Harald Nickel était un homme chaleureux. Un garçon spontané, de bonne humeur, qui a quitté la maison parentale et Arminia Bielefeld, où il ne s'imposait pas, pour jouer pour Turnhout, alors en division deux, en 1972. Son père était certain de le retrouver au bout d'un mois mais Nickel, encore très modeste et réaliste, a serré les dents et est resté trois ans à Turnhout avant de baliser sa voie : une saison à l'Union, qui avait énor...