Le Lierse entame le championnat avec un noyau quasi identique, pour la première fois depuis trois ans. A moins qu'un avant ne parte, Emilio Ferrera ne doit effectuer qu'une modificiation : l'arrière-droit, Axel Smeets, est remplacé par Bertrand Crasson. Les autres nouveaux ( Nicolas Timmermans et Maxime Coveliers, des anciens du RWDM) ont été acquis pour élargir le noyau. Si les Lierrois connaissent l'approche de leur entraîneur, à une semaine du championnat, ils ne savent pas comment ils vont évoluer : Ferrera ne dévoile pas ses cartes et veut que son équipe maîtrise différents systèmes. Il avance pas à pas. L'année dernière, il a mis au point une solide organisation, tra...

Le Lierse entame le championnat avec un noyau quasi identique, pour la première fois depuis trois ans. A moins qu'un avant ne parte, Emilio Ferrera ne doit effectuer qu'une modificiation : l'arrière-droit, Axel Smeets, est remplacé par Bertrand Crasson. Les autres nouveaux ( Nicolas Timmermans et Maxime Coveliers, des anciens du RWDM) ont été acquis pour élargir le noyau. Si les Lierrois connaissent l'approche de leur entraîneur, à une semaine du championnat, ils ne savent pas comment ils vont évoluer : Ferrera ne dévoile pas ses cartes et veut que son équipe maîtrise différents systèmes. Il avance pas à pas. L'année dernière, il a mis au point une solide organisation, transformant le Lierse en bloc solide. Il veut maintenant faire progresser les joueurs et leur inculquer des schémas offensifs. Le Lisp attendait ça avec impatience : malgré les bonnes performances de l'année dernière, peu de matches méritent d'être épinglés. Jonas De Roeck reste le leader de la défense, même s'il rate le début d'exercice, suite à une opération. Igor Nikolovski, renvoyé dans le noyau B puis récupéré, peut ainsi disputer cette place à Laurent Fassotte, qui revient de maladie. Devant le gardien, Yves Van der Straeten, fiable, Stef Wils et Michael Nnaji se disputent la seconde place dans l'axe. A droite, fort de son expérience, Crasson devrait faire oublier Axel Smeets. Il y a un an, celui-ci était sur la liste de ceux qui devaient partir, avant que Ferrera ne demande qu'il reste. Il a ensuite livré une saison brillante. Le jeune Nicolas Timmerman a été fiable et sobre pendant la préparation. A gauche, Hasan Kacic entame le championnat : la blessure de Jimmy Smet lui permet de montrer qu'il est capable de mieux que ce qu'il a prouvé jusqu'à présent. L'année dernière, Smet, droitier, a toujours bien tiré son plan à gauche. Sous-estimé, il sait neutraliser un adversaire tout en adressant de bons centres. Le Lierse a trouvé l'année dernière les éléments créatifs qui lui faisaient défaut : Marius Mitu et Marc Schaessens. On a mesuré leur importance en fin de saison, quand le Lierse s'est effondré, suite à leur indisponibilité. S'ils assurent le jeu de position, Karel Snoeckx, le capitaine, qui renaît de ses cendres, assure l'abattage dans l'entrejeu. Sur le flanc gauche, ni Kristof Imschoot ni Werry Sels n'ont apporté un plus. Il est donc possible que Ferrera opte pour un triangle médian, avec Mitu, Snoeckx ou Schaessens en pointe, alternativement. L'entraîneur peut tout aussi bien préférer quatre médians. Dans ce cas, Laurent Delorge (à droite) reculera d'un cran, à moins que Sels ou Imschoot (à gauche) ne soient alignés. Suite à l'éclosion rapide du jeune Ivoirien Arouna Koné et à la confirmation de Stein Huysegems, Geir Frigard et Bjorn De Wilde (qui rate le début de championnat à cause d'une blessure) doivent attendre leur chance. Pendant la préparation, Ferrera a souvent aligné un trio d'attaque au sein duquel Delorge évoluait en ailier droit à l'ancienne. Reste à voir si le Lierse trouvera encore le chemin du but si Koné et/ou Huysegems partent. Dans ce cas, en cours de championnat, Ferrera devra placer de nouveaux accents et Gilles De Bilde devra prouver qu'il n'est pas encore usé. La saison passée, le président, Gaston Vets, a obtenu mieux que ce qu'il espérait, en terminant cinquième. Le Lierse a loupé de peu la Coupe d'Europe. Cette fois, en s'appuyant sur les automatismes et la solidité de la défense, Ferrera doit aussi apporter un plus offensif au Lierse, au lieu de compter sur le coup d'éclat d'un attaquant. Le Lisp espère revoir des matches spectaculaires, à condition que le départ in extremis d'un attaquant, voire de deux, n'oblige l'entraîneur à bouleverser ses projets, ce qui entraînerait quelque retard. Sinon, le Lierse peut espérer, au moins, d'aussi bons résultats que l'année dernière. n