La reprise de Manchester United continue à provoquer des tensions à Manchester. La semaine dernière, les frères Bryan, Avi et Joel Glazer, envoyés en Angleterre pour diriger le club, ont fait connaissance avec leur nouvelle ambiance de travail. 300 supporters en colère s'étaient rassemblés dans les environs d'Old Trafford aux cris de " Die, Glazer die ! ", traduisez : " Meurs, Glazer, meurs " Difficile d'être plus explicites. Bryan et Avi durent quitter le stade sous escorte policière.
...

La reprise de Manchester United continue à provoquer des tensions à Manchester. La semaine dernière, les frères Bryan, Avi et Joel Glazer, envoyés en Angleterre pour diriger le club, ont fait connaissance avec leur nouvelle ambiance de travail. 300 supporters en colère s'étaient rassemblés dans les environs d'Old Trafford aux cris de " Die, Glazer die ! ", traduisez : " Meurs, Glazer, meurs " Difficile d'être plus explicites. Bryan et Avi durent quitter le stade sous escorte policière. La colère des fans s'explique par la volonté de la famille Glazer d'augmenter le prix des tickets d'entrée et par le fait qu'ils ont inscrit une partie de l'argent investi (790 millions de livres, soit 1,2 milliard d'euros) au passif du club, qui se retrouve ainsi avec une dette de 540 millions de livres (800 millions d'euros). La famille n'a investi qu'un tiers de la somme sur fonds propres, le reste étant emprunté auprès des banques. C'est Joel Glazer (38 ans) qui, vendredi, dans une interview de 35 minutes à MUTV, la chaîne de télévision du club, a dévoilé les plans de sa famille. Il s'agissait avant tout de calmer le jeu auprès des supporters apeurés. Il leur a ainsi dit qu'ils étaient " les vrais propriétaires du club. Nous ne sommes que des stewards ". Il a ajouté que leur émotion était " inhérente au monde du football et que c'est pour cela que la famille était intéressée par la reprise du club ". Selon lui, il n'y a aucun souci à se faire quant au montant de la dette " car les hommes d'affaires sont habitués à cela ". Glazer a bien dû admettre qu'il faudrait augmenter les prix mais il est resté vague lorsqu'on lui a demandé s'il était vrai que les tickets coûteraient 50 % de plus en 2010. Il a nié qu'Old Trafford serait vendu puis loué. Pour lui, c'est une invention de la presse à sensation. Il dément également toute rupture avec la Premier League car United n'a pas l'intention de négocier lui-même les droits de télévision de ses matches à domicile. Il a également nié que le club ne dépenserait que 30 millions d'euros sur le marché des transferts. " Nous serons très souples. Si, comme l'an dernier, nous avons l'occasion de transférer un joueur comme Wayne Rooney (40 millions d'euros), nous envisagerons la question ", dit-il, sans toutefois citer de noms car il ne travaille manifestement pas à l'espagnole. Les supporters sont donc inquiets car, jusqu'à présent, le club n'a encore acquis que Van der Sar (Fulham) et Park Ji-Sung (PSV). Cette semaine, Joel Glazer se rend au Portugal, où l'équipe est en stage de préparation. Ce jeudi, il veut se mettre à table avec Alex Ferguson, afin d'entendre ses souhaits. Car jusqu'ici, les contacts ne se sont faits que par téléphone. (P. T'Kint). TRANSFERTS : Baudouin Zenden (fin de contrat) de Middlesbrough à Liverpool ; Jeremie Aladièred'Arsenal au Celtic, Mateja Kezmande Chelsea à l'Atletico Madrid, Kevin Phillips de Southampton à Astone Villa, Steve Stone de Portsmouth à Leeds, Bruno Cheyrou de Liverpool à Bordeaux, Per Kroldrup (défenseur) d'Udinese à Everton, Heidar Helguson (attaquant) de Watford à Fulham, Mehdi Nafti (médian) de Santander à Birmingham. CHARLTON a reçu l'autorisation d'ajouter 4.000 places au stade The Valley, portant ainsi sa capacité à 30.900 places assises. WIGAN a des problèmes. Il doit verser 450.000 euros à la police avant le premier août, sans quoi il pourrait ne pas être autorisé à disputer le championnat. Or, ce club de la banlieue de Manchester accueille Chelsea lors de la première journée. P.T'Kint