Quand Zizou verrouille tout

C'est un personnage sacré, un dieu vivant, une légende mondiale. Ecrire un livre sur lui relève presque du blasphème. [... ] Cela ne se fait pas. Interdit. Prohibé. Nombre de ses proches réagissent avec effroi à l'idée qu'on puisse enquêter sur lui. Pourquoi tant de secrets ?
...

C'est un personnage sacré, un dieu vivant, une légende mondiale. Ecrire un livre sur lui relève presque du blasphème. [... ] Cela ne se fait pas. Interdit. Prohibé. Nombre de ses proches réagissent avec effroi à l'idée qu'on puisse enquêter sur lui. Pourquoi tant de secrets ? Zinédine Zidane lui-même estime qu'il devrait rester à l'abri de toute biographie. [... ] Impossible, à ses yeux, d'imaginer que sa biographie puisse être entreprise par quelqu'un qui n'est pas un fidèle, un fan, un adorateur. On l'adule ou on se tait. [...] Zidane a pris soin de tout verrouiller. L'ancien intendant des Bleus Henri Emile, une sorte de super-nounou en somme, qui a partagé la vie de l'équipe nationale jusqu'en 2004, explique qu'il n'est pas question pour lui de parler, puisque Zizou le lui a " formellement interdit ". Un ex-coéquipier comme Vikash Dhorasoo, encensé par la presse pour son courage et sa liberté de parole et dont les mauvaises relations avec Zizou sont pourtant connues du milieu, nous assène de son côté avec verdeur : " Rien à branler de ton bouquin, je parle pas. " La plupart de ses autres coéquipiers font preuve d'une semblable réticence : " S'il n'est pas d'accord, on ne parle pas. " Même Guy Alba, président de l'association ELA, que parraine Zidane, et donc à l'affût de la moindre médiatisation, préfère se taire, " par pudeur ". Zizou n'avait que 17 ans quand il a croisé pour la première fois, au foyer des jeunes travailleurs où ils sont tous les deux, le chemin de Véronique, à Cannes. Aveyronnaise d'origine espagnole, cette jolie brune de 18 ans, qui a étudié la biologie à la fac pendant un an, est alors danseuse stagiaire à l'école Rosella Hightower, située dans l'ancien palace Gallia, rue de Faissole. [... ] Aux mondanités Véronique préfère de loin les repas en famille. Dans la capitale espagnole, quand le footballeur joue au Real, les Zidane sortent rarement de leur grande villa. Pas de boîtes de nuit ou de fiestas toute la nuit. [... ] Pour son épouse, leurs enfants constituent même le seul vrai port d'attache dans une vie marquée par de nombreux déménagements. En Italie est né Luca, le 13 mai 1998. En Espagne ont suivi Théo, en 2002, et Elyaz, en 2005. Les quatre frères et s£ur du sportif, membres très soudés d'un clan qui parle d'une seule voix, sont aujourd'hui associés à parts égales dans la société Zidane Diffusion. Toutefois, seul Noureddine suit la star du ballon rond comme son ombre. [... ] Cet homme discret, père d'un jeune enfant, a aujourd'hui réglé son pas sur celui de son benjamin et mis une croix sur sa carrière sportive, devenant le bras droit de Zinédine et son homme à tout faire : il joue les baby-sitters à Madrid pour que Véronique puisse accompagner son champion de mari, trie les demandes d'interview, veille avec un soin jaloux à l'image de Zizou... [... ] Jamais très loin de Zinédine, Noureddine a su se rendre indispensable. Lors des sorties publiques de la star, il se positionne de manière que Zidane puisse l'avoir dans son champ de vision. Amené à effectuer de nombreux déplacements, ce phobique qui ne supporte pas de prendre l'avion n'hésite pas à faire les huit heures de train nécessaires pour rejoindre Madrid depuis Vitrolles, où il habite. [... ] Les ficelles du métier, il les a apprises auprès d' Alain Migliaccio, l'agent de son cadet. Habile, il connaît parfaitement la valeur de son prestigieux nom de famille. " Ne vous fâchez jamais avec lui ", confie un proche. " Cela reviendrait à vous brouiller avec toute la fratrie. " L'aîné de celle-ci est Madjid, 44 ans. Il travaille à la piscine municipale de la Castellane, dont il assure l'entretien et la fermeture. [... ] Le deuxième frère, Farid, 43 