La crise financière et économique va-t-elle toucher le foot ? En France, on commence à se poser la question sans véritablement trouver de réponses. Certains estiment que comme tout pan de l'économie, le football va devoir se serrer la ceinture. Sochaux, qui dépend encore fortement de Peugeot, a déjà prévu un plan d'austérité. En décembre, les joueurs se sont rendus à l'usine qui jouxte le centre d'entraînement de Bonal pour manifester leur solidarité avec les ouvriers, mis en chômage technique. Le club a, quant à lui, décidé de baisser son budget, de l'équilibrer aux alentours de 42 millions d'euros et de se tourner vers son centre de formation.
...

La crise financière et économique va-t-elle toucher le foot ? En France, on commence à se poser la question sans véritablement trouver de réponses. Certains estiment que comme tout pan de l'économie, le football va devoir se serrer la ceinture. Sochaux, qui dépend encore fortement de Peugeot, a déjà prévu un plan d'austérité. En décembre, les joueurs se sont rendus à l'usine qui jouxte le centre d'entraînement de Bonal pour manifester leur solidarité avec les ouvriers, mis en chômage technique. Le club a, quant à lui, décidé de baisser son budget, de l'équilibrer aux alentours de 42 millions d'euros et de se tourner vers son centre de formation. D'autres clubs comme Nantes pensent à une ouverture de capital pour faire face aux bourrasques. Enfin, Lyon et Nice (contrairement au Mans et à Lille) ont remis aux calendes grecques leur projet de nouveau stade. A l'OL, les produits dérivés (-34 %) se vendent nettement moins bien (les gens commencent à faire attention) et l'action a chuté de 59 % en un an. " Sur le premier semestre, on n'est pas impacté par la crise en ce qui concerne les abonnements et la billetterie ", expliquait Thierry Sauvage, directeur général de Lyon dans So Foot. " Aucun impact, non plus, sur le sponsoring et seule la vente des produits dérivés est en baisse. " Positive attitude, même si le groupe Accor mettra un terme à son sponsoring maillot en fin d'année. D'autres estiment que la crise permettra au foot français de refaire son retard. Les clubs de Ligue 1 sont sains grâce au contrôle de la DNCG qui permet d'avoir une maîtrise des finances des clubs. " L'endettement de nos clubs est faible et il faut ajouter que les comptes d'exploitation sont positifs ", a affirmé Frédéric Thiriez, le président de la Ligue. " La crise peut avoir un impact sur la fréquentation des stades et certains soulignent d'ailleurs un léger tassement (-4 %) mais je pense que c'est davantage la descente de Lens, Strasbourg et Metz, qui ont de meilleures affluences que les promus Grenoble, Le Havre et Nantes, qui explique ce tassement. De plus, les droits TV sont garantis pour quatre ans. " La France voudrait imposer à l'Europe le modèle de la DNCG, ce que certains ministres européens ont refusé. Une autre idée française fait surface : une limitation des salaires des joueurs. LA FRANCE, qui nourrissait certaines craintes, a battu la Lituanie (0-1 par FranckRibéry) avec la titularisation surprise de Peguy Luyindula, appelé en semaine en renfort, et de Sébastien Squillaci, le défenseur de Séville, en lieu et place de Philippe Méxès. JérémyToulalan, le médian lyonnais, est suspendu pour le match de ce mercredi. JIMMY BRIAND, l'attaquant de Rennes, s'est occasionné une lourde blessure en équipe de France. Il souffre d'une rupture des ligaments croisés du genou gauche et est out pour le reste de la saison. KADER MANGANE, le défenseur de Rennes, qui avait tacklé sévèrement Yohann Lacourt a été suspendu par la Ligue deux mois, soit 10 matches. CLAUDE MAKELELE, le médian du PSG, a annoncé au journal AS qu'il arrêterait en fin de saison avant d'infirmer. Par ailleurs, le club parisien devra se passer de Sylvain Armand, absent de 4 à 6 semaines. EMIL LYNG, le jeune attaquant danois de Lille, a été victime d'une rupture des ligaments croisés. Par ailleurs, un autre attaquant, Nicolas Fauvergue, a été mis à pied quelques jours pour avoir tenu des propos déplacés envers le staff technique. L'OM devra jouer un match à huis clos après des jets de fumigène contre Nantes. LOIC PERRIN, le défenseur de Saint-Etienne, a été mis au repos jusqu'en fin de saison pour soigner sa cuisse. STÉPHANE VANDE VELDE