Le match France-Sénégal, ouverture de la Coupe du Monde 2002, est un des exemples les plus récents de l'énorme difficulté pour la plupart des équipes à franchir un double rideau défensif! L'enchaînement rapide d'un débordement par les flancs et d'un centre dangereux devant le but fait partie des armes classiques et efficaces pour déjouer les meilleures forteresses défensives adverses. C'est aussi, semble-t-il, une des nouvelles tendances dans la confection des buts au plus haut niveau. En effet, l'analyse des 161 réalisations de ce mondial montre que près de la moitié d'entre elles l'a été suite à un centre devant le but!
...

Le match France-Sénégal, ouverture de la Coupe du Monde 2002, est un des exemples les plus récents de l'énorme difficulté pour la plupart des équipes à franchir un double rideau défensif! L'enchaînement rapide d'un débordement par les flancs et d'un centre dangereux devant le but fait partie des armes classiques et efficaces pour déjouer les meilleures forteresses défensives adverses. C'est aussi, semble-t-il, une des nouvelles tendances dans la confection des buts au plus haut niveau. En effet, l'analyse des 161 réalisations de ce mondial montre que près de la moitié d'entre elles l'a été suite à un centre devant le but!La Corée du Sud, révélation de cette compétition, a démontré de grandes capacités de jeu par les ailes! Plusieurs nations, comme l'Allemagne, la Corée et même le Brésil, ont même opté pour un 3-5-2. Ce dispositif présente l'avantage de libérer un homme supplémentaire pour l'offensive et engendre automatiquement la recherche de solutions par les ailes.Les moyensL'action individuelle est certes une solution, mais elle ne peut être complètement efficace sans la participation de l'un ou de plusieurs partenaires. Les combinaisons collectives dans le but de déborder par les flancs reposent sur trois modèles de base utiles à exercer et à répéter durant les séances d'entraînements:1. Le jeu des tiroirsLe principe peut être visualisé par le fait que l'ouverture d'un tiroir d'une armoire pour y chercher un objet implique la fermeture de celui situé immédiatement au-dessus et qui était déjà ouvert.Face à une organisation défensive renforcée comme la double ligne de barrage défensif du Sénégal (4 défenseurs et 5 médians), la France aurait pu appliquer le jeu des tiroirs: Henry, Wiltord et Trezeguet décrochent vers l'arrière pendant que Djorkaeff, Lizarazu, Thuram ou d'autres joueurs de la 2e ou de la 3e ligne remplissent automatiquement les espaces ainsi créés. Pour rendre cette exécution plus facile, un demi supplémentaire à tendance offensive, en lieu et place, soit de Petit, soit de Vieira, pouvait s'envisager. 2. Les dédoublementsLes joueurs latéraux les plus offensifs décrochent vers l'axe du jeu pour créer de l'espace en profondeur le long de la ligne de touche afin que les défenseurs latéraux s'y engouffrent. Si l'arrière latéral adverse concerné ne se laisse pas attirer, on pourra rechercher des combinaisons courtes avec le joueur qui s'est démarqué vers l'axe. 3. Les renversements du jeuOn peut aussi amener, par un changement d'aile, le ballon sur l'autre flanc souvent délaissé et appelé non marchant. Proposer le ballon en un ou deux temps dans la foulée d'un joueur en mouvement sur l'aile non marchante exige non seulement de la précision dans le geste, mais aussi un appel ainsi qu'un enchaînement immédiat afin de profiter du temps que nécessite le replacement de la défense à battre.Les centres1. BrossésDans le cas des situations où il existe une proportion suffisante de joueurs à tempérament offensif et donc d'infiltreurs dangereux en mouvement dans la zone de vérité, le centre immédiat peut être une bonne solution. Le joueur qui déborde a souvent intérêt à délivrer le ballon le plus rapidement possible dans l'espace entre les derniers défenseurs et le gardien de but afin de profiter de l'espace disponible, mais aussi du temps nécessaire à la réorganisation défensive dans l'axe. Les centres tendus et/ou brossés vers des joueurs offensifs capables de couper les trajectoires sont de véritables poisons pour les défenses!2. En retraitDans le cas d'un débordement où le centre immédiat n'aurait que peu de chance de trouver un finisseur potentiel en position dangereuse, il faut rechercher le centre en retrait. Couper le plus et le plus rapidement possible, ballon au pied, vers la ligne de fond pour centrer en retrait et prendre ainsi la défense qui recule dans le dos et donc à contre-pied, donne quasiment toujours un tir qui fait mouche!