Début juin, Vincent Mannaert déclarait que le Club Bruges était prêt " à condition que personne ne parte. " Il savait cependant qu'il y avait peu de chances que les choses restent en l'état. Les transferts se décident de plus en plus au dernier moment, d'autant que les clubs, qui ont rapidement épuisé l'argent des sponsors et des abonnements, touchent les droits de retransmission début septembre.
...

Début juin, Vincent Mannaert déclarait que le Club Bruges était prêt " à condition que personne ne parte. " Il savait cependant qu'il y avait peu de chances que les choses restent en l'état. Les transferts se décident de plus en plus au dernier moment, d'autant que les clubs, qui ont rapidement épuisé l'argent des sponsors et des abonnements, touchent les droits de retransmission début septembre. Dès le 20 juin, les premières rumeurs de départ se faisaient d'ailleurs entendre. Elles concernaient MatRyan, Victor Vazquez, Tom De Sutter et ObbiOulare. Ryan parti, le club engageait SinanBolat (et Michaël Cordier comme troisième gardien). Arrivé blessé, le gardien turc a mis un peu de temps à trouver sa place et ses débuts face à Manchester United n'ont pas vraiment été convaincants mais, s'il s'impose, le Club aura fait une bonne opération puisqu'il l'a loué alors qu'il a vendu l'Australien pour 7 millions d'euros. Il peut donc consacrer cet argent à d'autres postes. Le match contre Manchester United fut aussi le dernier de Tom De Sutter, auteur de 17 buts la saison dernière (toutes compétitions confondues), dont un très beau en finale de la Coupe. Mais à deux reprises, De Sutter a manqué de fraîcheur dans les moments décisifs et le Club a décidé de le laisser partir à Bursaspor. Nicolas Castillo ne constituait pas une alternative. Après des débuts réussis (huit buts en dix matches), il s'était montré difficile et, lors du mercato hivernal, le club l'avait prêté à Mayence, où une blessure l'avait empêché de s'imposer. De retour à Bruges, il ne reçut plus jamais sa chance. Il voulait partir et le Club ne voulait plus de lui. Finalement, une solution a été trouvée sous forme d'une nouvelle location à Fossombrone. Il ne restait donc qu'Oulare, qui n'est pas toujours en très bonne forme physique -contre le Standard, il haletait déjà après une demi-heure, ce qui ne l'a pas empêché d'inscrire un joli but - et manque parfois de professionnalisme mais est encore jeune et peut donc progresser sur ce plan. Mais c'était de toute façon insuffisant pour tenir encore au moins 22 matches avant la trêve. Le Club a donc acquis deux attaquants : Leandro Pereira et Jelle Vossen, la surprise du mercato. Pereira (24 ans) doit remplacer De Sutter. Il est grand (1,90 m) et a été formé dans un petit club de l'Etat de São Paulo. En 2014, il s'est fait remarquer avec Chapecoense en marquant contre tous les grands clubs brésiliens. Palmeiras l'a transféré au nez et à la barbe de Corinthians mais, après un bon début de saison (6 buts inscrits), il s'est retrouvé sur le banc et a décidé de tenter sa chance en Europe. Jelle Vossen (26) avait souvent intéressé Bruges par le passé mais il n'est pas facile de transférer de club belge à club belge. Bruges s'en est encore aperçu lorsqu'il a sondé Gand au sujet de Thomas Foket. Prêté par Genk à Middlesbrough, Vossen ne s'y était pas réellement imposé, au point que le club ne l'avait pas acheté à titre définitif. Burnley l'a fait mais, lors des trois premiers matches, Vossen n'a jamais joué plus d'une heure et il n'a pas marqué. Son aventure en Angleterre ne lui a sans doute pas fait de tort mais ce n'était pas un championnat pour lui. Et puis, enfant, Vossen était supporter du Club Bruges. Ses parents nous l'avaient déjà avoué en 2007. Son père, Rudi, a toujours aimé l'engagement dont font preuve les Blauw en Zwart. Cela l'a sans doute influencé. Au point que lorsqu'on lui avait proposé pour la première fois de signer à Genk, il avait refusé. Et maintenant ? Lundi, le Club a abattu ses atouts. Des attaquants de 24 et 26 ans avec un peu d'expérience (et une marge de progression), c'est autre chose que NicolaStorm ou TuurDierckx. Jusqu'à dimanche, ce dernier était meilleur buteur avec deux buts. Devant, il y a abondance de biens, comme la saison dernière, lorsque le Club Bruges avait inscrit 69 buts lors de la phase classique, soit beaucoup plus que Courtrai (deuxième attaque avec 55 buts) et que le futur champion gantois (52). Lors des play-offs, malgré des blessures dans le compartiment offensif, le Club avait ajouté 16 buts à ce total. S'il n'avait pas été champion, ce n'était pas en raison d'un manque d'efficacité. Même si, à l'analyse, on estimait que les attaquants de pointe n'avaient pas répondu présent dans les moments décisifs. Le Club était régulier mais il lui manquait un tueur. C'est plutôt derrière que le bât blessait. Au cours des play-offs, Bruges a encaissé 16 buts (seul Courtrai a fait moins bien). Et les statisticiens vous le diront : il est plus important de ne pas encaisser que de marquer. Ce n'était pas une question de talent : ThomasMeunier, Björn Engels, Brandon Mechele et OscarDuarte, c'est assez fort pour la Belgique. Mais presque tous ont été blessés. Aujourd'hui encore, le Club a un problème en défense. Cela s'est vu contre Manchester. Pour des raisons de plus-value, les clubs préfèrent toujours dépenser de l'argent pour un attaquant que pour un arrière. Comme l'an dernier, c'est en tout cas maintenant que le Club entame véritablement son championnat. Felipe Gedoz, Lior Refaelov, José Izquierdo et Oulare doivent retrouver leur meilleur niveau tandis que Pereira doit s'intégrer et que HansVanaken doit trouver sa place. Le métier d'entraîneur est un éternel recommencement. Cette année, avec Vanaken et Vossen, Preud'homme peut compter sur des joueurs plus solides physiquement. A long terme, cela devrait payer. Rendez-vous dans les play-offs après une campagne européenne qui, sur base du tirage au sort, s'annonce à nouveau longue. Mieux vaut donc avoir un gros noyau. PAR PETER T'KINT - PHOTO BELGAIMAGE