OHL a déjà titularisé Casper De Norre pour le match de Coupe à Knokke (Première amateur), qu'il a gagné 0-2. De Norre retrouve Marc Brys, l'entraîneur avec lequel il a vécu les meilleurs moments de sa carrière à Saint-Trond. L'arrière latéral de 23 ans, qui peut occuper les deux flancs, a dû patienter jusqu'à ...

OHL a déjà titularisé Casper De Norre pour le match de Coupe à Knokke (Première amateur), qu'il a gagné 0-2. De Norre retrouve Marc Brys, l'entraîneur avec lequel il a vécu les meilleurs moments de sa carrière à Saint-Trond. L'arrière latéral de 23 ans, qui peut occuper les deux flancs, a dû patienter jusqu'à la dernière minute, le lundi 5 octobre, pour être sûr de pouvoir quitter Genk. Ce jour-là, l'Olympique de Marseille s'est subitement intéressé à Joakim Maehle, et le soir, à la demande expresse de l'arrière droit danois, le club a fini par accepter de discuter. Mais si Maehle partait, De Norre devait rester. Genk a toutefois résisté à l'OM et De Norre a pu rejoindre OHL comme il le souhaitait. Le directeur technique genkois, Dimitri De Condé, a expliqué sa décision : " Nous avions de meilleurs footballeurs pour les flancs et Casper ne se satisfaisait plus de son statut de réserve. " Le cas de De Norre est spécial : il a fait ses classes à Genk, qui ne l'a pas empêché de s'en aller à seize ans, au Standard, puis, deux ans plus tard, au STVV. En janvier 2019, l'année qui allait voir Genk enlever le titre, il se distinguait sur le flanc gauche de Saint-Trond et le Racing l'a transféré. D'après Transfermarkt, il a payé près de quatre millions. De Norre est un des dix transferts les plus chers de l'histoire de Genk. Pourtant, son deuxième passage à Genk n'a pas été une réussite. En un an et demi, il a participé à 22 matches. Cette saison, il a été couché à cinq reprises sur la feuille de match, mais n'a pas joué une seule minute.