Voici un plaidoyer pour une autre formation des jeunes. Répéter inlassablement des exercices techniques ou proposer des mouvements collectifs imaginés par un entraîneur ne constitue pas la meilleure approche pour former un joueur adulte efficace. Pour prester au niveau d'une équipe de seniors, quelle qu'elle soit, il faut de la personnalité. Il faut avoir envie, il faut oser, il faut décider vite et bien, il faut s'engager... bref, il faut être compétitif ! Toutes ces compétences sont bien sûr d'ordre mental. La question immédiate qui est automatiquement liée à cette constatation absolument incontournable est : -Quel est le type d'activité essentielle à proposer à nos jeunes pour faciliter une éclosion la plus efficace poss...

Voici un plaidoyer pour une autre formation des jeunes. Répéter inlassablement des exercices techniques ou proposer des mouvements collectifs imaginés par un entraîneur ne constitue pas la meilleure approche pour former un joueur adulte efficace. Pour prester au niveau d'une équipe de seniors, quelle qu'elle soit, il faut de la personnalité. Il faut avoir envie, il faut oser, il faut décider vite et bien, il faut s'engager... bref, il faut être compétitif ! Toutes ces compétences sont bien sûr d'ordre mental. La question immédiate qui est automatiquement liée à cette constatation absolument incontournable est : -Quel est le type d'activité essentielle à proposer à nos jeunes pour faciliter une éclosion la plus efficace possible de leurs qualités innées ?Lorsqu'on discute de formation, chaque situation de jeu est unique en soi, elle ne sera jamais reproductible dans le laboratoire du terrain d'entraînement. Seuls quelques éléments fondamentaux, courses et techniques, reviennent fréquemment au cours d'un ou de plusieurs matches. Ceci peut justifier la répétition régulière des gammes techniques durant les séances d'entraînement. Mais ce n'est pas assez ! Ce ne sont pas ces nombreuses répétitions de centres ou de une/deux qui aident les joueurs à décider s'il faut centrer, s'il faut provoquer, s'il faut rentrer, s'il faut rechercher un appui, etc. Ce ne sont pas les gammes des fondamentaux qui permettent une bonne formation du mental. Pour que l'entraînement soit productif, la majorité des exercices proposés doit répondre à quatre conditions : 1. contenir un maximum de similitudes avec le véritable match (orientation, opposition), 2. avoir une valeur de défi pour les joueurs (donner l'envie de se surpasser), 3. présenter des chances suffisantes de réalisabilité (sécurisation), 4. permettre aux joueurs de s'impliquer par des prises de décision variées en fonction des divers contextes proposés (confiance en soi). Déborder par les flancs face à divers types d'opposition, pénétrer dans l'axe sur base de dribbles et de une/deux, freiner un adversaire lorsqu'on est en infériorité numérique, exercer un pressing de récupération sur l'aile, maintenir à tout moment une défense minimale organisée sont quelques exemples parmi les nombreuses situations modèles qui devraient constituer le fil rouge de presque tous les entraînements. Nous préconisons donc un maximum de petits matches durant la semaine. Pas seulement au bout d'une heure de travail, mais bien tout au long de la séance avec quelques coupures pour le perfectionnement de certains fondamentaux ou le réglage de certains aspects plus physiques. Des oppositions complètes ou partielles avec des parties d'équipes dans des situations qui sont presque des copies conformes des matches du week-end, c'est de ça que les joueurs ont le plus besoin ! Nos jeunes manquent singulièrement de culture du jeu et donc d'envie de battre l'autre. Développer le plaisir de jouer et donc améliorer sans cesse l'envie de gagner au travers de chaque petit match proposé fait partie de la formation à la compétitivité, qualité incontournable dans le football d'aujourd'hui. Proposer des situations de jeu réel où le joueur est invité à décider de l'action la plus efficace à entreprendre est indispensable dans le développement de la confiance en soi. Aider le jeune footballeur à passer progressivement d'une analyse de ses décisions et de ses actions avec l'aide de son entraîneur vers une critique personnelle sans compassion de ses propres matches est un merveilleux challenge pour celui qui se prétend formateur. Il est quand même plus vivifiant de former des joueurs responsables que de s'évertuer à robotiser des joueurs.par Frans Masson, Directeur de la Formation à l'Union Belge.