ans, a pratiqué le foot et le judo. [... ] Après avoir été vigile dans un supermarché, il partage son temps entre la gestion d'un petit club de football d'une cité marseillaise, la Nouvelle Vague, et Zidane Diffusion. Enfin, il y a Lila, 39 ans, la grande s£ur née trois ans avant Zinédine, frère dont elle est le plus proche aujourd'hui. Enfants, ils jouaient tous deux comme chien et chat. Lila, titulaire d'un Deug d'anglais (deux années d'études dans l'ancien système académique), est la seule à être allée à l'université. Mariée à Yannick Pellet, elle gravite, elle aussi, dans les affaires de Zinédine. Franck Riboud, patron de Danone, Jacques Bungert, coprésident de Young & Rubicam France, Stéphane Meunier, réalisateur de documentaires, et JamelDebbouze, comique : ces quatre hommes, au profil pour le moins varié, ont en commun d'être devenus, en quelques années, des proches du joueur le plus célèbre du monde. Ces personnalités puissantes ont connu Zidane quand il était déjà une star. Elles ont su charmer un Zizou pourtant réputé méfiant et difficile à apprivoiser, en s'introduisant progressivement dans son entourage et en mettant à sa disposition leur propre réseau. Des amis ? Pas vraiment, mais des incontournables dans la galaxie Zidane. Stéphane Meunier, le réalisateur, a connu le footballeur pendant le tournage de son mythique documentaire Les Yeux dans les Bleus, en 1998. [... ] D'autres documentaires suivent : Les Yeux dans les Bleus II, Zinédine Zidane, comme dans un rêve et Le dernier match. A force, le réalisateur devient le cinéaste officiel de Zidane. Tous ses documentaires sont coproduits avec Canal +. Et bientôt avec Zizou lui-même, ce qui commence à faire jaser dans les couloirs de la chaîne cryptée.[... ] Pour Jamel Debbouze, le cas de figure est un peu différent. [... ] Certes, l'exubérance du pitre professionnel n'a pas toujours séduit Zinédine, discret de nature et peu attiré par les gens prompts à " s'afficher ". Mais c'était compter sans l'insistance de Jamel, prêt à tout pour séduire son héros. A force de blagues, le gamin de Trappes a réussi à le dérider. Soirées entre copains, shopping ensemble à Paris, visites à Madrid : les deux hommes sont désormais des proches. A tel point que le trublion fait peu à peu partie du clan et se permet même de jouer les éminences grises. [... ] La participation de Zidane dans le dernier Astérix adapté au cinéma, Astérix aux Jeux olympiques ? C'est lui qui joue les intermédiaires, trop heureux de ramener sa guest-star personnelle dans la superproduction du moment. Durant la dernière élection présidentielle, Jamel tentera, en vain, de convaincre Zizou de soutenir officiellement Ségolène Royal. [... ] Avec Jacques Bungert, la rencontre remonte à 2001, sur le plateau de tournage d'une pub Volvic (groupe Danone). Difficile de résister à l'homme qui conseille une partie du CAC 40 et qui dit de Zizou : " Je l'aime d'amour. " [... ] C'est à la suite du contrat signé entre Danone et Zizou, en 2004, qu'il a pris de l'importance dans la vie du joueur. " Zizou a arrêté l'école à l'âge de 15 ans et n'a pas eu le temps de tout apprendre. Nous sommes là pour l'accompagner dans sa nouvelle vie ", justifie Franck Riboud, patron de Danone et véritable partenaire de Bungert dans le coaching de la star. A eux deux, ils ont réussi à faire de l'ancien minot de la Castellane une icône du marketing particulièrement rentable. Dur d'être la cible permanente d'entreprises de séduction et de sollicitations en tout genre. Il y a de quoi devenir paranoïaque. Surtout quand on a de bonnes prédispositions. Voilà pourquoi une menace permanente plane chez les proches de l'ancien capitaine des Bleus : être radiés des cadres. [... ] Si par malheur ceux-ci osent parler de lui sans son accord, les mesures de rétorsion sont impitoyables : un silence radio durant plusieurs mois, voire l'exclusion définitive du clan. [... ] Certains, frappés par la vindicte, préfèrent nier l'évidence ou feindre l'indifférence. " Un jour