Dans la maison familiale de Thomas Vermaelen, à Stabroek, une photo le montre dans les bras de Maarten Stekelenburg, le gardien de l'Ajax. Le Belge de l'Ajax jubile, les poings serrés. " Cette photo vous montre comment est notre Thomas ", commente son père, Luc. " Un battant. C'est gravé sur son visage. "
...

Dans la maison familiale de Thomas Vermaelen, à Stabroek, une photo le montre dans les bras de Maarten Stekelenburg, le gardien de l'Ajax. Le Belge de l'Ajax jubile, les poings serrés. " Cette photo vous montre comment est notre Thomas ", commente son père, Luc. " Un battant. C'est gravé sur son visage. " " Avant, nous ne nous occupions guère de foot ", déclare sa mère, Annemie. " Il a toujours été tranquille, il n'est pas de ceux qui se mettent en avant. Sur le terrain, il est certes un leader mais en-dehors, il reste un garçon timide. Les méthodes de l'Ajax l'ont fait mûrir sans le changer ", poursuit Wouter, son frère. " Lorsque l'Ajax l'a loué un an au RKC, il a vécu seul et s'est épanoui. Tous ses entraîneurs lui ont apporté quelque chose mais il ne doit sa réussite qu'à lui-même. " Luc : " Il a acquis beaucoup d'expérience. L'année dernière, il a souvent été blessé car il a parfois été malheureux dans ses duels. Il en a tiré les leçons : cette saison, il ne s'est quasi plus blessé. Sjaak Swart et son manager, Soren Lerby, lui en ont fait la remarque : -Tu dois apprendre à ne pas te blesser dans les duels. C'est une étape de sa maturation. Il a acquis plus de puissance, de carrure. " Walter Dingemans, son oncle maternel, a attiré Thomas et Wouter au Germinal Ekeren, où il entraînait les jeunes. Thomas va bientôt se produire en Premier League, sous le maillot d'Arsenal, tandis que Wouter joue au FC Ekeren, en 1re Provinciale. Au départ, le bagage technique de Thomas, moindre que celui de Wouter, faisait croire qu'il était moins doué mais le défenseur a apporté un plus par sa dureté dans les duels. Plus tard, au Germinal Beerschot, il a fait pâle figure sur le flanc gauche, face à Tom De Mul, qui apportait plus à l'équipe sur le plan offensif mais une fois encore, la force de Thomas l'a aidé à s'imposer. " Pourtant, il n'était pas si impressionnant physiquement. Il avait la même allure que les autres mais il avait plus de coffre : il n'était jamais fatigué, il était toujours présent, même dominant ", commente Dingemans. " Après un match, il lui arrivait de botter des penalties. Il les expédiait avec force. Sa technique de frappe est innée. "Les entraîneurs des jeunes du Germinal Ekeren puis du Germinal Beerschot se souviennent d'un capitaine sérieux, qui ne sortait jamais. " Je m'occupe des jeunes des séries nationales depuis 25 ans ", poursuit Dingemans, " et ce qui m'a aussi frappé chez lui, c'est son absence de complexe. Beaucoup de jeunes sont stressés, sous pression, mais pas Thomas. Ses parents ne l'accompagnaient pas, ils ne lui donnaient pas de conseils, le laissaient faire sans lui mettre la moindre pression. C'est un avantage. C'est pareil pour Jan Vertonghen et Moussa Dembélé. Tous jouent sans complexes, avec plaisir. C'est une condition essentielle pour réussir. En plus, le Germinal Ekeren a toujours placé l'accent sur l'aspect technique, sur un football soigné, pas uniquement basé sur la force, en attachant de l'importance à une bonne relance, en n'alignant par exemple que trois défenseurs. Toby Alderweireld, Vertonghen et Thomas viennent tous trois de chez nous et sont bons défensivement. Cela ne relève pas du hasard. Thomas a appris une partie de son métier chez nous, la suite à l'Ajax. " Chaque année, l'Ajax invite des joueurs du Germinal Beerschot, avec lequel il collabore, à un stage. Après une semaine, Vermaelen a attiré l'attention de Tonny Bruins Slot. Kees Zwamborn, le responsable de l'école des jeunes du club amstellodamois, a contacté les parents une semaine plus tard. Leur fils de quinze ans a rejoint une famille d'accueil néerlandaise. L'Ajax n'a donc pas tardé à embaucher le défenseur, même si, selon la rumeur, Zwamborn ne le jugeait pas assez bon, s'opposant à l'avis d'un entraîneur qui ne travaillait pas depuis très longtemps à l'Ajax et ne pouvait pas bien jauger le niveau réel du club. Cependant, Vermaelen n'a pas eu de problème à s'adapter au niveau de l'Ajax. Il n'a vacillé qu'à une seule reprise : en 2006, au match retour contre Copenhague, il a marqué contre son camp, privant son équipe d'une qualification pour la Ligue des Champions. Blessé au tendon d'Achille, il a perdu sa place de titulaire au profit de Zdenek Grygera et a dû se contenter d'entrées au jeu, à l'arrière gauche. Durant cette période de réflexion, il a tenté de se défaire du sentiment de courir derrière les faits. Pourquoi était-il en forme mais ne pouvait-il montrer ce qu'on attendait de lui sur le terrain ? Il s'est interrogé et a tiré ses conclusions : " Je veux toujours y aller à fond, y compris à l'entraînement, mais il faut parfois lever le pied, subir un bon massage ou faire un peu de vélo. "Blessé à plusieurs reprises aux ischio-jambiers et au genou, après son passage au RKC, où