Le match nul contre l'Italie (0-0) avait auguré de bonnes choses mais un coup de tonnerre a ébranlé le Parc des Princes - où évoluaient les Bleus pour cause de Coupe du Monde de rugby - suite à une frappe des 30 mètres de James McFadden. Comme au match aller, l'Ecosse remportait les trois points contre la France. Du coup, les hommes de Raymond Domenech se retrouvent à la troisième place au classement du groupe, à deux points des Ecossais et à une unité de l'Italie.
...

Le match nul contre l'Italie (0-0) avait auguré de bonnes choses mais un coup de tonnerre a ébranlé le Parc des Princes - où évoluaient les Bleus pour cause de Coupe du Monde de rugby - suite à une frappe des 30 mètres de James McFadden. Comme au match aller, l'Ecosse remportait les trois points contre la France. Du coup, les hommes de Raymond Domenech se retrouvent à la troisième place au classement du groupe, à deux points des Ecossais et à une unité de l'Italie. La presse française a vertement critiqué son équipe nationale. L'Equipe a parlé d'arrogance française, que le capitaine écossais Barry Ferguson avait déjà évoquée. Trop sûrs d'eux, les joueurs ont cru qu'il ne suffisait que de paraître pour vaincre une équipe au chardon, au registre technique limité. En étant obnubilés par leur sommet, quelques jours plus tôt en Italie, les Bleus ont connu une certaine décompression. Preuve que cette rencontre avait été quelque peu prise à la légère par la Fédération française : le choix du Parc des Princes dont la pelouse avait souffert d'un match de rugby, quelques jours plus tôt. Mais ce sont les choix de Domenech qui ont attiré l'attention. La France de Domenech a basé ses succès sur le 4-4-1-1 alors que le 4-4-2 avait déjà failli à Hampden Park. Le sélectionneur n'a pas su tirer les leçons de la première défaite et a choisi le même système, pourtant inopérant. David Trezeguet a également focalisé l'attention. Lors des six dernières titularisations du joueur de la Juve, la France a perdu quatre fois. " Si les qualités de Trezeguet sont énormes, on dirait une nouvelle fois, qu'elles ne correspondent plus à ce dont l'équipe de France a besoin ", écrivait L'Equipe. Autre pomme de discorde : la présence de Patrick Vieira dans le onze de base. Diminué par une blessure, Vieira a peiné toute la rencontre. Pourquoi ne pas avoir misé sur la paire Claude Makelele- Jeremy Toulalan dans un débat qui restait (et qui fut) physique ? GERARD HOULLIER a été nommé directeur technique à la Fédération Française. C'est un échec pour Raymond Domenech qui convoitait ce poste, une fois son job de sélectionneur terminé. SAMMY TRAORÉ était sur une voie de garage au PSG. Le défenseur de 31 ans a été prêté un an à Auxerre. Fabrice Pancrate, médian, a également été prêté : à Sochaux. JOSE COBOS, dont le nom avait circulé l'année passée pour reprendre le poste d'entraîneur de Nice, à la place de Frédéric Antonetti, a quitté l'OGC Nice où il était recruteur. JUAN PABLO FRANCIA, le médian argentin de Bordeaux, mécontent de son sort, est rentré en Argentine. Il demande la résiliation de son contrat. KARIM BENZEMA est la nouvelle star du championnat de France. Son hat-trick contre Metz le place en tête du classement des buteurs avec huit buts. PATRICK KLUIVERT a disputé ses premières minutes sous le maillot lillois face à Bordeaux (1-1). Arrivé en fin de mercato du PSV Eindhoven, il a remplacé Nicolas Fauvergue à la 63e minute. Il est monté au jeu en même temps que Kevin Mirallas. NANCY, surprenant leader du championnat, a connu sa première défaite à Lens (1-0). Les Nancéens restent malgré tout en tête. STéPHANE VANDE VELDE