il rappellera ", répètent-ils d'abord à qui veut bien les croire. Et puis ils finissent par craquer, avouer ne pas saisir le silence de l'homme qu'ils pensaient avoir apprivoisé. Témoin Michel Drucker, une simple connaissance devenue, au fil du temps, un intime de la famille. Même cette figure emblématique du PAF, l'ami consensuel de toutes les stars, a sous-estimé le caractère ombrageux de la diva du ballon rond. [... ] La première fois qu'il a rencontré le capitaine des Bleus, c'était en 1998. [... ] Après les politesses d'usage, Zidane se lance : " Mes parents vous aiment beaucoup. " Drucker saute sur l'occasion : " Donne-moi donc le téléphone de ton père et je lui passerai un coup de fil. " [... ] Drucker reprend : " Après notre première rencontre, il m'a fait l'honneur de m'inviter à Turin, en 1999. [... ] Quand il a rejoint le Real, à Madrid, je suis allé le voir. C'était super ! " Entre-temps, Drucker a rencontré toute la famille. Et d'énumérer les noms : le père, Smaïl, la mère, Malika, la s£ur, Lila. " Vous savez qu'elle a une licence d'anglais ? Je leur ai souvent rendu visite à Marseille. Quelle famille formidable ! ", lance-t-il, l'£il humide. [... ] Quand on lui demande à quand remontent ses derniers contacts avec Zizou, l'animateur est embarrassé : " Heu... Nous ne nous sommes pas reparlé depuis novembre 2006. J'ai essayé de l'appeler, lui, ses parents, Noureddine, son frère. " Drucker mis au piquet ? Lui préfère parler de " silence ". Pourquoi ce silence, alors ? " Au cours de l'une de mes émissions, Nicolas Canteloup a fait un petit sketch... C'était drôle. Enfin, j'espère que le papa et la maman de Zizou l'ont bien compris. Il s'agissait de se moquer de cette horrible rumeur propagée par une certaine presse. " Où comment Canteloup, s'inspirant avec humour d'une couverture de Voici, a précipité la chute de Drucker dans l'estime des Zidane. " Il n'y avait rien d'insultant, plaide encore le présentateur. Dans son sketch, Canteloup a simplement fiancé Zidane à Adriana Karembeu, à Mme de Fontenay... Je ne peux quand même pas censurer un humoriste ! Les conséquences auraient été pires. Mais je regrette un peu de l'avoir laissé passer dans mon émission. Vous pensez que je devrais leur envoyer un petit mot ?" En février 1998, une immense campagne de publicité de Leader Price placarde le héros en 4 par 4 sur tous les kiosques, les murs du métro et en pages intérieures des magazines. " J'aime vous faire gagner ", claironne-t-il sur les affiches, le cheveu encore dru, un sourire de novice accroché au visage et vêtu d'un pull à col cheminée. [... ] En moins d'un an, le footballeur, devenu champion du monde en cours de route, fait passer la notoriété de la marque tricolore de 23 à 74 %. [... ] " Vous m'avez mis la honte avec votre pub Leader Price, je n'aurais pas dû vous écouter, tous comme vous êtes ! ", accuse Zizou, furibard. On est en 1999 et celui qui encaisse le reproche, c'est Mustapha, l'ami d'enfance. Le joueur de football a été raillé lors d'une émission télévisée pour cette publicité un peu cheap. Mus', justement, a joué les intermédiaires entre le prince du football et le roi du discount. " Si t'es gêné, t'as qu'à dire que ta mère ne faisait pas ses courses chez Fauchon ", répond Mus' à son champion. Ce dialogue à la Audiard en dit long sur le Zidane de l'époque. Auréolé, depuis juillet 1998, de son titre de champion du monde, le sportif souhaite se donner une image plus conforme à son ascension sociale. Ironie du sort, c'est sa " honteuse " campagne Leader Price qui lui en donne l'occasion. En 1998, la directrice des parfums Christian Dior, en allant travailler avenue Hoche, à Paris, est tombée en arrêt sur ces panneaux montrant le champion du monde en train de vanter les mérites des packs de lait du hard discounter. Arrivée à son bureau, elle décroche son téléphone et appelle l'agence de mannequins Marilyn, à l'époque également spécialisée dans les contrats publicitaires de sportifs. Elle veut Zidane : cet homme à la