L'intérêt suscité par David Beckham donne une idée trompeuse du marché anglais, très calme. Certes, les rumeurs ne manquent pas, dans les journaux comme sur les sites web. Michael Mols, HarryKewell, David James, Kevin Phillips, les jeunes internationaux de West Ham, relégué, Pierre Van Hooijdonk, Geremi sont annoncés partout mais en général, ce sont les joueurs eux-mêmes qui font état de cet intérêt.
...

L'intérêt suscité par David Beckham donne une idée trompeuse du marché anglais, très calme. Certes, les rumeurs ne manquent pas, dans les journaux comme sur les sites web. Michael Mols, HarryKewell, David James, Kevin Phillips, les jeunes internationaux de West Ham, relégué, Pierre Van Hooijdonk, Geremi sont annoncés partout mais en général, ce sont les joueurs eux-mêmes qui font état de cet intérêt. Robert Pires a affirmé pouvoir signer à l'Inter. Basturk se voyait déjà à Arsenal. Concrètement, il ne s'est rien passé. Soit les joueurs sont released (libérés de leur contrat), soit ils sont tout simplement free (en fin de contrat). Partout, le message est identique : il faut réduire le noyau. Même Manchester United, le champion, a annoncé à AlexFerguson qu'il ne recevrait pas d'argent, à moins que Beckham ne soit vendu en Espagne pour une coquette somme. Un Beckham auquel Ferguson n'a d'ailleurs plus adressé la parole depuis des mois, comme son père, Ted, l'a glissé au Sun. United ne dramatisera donc pas son départ, comme l'a avoué le Français Silvestre au même quotidien : " No Becks ? No problem ". De quoi faire une belle une. Donc, l'Angleterre subit le contrecoup de la crise. 586 joueurs sont libres, sur le marché, d'après le calcul de la PFA, l'association des Joueurs professionnels. Ça représente à peu près 20 % des professionnels actifs dans les différentes séries du football anglais. Il est encore fort tôt pour se prononcer mais la PFA s'attend quand même à ce qu'un tiers des joueurs soient toujours sans travail en août. Elle ne s'attend pas à une amélioration dans les années à venir, car lors des 18 derniers mois, les recettes TV ont subi une baisse drastique. La majorité des joueurs vivent dans l'incertitude, sans toucher de plantureux salaires. Les sommes versées en Premier League donnent une fausse image de la situation. 75 % des professionnels évoluent à un niveau inférieur, là où les clubs se gardent de conclure des contrats de longue durée. Les joueurs n'obtiennent généralement que des contrats d'un an ou deux, sans même être sûrs qu'ils seront honorés. A partir de la First Division, à peu près tous les clubs sont en difficulté, suite à la fin d'un contrat TV de 500 millions d'euros, l'année dernière. Ils sont sous curatelle ou changent de propriétaire mais la priorité est la même partout : assainir les finances. (P. T' Kint) L'ÉQUIPE NATIONALE a affronté la Slovaquie mercredi dernier et s'est péniblement imposée 2-1. Les Slovaques menaient 0-1 au repos. Michael Owen a inscrit les deux buts anglais, dont un sur penalty. Samedi dernier, la FA a annoncé qu'aucun supporter ne pourrait accompagner l'équipe, en septembre et en octobre, en Macédoine et en Turquie. Ceux qui s'y risqueraient par leurs propres moyens seraient suspendus en Angleterre. La FA distribuera les 1.000 billets qui lui sont dévolus pour le match à Skopje à des enfants du pays. Elle entend ainsi éviter tout problème avec ses supporters et restreindre le risque de suspension par l'UEFA. Pendant et après le match contre la Turquie, il y avait eu de graves bagarres. GIANLUCA FESTA quitte Portsmouth pour Cagliari. PIERRE VANHOOIJDONK peut rejoindre Birmingham.