J'dois vous avouer que cette fois-ci, je me suis un peu moins réjoui. Le plaisir de vous dire est un peu mis en veilleuse par l'envie de me taire. Parler de foot dans de telles circonstances... On s'en tape un peu non ? Et puis y a l'autre trajectoire de tir au premier poteau, qui veut que justement, puisque ça ne joue plus, faut plus que jamais, en parler.

Surtout qu'il y a encore de belles histoires. Comme celle des supporters du FC Liège qui organisent des ventes de maillots d'anciens joueurs pour récolter 35.000 euros afin d'offrir un respirateur à l'hôpital du coin. Génial. Surtout qu'ils vont y parvenir. Une fois de plus l'exemple vient des tribunes.

Des tribunes des stades, hein, pas celle du Parlement, qu'il soit belge ou européen, hein. Parce que franchement, c'est pas aux citoyens d'encore aller à la poche, non ? On rappellera, en passant, que l'année dernière, il y a eu 172 milliards (oui, oui milliards) d'euros d'évasion fiscale en Belgique.

Qu'ajouter ? Rien, sinon que la générosité citoyenne devra se faire acuité quand cette crise sera finie. On sera là pour y veiller. Tiens, puisqu'on parlait de crise, même ceux qui ne la connaissaient jamais vont peut-être la connaître. Nos pauvres petits agents de joueurs, et par extension, quelques dirigeants de clubs " associés ". On estime que les sommes cumulées des transferts des cinq grands championnats européens vont diminuer de près de 30% à cause du coronavirus. Y aura plus que 23 milliards qui passeront de comptes en comptes cet été.

En guise d'exemple, ce pauvre Paul Pogba voit sa valeur passer de 65 à 35 millions d'euros. Quasi 50% de moins. Faut dire ça fait des mois qu'il préparait son EURO en se " soignant ". À chacun ses priorités...

La preuve que le foot c'est aussi plein de belles histoires. Parfois complètement barges. Comme celle qui s'est passée fin octobre en Division 2 allemande. Bon, ça concerne le VAR et, de nouveau, ça va mettre en avant son côté... Comment dire ? " Crétinolesque ", tendance rentre chez toi et ferme là.

Kiel reçoit Bochum. Un joueur de Bochum tire au but. Un réserviste de Kiel s'échauffe à côté du but. Le ballon vient vers lui, il le rend (du pied) à son gardien. Précision, à ce moment du match, son équipe mène. Et là, intervention du VAR, les mecs sont en train de vérifier si le pied du remplaçant n'était pas sur le terrain quand il a rendu le ballon. Bingo ! Son pied était sur le terrain de trois centimètres. Donc, péno pour l'adversaire et carte jaune pour Erberwein. C'est le nom du joueur. Le plus drôle de l'histoire, c'est que c'était le premier ballon touché en match de championnat par Erberwein. Transféré durant l'été précédent, il n'a pas encore joué une seule minute. Le péno a été marqué mais, à la fin, Kiel a quand même gagné.

Les sommes cumulées des transferts du Big 5 européens devraient diminuer de 30% à cause du coronavirus.

Tant que le foot peut nous offrir des histoires pareilles, tout n'est pas perdu. Surtout qu'il y a encore celle-ci. Il y a bien longtemps, le Real Valladolid voit tous ses défenseurs centraux se blesser. N'en reste plus qu'un. Le coach ne veut pas changer son système. Faut trouver un deuxième. Ce sera pas un jeune ou un milieu de terrain. Non. Ce sera Oscar Wirth, son... troisième gardien ! Le coach s'explique : " Comme j'ai trois gardiens, Oscar joue souvent dans le jeu à l'entraînement. Je l'ai toujours trouvé bon dans les duels. Et il est grand ! " Un peu court comme argument, mais gagnant. Valladolid s'imposera à Séville. Ce sera leur première victoire en déplacement depuis... sept mois.

