L'image était saisissante : deux tennismen de renom, Novak Djokovic et Juan Martin Del Potro, qui quittaient le court du Barra Olympic Park de Rio les larmes aux yeux. Et ce, pour des raisons ô combien opposées. Le Serbe, parce qu'à nouveau la plus haute distinction olympique allait lui échapper. Et l'Argentin, parce qu'il venait de mettre un terme à six années de souffrances.
...

L'image était saisissante : deux tennismen de renom, Novak Djokovic et Juan Martin Del Potro, qui quittaient le court du Barra Olympic Park de Rio les larmes aux yeux. Et ce, pour des raisons ô combien opposées. Le Serbe, parce qu'à nouveau la plus haute distinction olympique allait lui échapper. Et l'Argentin, parce qu'il venait de mettre un terme à six années de souffrances. Onze mois sans compétition avait semé le doute dans l'esprit du Sud-Américain. Allait-il revenir dans le parcours après une nouvelle opération au poignet, la quatrième ? La reprise, à Delray Beach, allait toutefois le réconforter quelque peu, puisque pour un coup d'essai, il s'était quand même hissé jusqu'en demi-finale. Mais au fond de lui-même, l'homme se doute, malgré tout, qu'après tant de contre-coups, plus rien ne sera jamais comme avant. Avant, c'était 2009. L'année où, la vingtaine fraîchement entamée, il avait étonné tout son monde en battant en 5 sets RogerFederer en personne. Quatre mois plus tard, il était 4e mondial. Mais c'est alors que les ennuis allaient commencer sous la forme d'une blessure au poignet nécessitant son passage sur le billard. Del Potro mettra deux ans à s'en remettre. A son retour, l'heure est aux Jeux de Londres. Il s'y mettra en évidence en chipant le bronze à Djoko. Mais son poignet continue à lui jouer des tours pendables. Entre mai 2014 et juillet 2015, trois nouvelles opérations sont nécessaires pour le délivrer de ses tourments. Le retour à la compète est ardu avec des défaites face à des nobodys du style PhilippKohlschreiber,HoracioCeballos ou JackSock. Des gars que Delpo balayerait du terrain en temps normal. A Wimbledon, il n'en surprend pas moins Stan Wawrinka (ATP 5) et, à Rio, celui qui est entre-temps remonté à la 141e place mondiale frappe fort en éliminant donc Djokovic. " Ce que je ressens est indescriptible ", dit-il sous le coup de l'émotion. En définitive, AndyMurray, déjà vainqueur aux JO de Londres, l'empêchera de glaner l'or mais pour Del Potro, la victoire est ailleurs. A 27 ans, le voilà de retour parmi les grands. Prochain défi : l'US Open. A condition, bien sûr, que son poignet tienne...CHRIS TETAERTProchain défi : Flushing Meadows. A condition que son poignet tienne.