Après avoir lutté pour le titre deux saisons de suite, Zulte Waregem veut se profiler davantage comme club formateur tout en se qualifiant pour les PO1. Ce ne sera pas aisé, avec une équipe fortement rajeunie.
...

Après avoir lutté pour le titre deux saisons de suite, Zulte Waregem veut se profiler davantage comme club formateur tout en se qualifiant pour les PO1. Ce ne sera pas aisé, avec une équipe fortement rajeunie. Quand, le 28 juillet, après ses vacances, Bossut rejoindra le groupe, il sera sûr de sa place dans le but. Dury pense que son gardien a beaucoup appris au Brésil et qu'il va s'ériger en leader. Bruzzese a prouvé qu'il était une alternative valable pendant la campagne de Coupe. Bostyn est le numéro trois et Crimi sera sans douté loué une nouvelle fois. Zulte perd en De fauw son capitaine et son pilier à l'arrière droit mais le vif et technique Cissako (19 ans), loué par Monaco, a comblé ce vide avec verve pendant la préparation. Il sera doublé par le joueur belgo-turc Isçi (18 ans). Dury peut encore compter sur le duo central chevronné D'Haene-Colpaert, qui peut être remplacé par Mendy (19 ans) et le talentueux Portugais Ferreira (21 ans), issu de Porto. L'arrière gauche Verboom est confronté à la concurrence de Paye. Godeau, qui avait déjà peu joué la saison passée, peut partir. L'Essevee a peut-être perdu les deux joueurs les plus importants de la saison passée : Hazard, la plaque tournante offensive de l'équipe, impliqué dans 65 % des buts, et Kums, l'homme de liaison entre attaque et défense, un poste crucial dans le système de Dury. Loué à Malines, Trajkovski (21 ans) est revenu plus mature et peut constituer une option pour remplacer Hazard au numéro dix mais encore faut-il qu'il conserve son niveau toute la saison. Aneke (21 ans), un peu lent, est une alternative. Il vient d'Arsenal et il est capable de renverser des matches fermés par sa puissance et son sens du but. Waregem avait besoin depuis longtemps d'un joueur comme lui. Conte a déjà postulé pour une position centrale mais l'entraîneur le préfère sur le flanc droit, avec Caceres en alternative. Comme Bongonda (18 ans) a gagné ses galons de titulaire l'année passée à gauche, Dury espère qu'Olinga (18 ans, au Mondial avec le Cameroun) montre aussi son talent et que Kylian (18 ans) devienne un nouveau Hazard, certes un peu moins doué. Naessens, en fin de contrat en juin, va sans doute partir. Pour remplacer Kums, le club a recruté Ekangamene (20 ans) à Manchester United mais le Belgo-Congolais accuse un gros retard de préparation. Dury veut donc encore un médian axial doté d'un bon passing, en complément de Skulason ou de N'Diaye au six. Ces deux hommes ont formé son duo médian central pendant la préparation mais ils évoluent dans le même registre : travailleurs, ils récupèrent plus qu'ils ne construisent. Suite aux blessures de Leye et au départ d'Habibou, Sylla s'est épanoui après la trêve, marquant neuf buts. Le Guinéen subit la concurrence de Plet, qui a prouvé à Genk comme réserve et la saison précédente à Hapoel Beer Sheva (respectivement 10 et 13 buts) qu'avec son 1m94, il possédait un fameux gabarit mais aussi une bonne technique, le sens du but et de la vista. Dury veut pourtant un avant de plus car JonathanBenteke (19 ans), encore un frère de, semble trop vert. Dury l'a souvent répété : il n'a encore jamais vu autant de jeunes talents que cet été. Reste à voir si ces jeunes possèdent assez de qualités et de métier pour pallier le départ de De fauw, Hazard et Kums à court terme et pour atteindre les PO1 tant convoités. Le difficile début de championnat sera crucial. Zulte affronte successivement Courtrai, Lokeren, le Club et Gand, tout en devant sans doute disputer d'autres tours préliminaires sur la scène européenne. Intégrer tous ces nouveaux venus et initier rapidement des automatismes est tout sauf évident, compte tenu du programme. C'est apparu pendant la trop courte préparation : Dury a bien dû constater que son équipe n'était pas encore prête. Il se fait toutefois fort qu'elle le soit en août. Pour autant que Sylla et le très convoité Conte ne s'en aillent pas. PAR JONAS CRETEUR