Dimanche dernier, sur le coup de 16 h, une joute amicale face aux Néerlandais du FC Utrecht marquait, au Kiel, le point d'orgue du traditionnel fan day, auquel 5.000 personnes assistèrent. Pour Silvio Proto, il s'agissait de sa première apparition devant son nouveau public. Une prise de contact placée d'emblée sous les meilleurs auspices car dès la présentation de l'équipe, à un bon quart d'heure du coup d'envoi, c'est lui qui, à l'applaudimètre fit grimper le plus les décibels. La suite allait être à l'avenant : pas la moindre banderole hostile ou désobligeante dans les tribunes mais des applaudissements nourris sur chacune de ses interventions : une sortie judicieuse da...

Dimanche dernier, sur le coup de 16 h, une joute amicale face aux Néerlandais du FC Utrecht marquait, au Kiel, le point d'orgue du traditionnel fan day, auquel 5.000 personnes assistèrent. Pour Silvio Proto, il s'agissait de sa première apparition devant son nouveau public. Une prise de contact placée d'emblée sous les meilleurs auspices car dès la présentation de l'équipe, à un bon quart d'heure du coup d'envoi, c'est lui qui, à l'applaudimètre fit grimper le plus les décibels. La suite allait être à l'avenant : pas la moindre banderole hostile ou désobligeante dans les tribunes mais des applaudissements nourris sur chacune de ses interventions : une sortie judicieuse dans les pieds de Leroy George d'abord, puis une sortie aérienne devant Ali Boussabon. Après cinq minutes, c'est même le délire quand, sur un dégagement coupé vers Tosin Dosunmu, le but d'ouverture s'ensuit, signé Justice Wamfor. Comme pour prouver que sa relance malheureuse de l'année passée n'est plus qu'un mauvais souvenir, l'ex-Anderlechtois se charge lui-même de tous les dégagements, dans sa zone ou aux abords immédiats des 16 mètres. En deuxième mi-temps, le Hennuyer poursuit son sans faute, tandis que ses coéquipiers aggravent le score : 2-0 par Daniel Cruz après 55 minutes avant que Kevin Vandenbergh ne fixe les chiffres définitifs à l'heure de jeu. " Premier match, première victoire et des filets inviolés, je n'ai donc aucune raison de me plaindre ", observait le nouveau venu après coup. " Certes, je m'attendais à une meilleure réplique d'Utrecht, qui ne m'a pas sollicité outre mesure. Ceci dit, au Sporting je n'étais pas souvent mis à l'épreuve non plus. Dans ces conditions, l'essentiel est de tenir le zéro au marquoir. Je ne vais donc pas faire la fine bouche. Ce qui m'a tout particulièrement plu, aujourd'hui, c'est l'attitude positive du public. Il m'a applaudi très chaleureusement sur des balles anodines. Là aussi, je suis très satisfait de la tournure des événements. "Lundi passé, à l'occasion de ma première séance de préparation, l'entraînement avait été dispensé au SK Wilrijk au lieu des traditionnelles Wilrijkse Pleinen afin d'éviter tout débordement de la part d'éventuels trublions. Des policiers en civil veillaient autour du terrain. Dès le lendemain, la mesure était devenue superflue car tout se déroulait déjà dans une ambiance bon enfant. Proto : " Depuis, tout est allé crescendo avec ces quelques milliers de fans qui m'ont fait la fête contre le FC Utrecht. C'est bien parti pour moi mais il faudra à présent confirmer ces bonnes dispositions lors d'un match à véritable enjeu. Ce sera le cas samedi devant Roulers. " Guido De Laet, cheville ouvrière de la fédération des clubs de supporters du Germinal Beerschot ne pouvait cacher sa satisfaction après la rencontre : " Nous avons dit à Silvio que les fans étaient prêts à lui pardonner ses écarts de langage passés à condition qu'il se défonce pour eux. Après les paroles, l'heure est aux actes. Le supporter anversois est spécial : s'il aime se payer la tête des autres, il n'apprécie pas du tout qu'on se fiche de la sienne. L'ex-gardien du RSCA l'avait fait et on l'avait encore en mémoire, manifestement, au moment où son nom fut cité ici. Mais comme chacun aura pu le constater, nos supporters sont capables de faire la part des choses. Ils ont à la fois apprécié les excuses du joueur et son sans-faute devant Utrecht. Lors de la séance d'autographes d'après-match, Proto fut d'ailleurs le dernier à quitter l'estrade. Tout le monde voulait sa signature ainsi qu'une photo-souvenir avec lui ".