voir en pointe aux côtés de MwaruwariBenjani. Les messages affluent à l'intention de Jacques Santini. Du style : " Hé Jacquot, tu sais qu'ils peuvent jouer ensemble, ces deux-là ?". Ou encore : " Pieroni doit jouer, sinon il va partir ". Visiblement, on l'aime bien dans l'Yonne, notre Lou. A-t-il vraiment envisagé de partir ? " En tout cas je n'avais pas envie de vivre une deuxième saison comme la dernière. Si la situation avait perduré j'aurais probablement envisagé d'autres possibilités. Mais à partir du moment où il y a un nouvel entraîneur et un autre système de jeu, il n'y a plus de raison de changer ". Pendant les premiers matches amicaux, en tout cas, il était titulaire. Mais il faut dire que Benjani s'est fait tirer l'oreille pour revenir. Attendu le 4 juillet, il n'était toujours pas rentré la semaine dernière. Il n'y a pas que chez nous que les joueurs africains ont tendance à rester traîner au pays à la fin des vacances. Questionné sur le sujet, Santini a répondu avec humour. " Où est Benjani ? Il est bloqué par la neige au Zimbabwe ! La planète se réchauffe, sauf là ". Quant à savoir si ce retard aura des conséquences sur son statut dans l'équipe, il se montre diplomate : " On verra. Wait and see... " En fait, cette bouderie aurait d'autres raisons : l'attaquant zimbabwéen se serait mis en tête de rallier Lyon. Ce qui ouvrirait encore plus grande la porte vers une titularisation de Pieroni. Pourtant, celui-ci ne table pas nécessairement là-dessus : " On a prouvé, la saison dernière, qu'on pouvait fonctionner ensemble, Benjani et moi. Notre complémentarité a déjà été démontrée ". Si Luigi Pieroni entame une nouvelle saison plein d'espoirs, c'est carrément une nouvelle ère qu'entame l'AJ Auxerre. Guy Roux s'était, certes, déjà accordé une année sabbatique il y a quelque temps, mais c'est la première fois en 42 ans que le club bourguignon devra définitivement se débrouiller sans son mentor fétiche. Son ombre plane-t-elle encore sur le stade de l'Abbé Deschamps ? " Je n'en ai pas l'impression ", poursuit Pieroni. " Etonnamment, le nom de Guy Roux revient rarement dans les conversations. Notre ancien entraîneur se fait discret. Il évite de se mêler de la gestion du groupe professionnel, afin de ne pas perturber le travail de Santini ". Mais il est toujours là. " Effectivement. Pour cela, il n'y a pas de soucis à se faire : il ne partira pas de sitôt, il est trop bien ici. Il s'occupe surtout du centre de formation, il guide les jeunes ". En tout cas, c'est un grand nom qui a été choisi pour succéder à ce monument. Jacques Santini, ancien joueur du Saint-Etienne de la grande époque, fut directeur technique de Lyon (1997 à 2000) puis entraîneur de ce club (2000 à 2002, avec un premier titre de champion en 2002), et sélectionneur de l'équipe de France (2002 à 2004), qu'il a quittée après l'Euro 2004 pour rejoindre Tottenham, mais il n'a tenu que quelques mois en Angleterre (de juillet à novembre). Un fameux palmarès. Il fallait bien cela pour succéder à Guy Roux. Pourtant, lui aussi devra trouver ses marques à Auxerre aussi. " Je viens à peine d'arriver et je n'ai pas encore pris complètement mes habitudes ici ", reconnaît-il. Luigi Pieroni n'est pas mécontent d'accueillir un nouveau mentor. Pourtant, s'il est à Auxerre aujourd'hui, c'est grâce à Guy Roux. Et s'il a peu joué lors de sa première saison à l'Abbé-Deschamps, ce n'était pas anormal : l'emblématique entraîneur bourguignon avait l'habitude de faire mûrir ses jeunes attaquants en réserve de la République pendant une saison avant de les lancer dans le grand bain. " Effectivement, DjibrilCissé lui-même avait connu ce sort-là ", concède Pieroni. " C'est sur base de cette donnée que je m'étais engagé. Je me disais que, tôt ou tard, je recevrais ma chance, comme d'autres l'avaient reçue avant moi. Il affirmait, s'il me maintenait sur le banc, c'était pour me protéger. Malgré tout, cette situation n'est pas facile à vivre. Lorsqu'on assiste aux rencontres depuis le petit banc, on se sent parfois des fourmis dans les jambes ". Pieroni reconnaît toutefois que Guy Roux lui a beaucoup apporté. " Je lui dois beaucoup, c'est sûr. Il m'a affiné à tous les niveaux : physiquement je suis désormais au point, techniquement j'ai énormément progressé et tactiquement j'ai étoffé mon registre en découvrant d'autres systèmes comme le 4-5-1, même si j'en ai souvent fait les frais ". Si l'entraîneur a