Alors que les play-offs battent leur plein en Belgique, ailleurs en Europe, on arrive également dans le money-time pour l'attribution du titre de champion. Si dans certains pays comme l'Allemagne (Borussia Dortmund), la Grèce (Olympiacos) ou encore l'Ecosse (Celtic Glasgow) les dés sont déjà jetés, ce n'est pas le cas au Portugal.
...

Alors que les play-offs battent leur plein en Belgique, ailleurs en Europe, on arrive également dans le money-time pour l'attribution du titre de champion. Si dans certains pays comme l'Allemagne (Borussia Dortmund), la Grèce (Olympiacos) ou encore l'Ecosse (Celtic Glasgow) les dés sont déjà jetés, ce n'est pas le cas au Portugal. Décevant en coupe d'Europe avec une sortie sans gloire dans une poule faible (Apoel, Zenit et Shakhtar) en Ligue des Champions suivi d'une élimination rapide en Europa League par Manchester City, le FC Porto de Steven Defour (20 matches, 10 titularisations) mène le bal en Liga Sagres. Avec une seule défaite sur l'ensemble de la compétition (3-1 à Gil Vicente), les hommes de Vitor Pereira sont bien partis pour reconduire leur titre et régner pour la 26e fois sur le championnat portugais. Samedi dernier, en guise de cadeau à Pinto da Costa, l'homme fort du club qui fêtait ses 30 ans de présidence, les Dragons n'ont fait qu'une bouchée de Beira Mar (3-0) grâce à un but de l'Autrichien MarcJanko et un doublé de l'inévitable Hulk, que la rumeur envoie au PSG dès le prochain mercato. Trois points supplémentaires qui permettent à Porto de maintenir le grand rival Benfica à quatre unités malgré sa victoire sur le Maritimo Funchal (4-1). A trois journées de la fin, l'écart est creusé et on imagine mal les Aigles revenir dans la course. Il faut dire que le brillant parcours de Benfica en Ligue des Champions (éliminé en quarts de finale par Chelsea) lui a coûté des plumes en championnat avec notamment un maigre un point sur neuf entre ses deux matchs face à Saint-Pétersbourg. Il y a un mois à peine, un troisième larron pouvait encore prétendre aux lauriers : le Sporting Braga. Finaliste malheureux de l'Europa League l'an dernier face... au FC Porto, il avait profité d'un faux pas des Dragons fin mars pour s'emparer de la première place. Mais depuis rien ne va plus : les défaites contre Benfica et Porto suivies du partage du week-end dernier au Paços de Ferreira ont remis l'équipe du vétéran Nuno Gomes à sa place. Ils devront donc se contenter de la troisième marche du podium, qualificative pour le tour préliminaire de la C1. A moins que le Sporting Lisbonne, relégué à 6 points, ne les double sur la ligne ? Rien n'est moins sûr. L'équipe d' Oguchi Onyewu pourrait tout miser sur l'Europe où, forts de leur victoire 2-1 au match aller, ils affrontent demain l'Athletic Bilbao pour espérer briser l'hégémonie espagnole sur le Vieux Continent. JULES MONNIER On imagine mal Benfica revenir sur Porto.