La Fédération a définitivement digéré son échec dans la course à l'organisation de la Coupe du Monde ?

Michel Sablon : Nous restons amers. Nous avons été corrects à tous points de vue. Et après avoir fait et refait nos calculs lors des derniers jours avant le verdict, nous étions persuadés que nous avions une bonne chance. Le résultat final du vote n'avait rien à voir avec nos prévisions. Il y a eu des choses bizarres là-bas. Avoir eu moins de voix au deuxième tour qu'au premier, je...

Michel Sablon : Nous restons amers. Nous avons été corrects à tous points de vue. Et après avoir fait et refait nos calculs lors des derniers jours avant le verdict, nous étions persuadés que nous avions une bonne chance. Le résultat final du vote n'avait rien à voir avec nos prévisions. Il y a eu des choses bizarres là-bas. Avoir eu moins de voix au deuxième tour qu'au premier, je ne me l'explique toujours pas. Plusieurs personnes nous avaient promis de voter pour nous mais ne l'ont pas fait : c'est toujours comme ça. C'est clair que la Russie avait plus de chances que nous. Je l'avais dit dès qu'elle avait rentré sa candidature. Quoi qu'on en dise, son dossier était très crédible. Mais bon, le nôtre était encore plus solide. Maintenant, je me demande quelle est l'utilité de préparer un bid, de faire autant d'efforts pour se rendre compte au final que la qualité du dossier n'intervient que pour 30 ou 40 % dans le vote. Les intérêts politiques sont bien plus importants pour le Comité exécutif de la FIFA. Dans les autres arguments, il y a l'argent et l'engagement des Etats. La Russie a directement dit qu'elle couvrait tous les risques. Dans les autres pays européens qui étaient candidats, c'était un peu plus compliqué. La FIFA parle de changer le système. Mais de toute façon, la Belgique ne pourra plus être candidate avant 2030... Il a voté pour nous, c'est clair, évidemment. Je suis dégoûté quand j'entends des attaques pareilles. Nous avons quand même beaucoup travaillé sur les dossiers des stades. C'est exact. De nouveaux stades vont être construits à Gand et à Anvers, mais pour le reste... Je ne sais pas ce qui va se passer au Standard. Peut-être que Roland Duchâtelet va transformer Sclessin, pourquoi pas y aménager un hôtel comme il l'a fait à Saint-Trond ? Pour Bruxelles, on n'a plus de nouvelles, plus rien n'a bougé, le dossier est remis au frigo. Et pour Charleroi, je ne sais rien.