L'équipe de France a passé une semaine spéciale avant de décrocher un modeste 0-0 face à Israël, premier adversaire sur la route de la Coupe du Monde 2006. Avant le coup d'envoi, Thierry Henry, nouveau leader depuis le retrait de Zinédine Zidane, affirmait que le collectif doit toujours passer avant les individualités. Pourtant, il y avait des épines sous ses pétales de roses. Ainsi, les anciens n'apprécieraient pas outre mesure les idée...

L'équipe de France a passé une semaine spéciale avant de décrocher un modeste 0-0 face à Israël, premier adversaire sur la route de la Coupe du Monde 2006. Avant le coup d'envoi, Thierry Henry, nouveau leader depuis le retrait de Zinédine Zidane, affirmait que le collectif doit toujours passer avant les individualités. Pourtant, il y avait des épines sous ses pétales de roses. Ainsi, les anciens n'apprécieraient pas outre mesure les idées de Raymond Domenech. On a parlé de crise de nerfs, de semaine de tous les dangers. " Le général, c'est moi. Et c'est moi qui décide ", a déclaré le coach français avec à ses côtés Fabien Barthez et Patrick Vieira affublés de leur tête des mauvais jours. Le football français se serait bien passé de ce début de polémique. Aimé Jacquet est monté sur les barricades afin de défendre Domenech :" Je suis d'accord avec tout ce qu'il a entrepris. Il n'est aucunement influençable et n'élimine rien sans avoir beaucoup réfléchi ". Parmi les changements, on note l'obligation de porter des protège-tibias lors de chaque entraînement, l'interdiction d'avoir constamment son portable à portée de la main, l'exigence de la ponctualité et la participation à des séances d'autocritique de chaque joueur devant le groupe après le match. C'est surtout ce dernier point qui a déclenché la déception des joueurs. Après la rencontre amicale contre la Bosnie-Herzégovine, lors de la séance d'autocritique, Barthez s'est levé et a lancé qu'il n'avait rien à dire avant de se rasseoir. Les anciens et la génération intermédiaire sont opposés à de telles méthodes. A la FFF, on dit que l'équipe ne doit plus se faire à Madrid ou à Londres. L'EURO 2004 a laissé des plaies que Domenech n'a pas encore cautérisées. FABIEN BARTHEZ a annoncé son désir de rester parmi les Bleus jusqu'en 2006. SYLVAIN WILTORD a signé pour deux ans à Lyon. MONACO rêvait de Nicolas Anelka mais a finalement loué Javier Saviola, du Barça, pour un an. FABRICE FIORESE a quitté le PSG pour Marseille. EDGARAS JANKAUSKAS, ex-Porto, portera le maillot de Nice. KALOU UCHE passe du Wisla Cracovie à Bordeaux. CHARLES-EDOUARD CORIDON laisse Lens dans le rétro et est désormais actif au PSG. LASZLO BOLONI a prolongé son contrat de coach pour une période de deux ans à Rennes. BUTEURS : 1. Frei (Rennes) 4 buts ; 2. Chamakh (Bordeaux), Tum (Metz), Keita (Lens), Pagis (Strasbourg) 3. (P. Bilic)