il s'est entraîné sous la direction d' Erwin Koeman, il est devenu une valeur sûre et même le capitaine de l'équipe. Il a connu plusieurs entraîneurs à l'Ajax : Danny Blind, Marco van Basten, Henk ten Cate et Adrie Koster, l'actuel entraîneur du Club Bruges. L'intermède Ten Cate a été particulièrement instructif. Ten Cate suit son instinct et n'hésite pas à adopter une approche dure, parfois impulsive. Elle a posé problème à Vermaelen lors des premiers mois, jusqu'à ce qu'il constate qu'elle l'endurcissait mentalement. Les méthodes de Koster sont diamétralement opposées. Il met les joueurs à l'aise. Le défenseur ne s'est pas prononcé en faveur de l'une ou l'autre approche mais il fait comprendre qu'il préfère quand même celle de Koster. " Je l'ai eu une saison mais il a été blessé pendant un tour. Ensuite, il a réintégré l'équipe. Il a travaillé d'arrache-pied pour revenir ", explique Koster. " Il s'est profilé en vainqueur des duels. Il est taillé dans du bon bois. N'importe quel entraîneur aime avoir un tel joueur car il n'oublie pas son métier une fois qu'il a quitté le terrain. Il s'est souvent érigé en porte-parole du groupe. Il a les qualités requises pour atteindre l'élite absolue. Par exemple, je l'ai souvent vu travailler à la salle de musculation. C'est typique des grands joueurs. Thomas a une excellente mentalité et les caractéristiques d'un vainqueur. Il est parfait dans l'axe car il est fort de la tête, il a timing et la vista. Il relance très bien du pied gauche et délivre de belles diagonales vers la droite. Les gauchers n'abondent pas et il est préférable d'aligner un gaucher et un droitier au c£ur de la défense, quand c'est possible. "Malgré l'étendue de ses qualités, on lui reproche tout au plus de ne pas être assez dirigiste sur le terrain. Vermaelen fait peu parler de lui. Le défenseur accorde des interviews du bout des lèvres, sans jamais s'épandre en déclarations tapageuses. Jean-François Remy, l'adjoint de Jean-François de Sart en Espoirs nationaux, relève de nombreux parallèles avec un autre défenseur belge. Remy l'a toujours jugé au moins aussi bon que... Vincent Kompany. Il est sans doute moins raffiné techniquement mais sa vitesse, son timing, sa détente et sa détermination font merveille dans les duels. " Des joueurs de son calibre évoluent dans des clubs comme Chelsea et Arsenal ", avait déclaré Remy avant les Jeux Olympiques de Pékin. Une blessure à la cheville l'a écarté des terrains pendant quatre mois et l'a empêché de disputer une saison complète et régulière à l'Ajax. Au Nouvel-An, Thomas Vermaelen a prolongé son contrat à l'Ajax jusqu'en 2012. " Je comprends que je dois encore accomplir des progrès ", déclarait-il à Voetbal International en février, à ce propos. " Je ne songerai à un transfert qu'une fois ces étapes bouclées. Pour le moment, un transfert ne m'intéresse pas. " Les observateurs le pensent prêt pour l'étranger depuis un certain temps. Lorsqu'il avait reconduit son contrat une première fois, jusqu'en 2010, quelqu'un lui avait demandé si le championnat anglais ne lui conviendrait pas. Martin Jol semblait vouloir le transférer à Tottenham Hotspur. En 2007, Vermaelen déclarait à VI qu'un transfert en Angleterre serait prématuré. " En Premier League, on n'a pas le temps de reprendre son souffle. Je manque encore de rythme et d'explosivité pour aspirer à ce championnat. En outre, on ne devrait rejoindre un club étranger que quand on sort du lot. " Il a jadis trouvé un club fantastique, l'Ajax, il voulait y rester mais Arsenal l'estime mûr pour un transfert. " Au début, à l'Ajax, il veillait surtout à ne pas commettre d'erreurs. En acquérant de l'assurance, on commence à en faire ", sourit Dingemans, qui a assisté à des matches de Thomas à l'Ajax également. " C'est une évolution normale, qui vous permet de devenir plus dominant. Il a tout atteint à l'Ajax. Il est titulaire et capitaine. S'il veut poursuivre sa progression, il doit jouer pour un club supérieur. Arsenal est nettement plus relevé que l'Ajax mais je ne pense pas qu'il va changer. Thomas reste très serein, il va continuer à travailler dur pour voir jusqu'où ça le mènera. Il n'a rien fait d'autre à l'Ajax. Il ne part pas du principe qu'il doit être titularisé. Il y a un autre facteur dans son évolution : va-t-il recevoir la chance de jouer ? Il veut toujours progresser. C'est un ingrédient essentiel pour aller aussi loin. Il va devoir travailler sa force davantage encore, je pense. "Comme Thomas, sa famille, toujours domiciliée à Stabroek, reste réaliste. Du jardin de Stabroek, jadis sis en pleine campagne, désormais happé par l'extension des activités portuaires d'Anvers, il est passé à Amsterdam la mondaine et va bientôt découvrir Londres. Il a déjà accompli un long voyage. " Quand l'Ajax vous élit au sein d'un groupe de 30 ou 40 joueurs, vous pensez que vous avez un certain talent ", conclut son frère. " Nous ne le remarquons plus car nous le voyons chaque semaine. Nous pensons : - C'est Thomas, voilà. Mais jouer à Arsenal.... Il faudra que je le voie pour le croire. " par raoul de groote