fois viril et sensible, figure grand public et fédératrice, incarne à merveille l'image de son eau de toilette Eau sauvage. Cela tombe bien : Nathalie, l'une des responsables de l'agence, connaît bien Mustapha, l'ami de Zidane. Vérifications faites, il s'avère que le sportif cherche justement à pénétrer l'univers du luxe, qui le fait tant rêver. Banco pour Dior ! [... ] Pour ces trois heures de pose, Zidane touche 305.000 euros. [... ] Rapidement, le joueur apprend à faire monter les tarifs, n'attendant plus de se faire démarcher pour signer les contrats. [... ] Ford, Adidas, Danone, Orange, le Groupe Zannier, Grand Optical, Generali, autant d'entreprises qui transforment Zizou en véritable locomotive publicitaire. En dix ans, les sommes engagées par les nouveaux partenaires ont été multipliées par cinq, voire par dix. En 2002, par exemple, l'opérateur de téléphonie Orange met sur la table 6 millions d'euros pour trois ans. Un chiffre, selon certains, revu à la baisse depuis. Grand Optical ou Generali, eux, continuent de payer 500 000 euros par an. Tous ces contrats publicitaires, selon les spécialistes du secteur, rapportent chaque année 3,5 millions d'euros au footballeur. Même à la retraite, Zizou continue de toucher le jackpot. Mieux, il arrondit désormais ses fins de mois d'égérie publicitaire par un " petit boulot " de communication interne. Car, depuis 2006, Zidane ne se contente pas d'incarner en France l'image de l'assureur italien Generali, dont il aurait, de source interne, fait progresser la notoriété de 13 % : aujourd'hui, 35 % du grand public connaît la marque. [... ] " Nous avons été les premiers à lui demander de participer à des campagnes en interne ", raconte Marie-Christine Lanne, responsable de communication de Generali France. " C'est Idriss Tsouli, gestionnaire de fortune chez nous, qui a joué l'intermédiaire. " Ce Français d'origine marocaine, à la gouaille aussi célèbre que ses costumes Dolce & Gabbana, a réussi à convaincre le champion de représenter une marque jusque-là anonyme. [... ] Le papier officiel engage le footballeur jusqu'en 2011. [... ] Selon ce contrat avec Generali, qui lui rapporte un demi-million d'euros par an, Zidane doit assurer une dizaine d'animations dans l'année, un peu partout en France. Au programme de ces séances, censées doper l'ambiance des séminaires du groupe : questions-réponses avec les salariés, quelques blagues et le tour est joué. A 50.000 euros la séance, l'opération est rentable ! Progressivement, l'ancien joueur s'est reconverti en chef d'entreprise averti, excellant dans les différentes manières de monnayer son nom. L'ancien capitaine de l'équipe de France procède d'abord par le biais de Zidane Diffusion. Depuis 2000, c'est cette petite SARL familiale basée à Marseille, société au capital de 38 000 euros, qui négocie les droits d'image du virtuose du ballon rond. Et ces droits, force est de le constater, sont mirobolants : 500.000 euros de revenus annuels que lui assure chacun de sa poignée d'annonceurs (Audi, Grand Optical, Generali, Orange, Volvic), les 2 millions d'euros annuels versés par Adidas et le million alloué par Danone. Aux commandes de Zidane Diffusion : les quatre frères et s£ur du sportif, aujourd'hui associés à parts égales. Seuls Farid, Noureddine et Lila y exercent une activité réelle, en échange d'une voiture de fonction et d'un salaire confortable. Responsable commercial, Farid émarge à environ 75.000 euros annuels. Noureddine, responsable commercial également, gagne, lui, presque 80.000 euros. Il est par ailleurs le directeur de la publication du site officiel du champion, www.zidane.fr, propriété de Zidane Diffusion. Au poste de secrétaire de direction, Lila perçoit un salaire de plus de 81.000 euros. Son mari travaille également chez Zidane Diffusion, tout comme Antoine Fernandez, le beau-père de Zidane, qui est attaché commercial (plus de 36.000 euros annuels), ou encore un ami, MustaphaMazouz (même fonction, même rémunération). Jusque-là, tout