Le champion 2015 n'a pas encore digéré la difficulté à intégrer les PO1. Hein Vanhaezebrouck en particulier est convaincu que son équipe aurait pu priver Anderlecht du titre si elle avait accusé un retard moins important à l'entame des play-offs. Pour limiter ce fossé, Gand a modifié sa politique des transferts : le club a acquis au prix fort des footballeurs capables d'apporter une plus-value à l'axe central (Marcq, Andrijasevic et Sylla) alors qu'aucun membre du onze de base de la saison passée n'est parti, suite à l'opération au coeur de Foket et aux problèmes récurrents de genou de Neto.
...

Le champion 2015 n'a pas encore digéré la difficulté à intégrer les PO1. Hein Vanhaezebrouck en particulier est convaincu que son équipe aurait pu priver Anderlecht du titre si elle avait accusé un retard moins important à l'entame des play-offs. Pour limiter ce fossé, Gand a modifié sa politique des transferts : le club a acquis au prix fort des footballeurs capables d'apporter une plus-value à l'axe central (Marcq, Andrijasevic et Sylla) alors qu'aucun membre du onze de base de la saison passée n'est parti, suite à l'opération au coeur de Foket et aux problèmes récurrents de genou de Neto. Kalinic est le numéro un incontesté. En Croatie, il est la doublure de Subasic (AS Monaco). Depuis son arrivée chez les Buffalos, il n'a commis qu'une seule bourde, sanctionnée par Eupen. Le club a un moment envisagé d'engager l'expérimenté Castro (Heracles) comme numéro 2 mais le deal a capoté. Que doivent penser Rinne et Thoelen de cette tentative ? Czekanowicz constitue un investissement pour l'avenir. Suite au départ de Troost-Ekong et aux péripéties ayant entouré Odoi (Fulham), Gigot est assuré du poste d'arrière droit du trio défensif. Le Français est une révélation depuis son arrivée pendant la trêve hivernale, par sa force dans les duels et son assurance, même s'il doit améliorer son passing. Birger Verstraete, confronté à une forte concurrence au poste de milieu défensif, peut dépanner en défense mais le Flandrien devra se défaire de son entêtement. Au centre, le costaud Mitrovic a montré pendant les PO1 qu'il avait retrouvé sa concentration tandis que Gershon, qui se rétablit d'une opération au genou, a commis trop d'erreurs. La présence d'Asare a été cruciale en fin de championnat, par la manière dont il apaise son flanc, mais des blessures légères l'ont handicapé pendant la préparation. De Smet se distingue par sa sobriété mais a du mal à se débrouiller en infériorité numérique. Marcq doit communiquer mais aussi déterminer le rythme des échanges. Le Français doit également intervenir pour corriger le jeu et il doit commettre des fautes professionnelles, s'il le faut, pour mettre fin à un contre. Esiti est puissant et possède une large marge de progression. Neto dispose d'une superbe passe diagonale mais il digère mal l'intensité du jeu. Raskin est un talent prometteur, doté d'une belle vista. Milicevic peut être aligné au poste de contrôleur mais il est meilleur en position plus avancée, grâce à sa lecture du jeu et à sa technique de frappe sur les phases arrêtées. Tekie, lui, est meilleur au 8 mais ce frêle Suédois manque encore de fraîcheur. A droite, on attend de la profondeur et des actions de Kalu, surtout pendant l'absence de Foket, estimée à six mois au moins. De l'autre côté, Saief a subi une opération aux abdominaux à la mi-juillet et est encore sur la touche pour trois à quatre semaines. Du coup, Matton, qui s'infiltre aisément, et Koita, nouveau, sentent leur chance. A moins que le rapide Inbrum, qui peut aussi jouer au poste de second avant, ne constitue une révélation dans l'entrejeu. Derrière l'avant-centre, Coulibaly ou Sylla, plus rapide et plus imprévisible, c'est la bagarre pour les deux postes offensifs. Kubo, souvent invisible mais très efficace, et Andrijasevic semblent avoir une longueur d'avance sur Simon (qui peut jouer à gauche), Dejaegere (alignable à droite aussi), Louis Verstraete (qui applique parfaitement les consignes de l'entraîneur) et Milicevic. On leur demande d'exercer un pressing élevé et d'être plus opportunistes devant le but que la saison passée. Gand est-il prêt à rallier définitivement le top ? La direction et le staff technique en sont convaincus. Ils ont créé des conditions de travail idéales, avec un tout nouveau complexe d'entraînement. La deuxième place constitue l'objectif minimum des Buffalos cette saison car ils rêvent de retâter de la Ligue des Champions ou au moins des tours préliminaires. FRÉDÉRIC VANHEULE