Par un après-midi de mai 2006, à Almaty, l'ancienne capitale, à plus de 5.000 kilomètres de Bruxelles mais à moins de 160 kilomètres de la frontière chinoise, Askar Akhmetov avait expliqué à son visiteur belge pourquoi son pays avait pu quitter la confédération asiatique de football au profit de l'européenne. Le secrétaire de la fédération de football du Kazakhstan avait montré la rivière Oural, qui s'écoule des montagne du même nom dans la mer caspienne.

A l'ouest de cette rivière, une minuscule partie du Kazakhstan, moins de 10%, se situe sur le continent européen. Nous étions dans le pays pour rechercher les racines du cycliste Alexandre Vinokourov et faire un reportage sur le pays, versé dans la poule de qualification de la Belgique pour l'EURO 2008.

Les Diables Rouges vont bientôt jouer à 4.400 kilomètres de Bruxelles. Ce sera à Astana, la capitale, qui s'appelle Nur Sultan depuis l'année passée, du nom de l'ancien président. En 1997, c'est lui qui a fondé la nouvelle capitale, au beau milieu de la steppe. La bourgade d'Akmoly, qui comptait quelques milliers d'habitants, avait été rebaptisée Astana, " capitale " en kazakh.

En 2006, le long des larges avenues, il n'y avait encore que quelques immeubles de bureaux et des hôtels, une gare et beaucoup de panneaux en bois, qui montraient à quoi ressembleraient les magnifiques bâtiments qu'il fallait encore construire. C'était une ville en chantier.

Quand le Kazakhstan est devenu membre de l'UEFA en 2002, il était 117e au classement FIFA. Il a progressé d'une place. En août 2006, les Kazakhs avaient affronté la Belgique dans ce qui s'appelait encore le stade Constant Vanden Stock. Un seul international jouait à l'étranger, en Russie, et le salaire moyen d'un football professionnel au pays était plafonné à mille euros par mois.

Le Néerlandais Arno Pijpers était le sélectionneur de l'équipe nationale et du club d'Astana. " Il avait prouvé avec l'Estonie qu'il pouvait faire progresser une petite nation du football ", avait argumenté le secrétaire. L'équipe de Pijpers avait réussi un nul blanc à Bruxelles contre les Diables Rouges de René Vandereycken. Quand des journalistes kazakhs qui téléphonaient chez eux ont été interrogés sur la manière dont le nul avait été accueilli chez nous, ils avaient répondu avec un large sourire. " Big party. Tomorrow National Holiday ! "

Par un après-midi de mai 2006, à Almaty, l'ancienne capitale, à plus de 5.000 kilomètres de Bruxelles mais à moins de 160 kilomètres de la frontière chinoise, Askar Akhmetov avait expliqué à son visiteur belge pourquoi son pays avait pu quitter la confédération asiatique de football au profit de l'européenne. Le secrétaire de la fédération de football du Kazakhstan avait montré la rivière Oural, qui s'écoule des montagne du même nom dans la mer caspienne. A l'ouest de cette rivière, une minuscule partie du Kazakhstan, moins de 10%, se situe sur le continent européen. Nous étions dans le pays pour rechercher les racines du cycliste Alexandre Vinokourov et faire un reportage sur le pays, versé dans la poule de qualification de la Belgique pour l'EURO 2008. Les Diables Rouges vont bientôt jouer à 4.400 kilomètres de Bruxelles. Ce sera à Astana, la capitale, qui s'appelle Nur Sultan depuis l'année passée, du nom de l'ancien président. En 1997, c'est lui qui a fondé la nouvelle capitale, au beau milieu de la steppe. La bourgade d'Akmoly, qui comptait quelques milliers d'habitants, avait été rebaptisée Astana, " capitale " en kazakh. En 2006, le long des larges avenues, il n'y avait encore que quelques immeubles de bureaux et des hôtels, une gare et beaucoup de panneaux en bois, qui montraient à quoi ressembleraient les magnifiques bâtiments qu'il fallait encore construire. C'était une ville en chantier. Quand le Kazakhstan est devenu membre de l'UEFA en 2002, il était 117e au classement FIFA. Il a progressé d'une place. En août 2006, les Kazakhs avaient affronté la Belgique dans ce qui s'appelait encore le stade Constant Vanden Stock. Un seul international jouait à l'étranger, en Russie, et le salaire moyen d'un football professionnel au pays était plafonné à mille euros par mois. Le Néerlandais Arno Pijpers était le sélectionneur de l'équipe nationale et du club d'Astana. " Il avait prouvé avec l'Estonie qu'il pouvait faire progresser une petite nation du football ", avait argumenté le secrétaire. L'équipe de Pijpers avait réussi un nul blanc à Bruxelles contre les Diables Rouges de René Vandereycken. Quand des journalistes kazakhs qui téléphonaient chez eux ont été interrogés sur la manière dont le nul avait été accueilli chez nous, ils avaient répondu avec un large sourire. " Big party. Tomorrow National Holiday ! "