ressemble à une modeste gestion tranquille. En réalité, le champion du monde tire une autre manne financière de la marque ZZ (pour Zinédine Zidane). Créée en 1999, à l'époque de la Juventus, cette griffe est gérée par Colyre SA, une société anonyme de droit suisse au capital de 100.000 francs suisses (150.000 euros), elle-même chapeautée par Welney Finance SA. L'ensemble, basé à Fribourg, en Suisse, est administré par une analyste financière que l'on retrouve à la tête d'une myriade de sociétés. [... ] A l'origine, ZZ ne concernait que quelques produits comme des sacs en cuir et des articles de sport. Mais, en quelques années, la gamme s'est considérablement étoffée et sigle dorénavant les produits les plus divers, des pâtes d'amande aux programmes informatiques. [... ] Derrière Zidane se cache encore la Société civile immobilière Zifern, contraction de Zidane et Fernandez, le nom de jeune fille de Véronique. Créée en juin 2000, cette société au capital de 506.000 euros et basée à Onet-le-Château (Aveyron), le fief familial de ses beaux-parents, est spécialisée dans la location de logements. En 2004, le champion du monde a investi 8,2 millions d'euros dans l'achat d'une maison de retraite. Règle n° 1 : porter un bonnet et marcher vite, très vite, sans jamais s'arrêter, même en faisant les courses. Pour la star du ballon rond, le pas de course est devenu la seule façon de pouvoir se promener ou acheter le journal sans la présence d'un garde du corps. [... ] Règle n° 2 : disposer de plusieurs numéros de portable en lieu et place d'un attaché de presse. Soit un numéro unique attribué à la famille, les autres étant distribués aux proches en fonction du degré d'intimité. Mieux : ce numéro change tous les six mois, soit plus souvent qu'un code d'immeuble, Zidane se chargeant alors de rappeler les heureux élus. Ceux-ci, conscients de la grâce qui leur est faite, gardent jalousement le sésame à dix chiffres qui leur a été communiqué. [... ] Le donner relève de la haute trahison et revient à se griller à tout jamais aux yeux de Zizou. Pourtant, détenir le numéro de l'idole n'est pas un sésame absolu. Méfiant, le joueur ne décroche qu'après avoir identifié son interlocuteur. Doté d'une mémoire phénoménale, il est capable de retenir un nombre impressionnant de numéros de téléphone. Au point que le meilleur moyen de le contacter reste quand même de passer par les nombreux intermédiaires dont il se sert pour filtrer les sollicitations. [... ] Qui sont ces intermédiaires ? Mustapha, mais aussi Malek, un autre pote d'enfance de Zizou, remplirent cette fonction informelle pendant plusieurs années. Aujourd'hui, c'est Noureddine qui assume ce rôle, avec un sens aigu des affaires. Lui-même s'appuie sur une myriade de proches qui jouent, à leur tour, les sous-intermédiaires. [... ] Les sponsors sont logés à la même enseigne. Une seule personne au sein de l'entreprise détient le contact direct avec Zidane. Sa mission principale est de veiller férocement à ce que ses propres collègues ne lui dérobent pas le précieux numéro. En cas de fuite, le joueur retire aussitôt sa confiance. [... ] [... ] Chaque fois qu'il quitte l'Espagne, il embarque, le plus souvent aux frais de ses sponsors, dans un jet Citation de location, quand il n'utilise pas l'avion personnel de Franck Riboud, patron de Danone, ou celui de François-Henri Pinault, patron de PPR. Sa maison ? Une magnifique demeure dans le quartier résidentiel de Conde de Orgaz, le Neuilly madrilène, pas très loin de l'école française où sont scolarisés ses enfants. Derrière les hautes palissades noires qui masquent la propriété, une belle bâtisse blanche, estimée à 5 millions d'euros par un agent immobilier du coin. [... ] A l'intérieur, à la demande de Zidane, l'architecte espagnol chargé de la décoration s'est inspiré de celle de l'hôtel George-V, à Paris, où le joueur prend souvent ses quartiers. [... ] Certes, il descend dans un palace à chacun de ses séjours dans la capitale, mais il n'a jamais voulu acheter