Bon, finalement le foot on l'aime et on en redemande.

J'dois vous avouer que cette fois-ci, je me suis un peu moins réjoui. Le plaisir de vous dire est un peu mis en veilleuse par l'envie de me taire. Parler de foot dans de telles circonstances... On s'en tape un peu non ? Et puis y a l'autre trajectoire de tir au premier poteau, qui veut que justement, puisque ça ne joue plus, faut plus que jamais, en parler. Surtout qu'il y a encore de belles histoires. Comme celle des supporters du FC Liège qui organisent des ventes de maillots d'anciens joueurs pour récolter 35.000 euros afin d'offrir un respirateur à l'hôpital du coin. Génial. Surtout qu'ils vont y parvenir. Une fois de plus l'exemple vient des tribunes. Des tribunes des stades, hein, pas celle du Parlement, qu'il soit belge ou européen, hein. Parce que franchement, c'est pas aux citoyens d'encore aller à la poche, non ? On rappellera, en passant, que l'année dernière, il y a eu 172 milliards (oui, oui milliards) d'euros d'évasion fiscale en Belgique. Qu'ajouter ? Rien, sinon que la générosité citoyenne devra se faire acuité quand cette crise sera finie. On sera là pour y veiller. Tiens, puisqu'on parlait de crise, même ceux qui ne la connaissaient jamais vont peut-être la connaître. Nos pauvres petits agents de joueurs, et par extension, quelques dirigeants de clubs " associés ". On estime que les sommes cumulées des transferts des cinq grands championnats européens vont diminuer de près de 30% à cause du coronavirus. Y aura plus que 23 milliards qui passeront de comptes en comptes cet été. En guise d'exemple, ce pauvre Paul Pogba voit sa valeur passer de 65 à 35 millions d'euros. Quasi 50% de moins. Faut dire ça fait des mois qu'il préparait son EURO en se " soignant ". À chacun ses priorités... La preuve que le foot c'est aussi plein de belles histoires. Parfois complètement barges. Comme celle qui s'est passée fin octobre en Division 2 allemande. Bon, ça concerne le VAR et, de nouveau, ça va mettre en avant son côté... Comment dire ? " Crétinolesque ", tendance rentre chez toi et ferme là. Kiel reçoit Bochum. Un joueur de Bochum tire au but. Un réserviste de Kiel s'échauffe à côté du but. Le ballon vient vers lui, il le rend (du pied) à son gardien. Précision, à ce moment du match, son équipe mène. Et là, intervention du VAR, les mecs sont en train de vérifier si le pied du remplaçant n'était pas sur le terrain quand il a rendu le ballon. Bingo ! Son pied était sur le terrain de trois centimètres. Donc, péno pour l'adversaire et carte jaune pour Erberwein. C'est le nom du joueur. Le plus drôle de l'histoire, c'est que c'était le premier ballon touché en match de championnat par Erberwein. Transféré durant l'été précédent, il n'a pas encore joué une seule minute. Le péno a été marqué mais, à la fin, Kiel a quand même gagné. Tant que le foot peut nous offrir des histoires pareilles, tout n'est pas perdu. Surtout qu'il y a encore celle-ci. Il y a bien longtemps, le Real Valladolid voit tous ses défenseurs centraux se blesser. N'en reste plus qu'un. Le coach ne veut pas changer son système. Faut trouver un deuxième. Ce sera pas un jeune ou un milieu de terrain. Non. Ce sera Oscar Wirth, son... troisième gardien ! Le coach s'explique : " Comme j'ai trois gardiens, Oscar joue souvent dans le jeu à l'entraînement. Je l'ai toujours trouvé bon dans les duels. Et il est grand ! " Un peu court comme argument, mais gagnant. Valladolid s'imposera à Séville. Ce sera leur première victoire en déplacement depuis... sept mois. Bon, finalement le foot on l'aime et on en redemande.