Accrochez-vous les méninges, aujourd'hui je fume en cogitant sport, faudra peut-être lire deux fois ! Le sport... On le pratique, on le regarde, on combine les deux. Ça fait une quarantaine d'années que je combine, avec du plaisir souvent mais pas toujours, avec des scrupules pas souvent mais parfois ! Pas toujours du plaisir parce que je peux subir des flashes où la pratique compétitive m'apparaît souverainement débile, parce qu'un spectacle sportif peut s'avérer morne à mourir. Et parfois des scrupules parce que mon compte à rebours a commencé, et que je vois rappliquer l'âge où le temps se taillera plus vite que Ben Johnson au volant d'une Ferrari dopée.
...

Accrochez-vous les méninges, aujourd'hui je fume en cogitant sport, faudra peut-être lire deux fois ! Le sport... On le pratique, on le regarde, on combine les deux. Ça fait une quarantaine d'années que je combine, avec du plaisir souvent mais pas toujours, avec des scrupules pas souvent mais parfois ! Pas toujours du plaisir parce que je peux subir des flashes où la pratique compétitive m'apparaît souverainement débile, parce qu'un spectacle sportif peut s'avérer morne à mourir. Et parfois des scrupules parce que mon compte à rebours a commencé, et que je vois rappliquer l'âge où le temps se taillera plus vite que Ben Johnson au volant d'une Ferrari dopée. Alors, quand je suis sur le point d'encore m'adonner au sport, quand je vois dans mon rétro ma montagne d'heures passées à pratiquer et surtout à zyeuter, il m'arrive de penser que je pourrais, enfin, m'adonner à autre chose. " Autre chose DE PLUS INTELLIGENT "... c'est la formule qui me sprinte alors à l'esprit, je le confesse : je pense aux bouquins que j'ai dévorés des yeux sans même franchir la page de garde, à tous ces films non vus qui ne duraient pourtant pas plus que deux fois 45 minutes, aux noms que je ne saurai jamais mettre sur telle musique, telle fleur ou tel tableau... C'est à de tels moments que je passe en revue ces " valeurs sportives " qui vont me rasséréner, me convaincre que j'ai bien vécu en vivant beaucoup sport. Waouw, à lire les spécialistes, il y en a beaucoup et pour tous les goûts, je cite : santé, solidarité, goût de l'effort, respect des règles, citoyenneté, créativité, dépassement de soi, intégration, glorieuse incertitude, discipline de groupe, acceptation de l'échec, bénévolat, humilité dans la victoire, fair-play, esprit sain vu que le corps l'est, partage, tolérance, esprit d'équipe, force de caractère, canalisation de la violence, sens de la fête, attachement aux couleurs, et j'en passe, et j'en passe... Tu avales ça et tu te sens plus Saint que toutes les nitouches réunies : tout sportif convaincu devient en puissance Prix Nobel de la Perfection ! Ça rassérène, mais c'est un peu exagéré. Il faut reconnaître que quelques autres concepts sont à mentionner : de gros concepts comme dopage, corruption, violence, affairisme, et d'autres plus retors comme gloriole, triche, égoïsme, championnite, ségrégation !... Le sport charrie du chouette et du pas reluisant, il n'a jamais été au départ miraculeusement pur, puis malheureusement corrompu par " la société " ! Alors, en quoi la flopée de valeurs citées supra confère-t-elle au sport une supériorité éthique par rapport à d'autres activités sociales ? Car le goût de l'effort peut naître en faisant des maths, le respect des règles peut s'apprendre au bridge, la solidarité existe au sein d'un orchestre de chambre ou d'une troupe de théâtre.... Car toutes les disciplines sportives ne sont pas forcément équivalentes face à cette armada de valeurs consacrées : la discipline de groupe ne s'apprend pas durant la Transat en solitaire, le goût de l'effort n'est pas le même en golf et en haltérophilie.... Car la compétition, qui n'est pas condition sine qua non d'une pratique sportive épanouissante, peut s'avérer entrave aux valeurs plutôt que support de celles-ci.... Car l'émotion esthétique du spectacle sportif peut parfois se réduire au seul suspense... Voici mon embryon, de réponse s'entend. Les valeurs citées ne sont pas spécifiques au sport mais, parce qu'elles s'y vivent plus inconsciemment, en marge d'un objectif librement poursuivi, elles s'y développent efficacement. La pratique sportive est efficace parce qu'il y est toujours question de santé mais pas d'elle seule : une autre valeur au moins accompagne toujours ! Le sport m'apprend la solidarité ET il est bon pour ma santé ! Il m'apprend l'effort ET il est bon pour ma santé ! Il m'apprend le respect des règles ET il est bon pour ma santé... Le sport n'est pas que santé : mais dès le moment où le paramètre santé y est bafoué, le sport n'existe plus. par Bernard JeunejeanSport : santé, solidarité, goût de l'effort... mais aussi DOPAGE, CORRUPTION, VIOLENCE,...