A l'aube de la saison, Anderlecht est entouré de brume. Trois titulaires de l'équipe championne sont partis : Kouyaté, Bruno et, dans une moindre mesure, le capitaine Gillet. Ajoutez-y les blessures de Proto et de Vanden Borre et vous comprendrez que le champion va aligner une demi-équipe neuve. Besnik Hasi veut quatre joueurs chevronnés, immédiatement utilisables : un arrière droit, un défenseur central, un médian défensif et un ailier offensif, apte à évoluer des deux côtés. Pollet, Vargas et De Zeeuw ne font plus partie du noyau mais ce n'est pas vraiment une perte.
...

A l'aube de la saison, Anderlecht est entouré de brume. Trois titulaires de l'équipe championne sont partis : Kouyaté, Bruno et, dans une moindre mesure, le capitaine Gillet. Ajoutez-y les blessures de Proto et de Vanden Borre et vous comprendrez que le champion va aligner une demi-équipe neuve. Besnik Hasi veut quatre joueurs chevronnés, immédiatement utilisables : un arrière droit, un défenseur central, un médian défensif et un ailier offensif, apte à évoluer des deux côtés. Pollet, Vargas et De Zeeuw ne font plus partie du noyau mais ce n'est pas vraiment une perte. Kaminski avait déjà espéré partir la saison passée. L'ambitieux portier n'a plus envie de jouer les seconds rôles mais la fracture du poignet de Proto a fait s'envoler ses rêves de départ. Kaminski entame le championnat comme titulaire, sachant qu'il rejoindra le banc dès que Proto, qui est le nouveau capitaine, pourra rejouer. On attend son retour d'ici le début de la Ligue des Champions, à la mi-septembre. Roef, qui n'a pas été loué, et Kudimbana, dont le contrat a été prolongé, complètent le quatuor. La fracture de la jambe que s'est occasionnée Vanden Borre au Brésil rend prioritaire l'embauche d'un arrière droit. Hasi a tenu sa promesse en ne retenant pas Gillet, en qui il ne voyait plus qu'une doublure. Heylen a reçu sa chance mais ne l'a pas saisie. Dans la hiérarchie des défenseurs axiaux, le jeune homme, revenu de Courtrai, n'est que le quatrième, derrière Mbemba, Nuytinck et l'élément chevronné qui doit encore être recruté. Najar, le seul Anderlechtois au Brésil avec Vanden Borre, est actuellement la meilleure solution sur le flanc droit, la position à laquelle Van den Brom l'a fait débuter la saison dernière. A gauche, Deschacht est indestructible. Nsakala est son principal concurrent. Jusqu'à la fracture de Vanden Borre, le principal souci de Hasi était de remplacer Kouyaté. Le coach a eu une idée de génie, qui a valu le titre au Sporting, en faisant avancer l'arrière dans l'entrejeu. Hasi ne trouve pas de remplaçants dans son noyau actuel : Kljestan peut partir et Milivojevic doit encore faire ses preuves car il n'a pas répondu aux attentes la saison passée. Le jeune Dendoncker a été testé au coeur de la défense, sans convaincre. Au centre, Tielemans est la seule certitude. Il était convenu que Kouyaté s'en aille, pas Bruno. Le départ de l'extérieur droit, ajouté à celui de Gillet, laisse un trou dans le noyau. Najar peut jouer à droite, comme Suarez, mais l'Argentin, qui revient d'une longue revalidation, est meilleur comme avant en décrochage. Hasi a essayé le gaucher Acheampong, qui ne s'est pas mal tiré d'affaire. A gauche, Praet conserve la préférence, certainement par rapport à Suarez, qui est moins défensif. Praet atteint un rendement optimal au milieu d'un 4-3-3 avec deux hommes derrière lui mais Hasi s'en tient au 4-4-2, surtout que Bruno, son seul véritable extérieur droit, est parti. Vico, revenu d'Ostende, ne se rend toujours pas indispensable. Mitrovic - seize buts et sept assists la saison passée - est incontournable à l'avant-centre mais Cyriac ne fait pas mystère de ses ambitions. Les deux hommes peuvent jouer avec Suarez ou ensemble. Dès que l'Argentin aura retrouvé la plénitude de ses moyens, il aura sa place dans l'équipe, compte tenu de sa valeur. Malgré le départ de Pollet, Hasi n'a pas jugé bon demander un attaquant de plus. Malgré sa cure de rajeunissement ou grâce à celle-ci - nous vous laissons le choix, Anderlecht a fêté son troisième titre consécutif. Comme douze mois plus tôt, il a perdu des piliers mais il a limité les dégâts. Il retrouve un joueur de classe en Suarez et si Milivojevic justifie enfin le montant de son transfert, il sera une réussite. Une chose est certaine : d'ici le 31 août, le compartiment défensif subira encore des changements. Et tôt ou tard, Proto et Vanden Borre serviront à nouveau l'équipe.?PAR JAN HAUSPIE