un appartement pour y habiter. [... ] A Marseille, il dort chez ses parents, dans leur pavillon. En revanche, quand il rend visite à ses beaux-parents, installés près de Rodez, il prend ses quartiers dans une maison achetée dans la région, plus apte à recevoir toute la famille. [... ] Zidane utilise rarement sa carte bancaire, préférant tout payer en espèces. Chose rare, ce millionnaire n'est jamais à court de petites coupures et peut sortir deux billets de 5 euros pour payer un café à des copains dans un centre commercial. Sans chichis, amoureux de belles voitures, mais aussi amateur de plaisirs modestes, c'est cet homme-là que connaît Mustapha Mazouz, le pote de la cité des Minguettes. [... ] Mus' se souvient d'un voyage en train au départ de la gare Montparnasse, en 1999. Ce jour-là, il accompagne Zidane à Laval. Blessé, le joueur part pour une semaine dans le chef-lieu de la Mayenne afin d'y être soigné par le kiné qui le suit depuis toujours, Philippe Boixel, praticien dans un cabinet privé de la ville. [... ] Les deux hommes posent leurs valises dans un modeste deux-étoiles, face à la gare routière. Le champion partage une chambre minuscule avec son ami Mustapha. Ensemble, ils déjeunent dans la salle commune. [... ] " A peu près à la même époque, Zizou avait l'habitude de m'emmener au restaurant de l'aéroport d'Orly, pour y manger un steak à cheval en regardant les avions décoller ", poursuit Mus'. Le 9 juillet 2006, à Berlin, Zidane est expulsé en finale du Mondial pour avoir donné un coup de tête à l'Italien Marco Materazzi. Celui-ci l'a insulté. La carrière de Zizou s'achève sur cet incident. Les joueurs regagnent le Westin Grand Hotel de Berlin, où les attendent les familles. [... ] Zizou, lui, brille par son absence. [... ] Même Alain Migliaccio, son agent de longue date et homme clef de la PME Zidane, ne sait pas où il se trouve. En réalité, il quitte le stade en compagnie de ses deux frères, Noureddine et Farid, venus le chercher à la sortie. Ensemble, ils vont manger un morceau dans un modeste restaurant. A table, Noureddine et Farid se gardent de demander à leur frère de s'expliquer, se contentant d'essayer de le réconforter. En vain. A une heure du matin, le trio est de retour à l'hôtel Westin. Abattu, Zidane s'enferme dans sa chambre avec sa femme. En décembre 2006, Zidane se rend en Algérie, la patrie de ses parents. L'occasion, pour lui, d'évoquer le coup de tête. Et puis il y a Akbou, un cousin de Zidane. Ce pharmacien d'à peine 40 ans est l'un des rares à avoir gardé contact avec les Zidane de Marseille. Ce matin de décembre 2006, vêtu de son costume des grandes occasions, il n'a pas hésité à faire les trois heures de route qui séparent la Kabylie de la capitale. [... ] Akbou prend sur lui d'aborder le sujet qui brûle les lèvres d'une partie de l'assemblée. Il évoque " ce coup de tête, typiquement de chez nous " [... ], profite de l'occasion pour expliquer à son cousin qu'il a bien fait d'agir ainsi. [... ] Stupeur. Zizou semble désemparé. Avec une pointe d'agacement, la star rétorque : " Ne dis jamais que j'ai bien fait de lui mettre une tête, à Materazzi. Ça n'était pas bien et je le regrette. " Silence. Certes, le sportif s'est déjà excusé, mais seulement auprès des " enfants du monde entier " qui l'ont regardé. Jamais encore il n'a exprimé ses remords pour le geste en lui-même. Akbou reste sans voix, médusé par cette réaction contraire à celle escomptée. Peut-être pressent-il, à cet instant, l'ampleur du drame qu'a vécu Zidane. S'il avait su... Akbou réalise que cet aveu confessé à la tribu, à ces gens tellement éloignés de sa " cour " habituelle, est un honneur. [... ] La liberté suprême d'un Zizou ombrageux déclarant, quelques mois plus tôt, sur Canal +, une semaine après le coup de tête : " Je ne peux pas regretter mon geste... Le coupable, c'est celui qui provoque ", n'était qu'un faux-semblant. Copyright Editions Flammarion septembre 2008. Zidane, une vie secrète, par Besma Lahouri. Flammarion, 420 p..