changé, l'effectif auxerrois est en revanche resté relativement stable par rapport à la saison dernière. BonventureKalou est pari au Paris Saint-Germain et TeemuTainio, en fin de contrat, est allé tenter sa chance à Tottenham. En contrepartie, sont arrivés le milieu de terrain offensif danois ThomasKahlenberg en provenance de Bröndby et le défenseur central guinéen OmarKaalabane, en provenance de l'Etoile du Sahel en Tunisie. Le président Jean- ClaudeHamel a annoncé l'intention d'engager un attaquant supplémentaire. " Cela ne m'inquiète pas ", affirme Pieroni. " Actuellement, on est un peu justes dans le secteur offensif. Pour l'instant, nous ne sommes que trois devant : le jeune RomainPoyet, Benjani et moi-même... pour autant que Benjani reste au club, ce qui n'est pas encore acquis ". Jacques Santini avait, la semaine dernière, des nouvelles fraîches : " La neige a fondu ", annonça-t-il. " Par contre, personne n'a trouvé le système pour faire sortir le train d'atterrissage de l'avion ". Plus sérieusement, l'ancien sélectionneur de l'équipe de France a annoncé qu'il voulait engager un joueur de gros calibre. " La vente de Kalou au PSG a rapporté 8,5 millions d'euros et on m'a promis que la plus grosse partie de cette somme serait réinvestie dans l'acquisition de renforts. Alors, effectivement, j'attends une grosse pointure ". Pour l'heure, les soucis de Jacques Santini se situent surtout en défense : le défenseur tchèque RenéBolf souffre du dos et StéphaneGrichting a été opéré à la cheville. Quelles seront les ambitions d'Auxerre cette saison ? " L'entraîneur ne s'est pas encore véritablement entretenu des objectifs avec le groupe ", explique Pieroni. " Je pense qu'il attend de voir à quoi ressemblera son noyau au complet pour pouvoir situer exactement les ambitions. Mais, comme Guy Roux, il visera sans doute une place parmi les six premiers, afin de pouvoir participer à la Coupe de l'UEFA. Pour ma part, j'espère aller le plus loin possible en Coupe de l'UEFA. Atteindre les quarts de finale, par exemple, ce serait bien. J'espère aussi disputer la finale de la Coupe de France... que j'ai loupée l'an passé. Cela m'a laissé un petit goût amer. C'est dommage de louper un événement pareil, car ce n'est pas tous les jours que l'on a l'occasion de fouler la pelouse du stade de France et encore moins d'y triompher ". Ce soir-là, Luigi Pieroni était réquisitionné par AiméAnthuenis pour le déplacement à Belgrade... où il n'a joué que trois minutes. " Et où, surtout, les Diables Rouges n'ont pas réussi à empocher trois points. C'est cela, le pire ". En championnat de France, Lyon, champion quatre fois d'affilée, partira encore avec les faveurs du pronostic. " A priori, oui. Mais je n'ai pas tellement fait attention aux bouleversements qui ont touché les autres équipes. Je trouve d'ailleurs que le marché des transferts a été assez calme cette année. Beaucoup plus que l'an passé, en tout cas ". Auxerre retrouvera déjà Lyon ce soir, pour le Trophée des Champions. C'est ainsi qu'en France, on appelle la Supercoupe qui oppose le champion au vainqueur de la Coupe. " Ce sera un bon test. Je trouve que l'on n'a pas affronté beaucoup de grosses équipes en période de préparation, si bien que l'on ne sait pas très bien où l'on se situe ". Pas de grosses équipes ? Tout est relatif. Avant d'affronter La Louvière, vendredi passé à Chalons-en-Champagne contre laquelle il a marqué un but, Auxerre avait tout de même défié Yverdon (2-1), Bröndby (2-1), Shakhtar Donetsk (1-1), Dynamo Zagreb (1-1) et Slavia Prague (0-0). " Je me réserve pour les matches officiels" , rigole-t-il. " Dommage que le match amical à Mouscron ait été annulé, pour je ne sais quelle raison ", regrette Pieroni. J'aurais bien aimé rejouer au Canonnier. J'espère que ce n'est que partie remise. Les premiers matches que j'ai disputés laissent, en tout cas, entrevoir de belles perspectives ". Pour aborder un championnat de France qui s'annonce, une fois de plus, très ouvert. " Le niveau est plus élevé que celui du championnat de Belgique, je ne vous apprends rien. Vu des tribunes, on a parfois l'impression que l'on évolue sur un faux rythme. Mais, lorsqu'on est sur le terrain, on se rend compte que cela va très vite ". Daniel Devos" Vu des tribunes, on a parfois L'IMPRESSION D'UN FAUX RYTHME. Mais sur le terrain, ça va très vite " " Guy Roux et Jacques Santini sont issus de deux écoles différentes, C'EST FLAGRANT "