Le paintball, tout le monde connaît. Il est pratiqué entre amis, voire par des entreprises ou des clubs sportifs à la recherche d'une activité de team-building. Des équipes s'affrontent dans un lieu ouvert ou fermé et se tirent dessus avec des billes de peinture. L'objectif ? Récupérer un drapeau ou simplement toucher les autres pour les éliminer.
...

Le paintball, tout le monde connaît. Il est pratiqué entre amis, voire par des entreprises ou des clubs sportifs à la recherche d'une activité de team-building. Des équipes s'affrontent dans un lieu ouvert ou fermé et se tirent dessus avec des billes de peinture. L'objectif ? Récupérer un drapeau ou simplement toucher les autres pour les éliminer. Ce qu'on sait moins, c'est que le paintball s'est développé dans une formule sportive : le speedball. " Et ça ne se passe pas dans les bois ", précise d'emblée François Jeanmart, deux fois vice-champion d'Europe amateur de paintball. " Ça, c'est le camo. Il est destiné aux fans de jeux de rôle. Un gars peut très bien rester caché pendant une heure parce que le scénario (prise d'otage, etc.) l'exige. On voit même des anciens militaires débarquer avec du big matos, comme des brouilleurs de communication. Le speedball, lui, oppose deux équipes de cinq joueurs sur une surface de gazon ou de turf équipées d'obstacles gonflables. Un joueur touché est out. Quand une équipe élimine tous ses adversaires, elle remporte un point. Il y a alors une pause de deux minutes pour s'occuper de son matériel et se remettre en place. Puis, c'est reparti. Le but est d'obtenir quatre ou cinq points. " A l'instar des autres sportifs, les amateurs de speedball ont droit à leur compétition européenne : The Millennium Series. Elle regroupe 180 équipes, dont sept belges. Ces formations sont réparties en cinq divisions : D3, D2, D1, SPL (semi professional league) et CPL (champions paintball league). Les Breakout Spa figurent en CPL. Les Brussels Graffiti et les Undertakers Liège, l'équipe de Jeanmart, en SPL. " Quatre manches ont lieu durant la saison : à Saint-Tropez, à Bitburg (Allemagne), à Londres et à Disneyland Paris. " Particularité : la CPL est dominée par une équipe américaine, les San Diego Dynasty. " Les Américains sont professionnels ! Et il existe même des options paintball dans les écoles. " Rien à voir avec l'Europe, donc. " A cause de la crise, le nombre d'équipes a diminué ces derniers mois mais la situation bouge en Belgique, avec une Fédération belge qui voit le jour. "Plus d'infos sur : http://www.millennium-series.com/ PAR SIMON BARZYCZAK