SES MEILLEURS MOMENTS

1 " Ma victoire d'étape, en 1987. Herman Frison (le directeur sportif actuel de Lotto-Soudal, ndlr) s'était imposé le matin mais il ne roulait pas encore pour Lotto. L'après-midi, on passait d'Allemagne en France et le début d'étape était assez dur. Comme je l'avais prévu, le peloton a éclaté et, comme je ne représentais aucun danger au classement, je savais qu'on me laisserait plus de liberté. J'ai pris quatre minutes d'avance et les équipes des sprinters ont mis du temps à s'organiser. Elles sont arrivées treize secondes trop tard à Strasbourg. C'était aussi la première victoire d'étape de Lotto au Tour. J'ai parcouru 60 km en solitaire. "
...

1 " Ma victoire d'étape, en 1987. Herman Frison (le directeur sportif actuel de Lotto-Soudal, ndlr) s'était imposé le matin mais il ne roulait pas encore pour Lotto. L'après-midi, on passait d'Allemagne en France et le début d'étape était assez dur. Comme je l'avais prévu, le peloton a éclaté et, comme je ne représentais aucun danger au classement, je savais qu'on me laisserait plus de liberté. J'ai pris quatre minutes d'avance et les équipes des sprinters ont mis du temps à s'organiser. Elles sont arrivées treize secondes trop tard à Strasbourg. C'était aussi la première victoire d'étape de Lotto au Tour. J'ai parcouru 60 km en solitaire. " 2 " Le maillot jaune de Philippe Gilbert au terme de la première étape en 2011. Philippe était alors champion de Belgique. Quel bonheur d'entamer un Tour de la sorte ! " 3 " La troisième victoire d'étape d'André Greipel en 2012, au Cap d'Agde. Il faisait partie d'un groupe de trente coureurs et il restait une petite ascension. Deux coureurs se sont échappés et nous avons dû aller les rechercher, de telle sorte que nous n'avions plus personne pour emmener le sprint. Jurgen Van Den Broeck est alors parti de loin et Wiggins a été obligé de faire pareil pour Boasson Hagen. C'était le troisième bouquet d'André mais il m'a fait plaisir car l'équipe s'est battue pour qu'on arrive au sprint alors que Greipel avait de toute façon franchi la difficulté. Et puis, c'était un beau duel de prestige avec le train de l'équipe Sky. " 1 " Le Tour 1995. Le contre-la-montre par équipes (dont Lotto a terminé dernier, ndlr) avait lieu le quatrième jour. Je souffrais du dos. Le lendemain, je n'ai pas pris le départ. De retour chez moi, j'ai assisté à la chute de Wilfried Nelissen, un de nos espoirs pour une victoire d'étape. Cinq jours plus tard, quatre coureurs arrivaient hors délais. Il n'en restait plus que deux. Je me sentais coupable. Je ne suis plus retourné au Tour par la suite, ce n'était pas une course pour moi. " 2 " La chute de Van Den Broeck, en 2011. Une immense déception. Jamais Jurgen n'avait été aussi fort qu'à l'époque. J'étais convaincu qu'il pouvait monter sur le podium. On avait une excellente équipe et on livrait un très bon Tour : Gilbert avait remporté la première étape et on en a encore remporté deux autres avec Greipel et Vanendert. Puis vint cette chute collective dans une descente (dans le Massif central, ndlr). Jurgen est remonté très vite sur son vélo mais, un peu plus loin, il a chuté à nouveau. Il voulait continuer mais ce n'était pas possible. Un moment dramatique. " 3 " Le Tour 2008, qui n'aurait pas dû échapper à Cadel Evans. Encore une grosse déception car nous étions convaincus que le long contre-la-montre de l'avant-dernière journée allait lui permettre de prendre le maillot jaune à Carlos Sastre. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu (malgré un vélo supersonique Ridley Dean à un million d'euros, Evans loupait la première place pour 58 secondes, ndlr). Cadel dit qu'il n'a pas été mauvais mais Sastre a mieux roulé que nous le pensions. Au fil des kilomètres, Cadel a compris qu'il n'y arriverait pas et ses jambes n'ont plus suivi. Et dire que tout était prêt pour la fête. On l'a quand même faite mais le coeur n'y était pas. " Marc Sergeant (55) en est à son dix-septième Tour de France au service de la Loterie Nationale, dont quatre en tant que coureur : 1985, 1986, 1987 et 1995. Revenu en 2003 au poste de directeur sportif, il est aujourd'hui team manager.