Il s'est adjugé Paris-Roubaix en 2007. Cette fois, Stuart O'Grady (35 ans) suivra l'Enfer du Nord depuis son fauteuil. Le coureur de Saxo Bank a en effet chuté à Milan-Sanremo, au 29e kilomètre. Il s'est fracturé la clavicule droite et une côte. Il a fallu l'opérer suite à un épanchement sanguin entre la côte et un poumon. O'Grady est au repos pour deux semaines au moins.
...

Il s'est adjugé Paris-Roubaix en 2007. Cette fois, Stuart O'Grady (35 ans) suivra l'Enfer du Nord depuis son fauteuil. Le coureur de Saxo Bank a en effet chuté à Milan-Sanremo, au 29e kilomètre. Il s'est fracturé la clavicule droite et une côte. Il a fallu l'opérer suite à un épanchement sanguin entre la côte et un poumon. O'Grady est au repos pour deux semaines au moins. Les blessures semblent faire partie du quotidien des cyclistes mais O'Grady détient un record peu enviable : depuis le début de sa carrière pro en 1995, il s'est occasionné 26 fractures. Tout a commencé en 1999 : il a été attaqué à Toulouse. O'Grady s'est défendu et dans la bagarre qui a suivi, il s'est occasionné une double fracture de la base du crâne. Quelques mois plus tard, l'Australien souffrait de paralysie et ne pouvait plus parler à cause d'un £dème sanguin, éliminé par un traitement médicamenteux. En avril 2002, O'Grady a été opéré d'une artère bouchée à la jambe gauche. Trois mois plus tard, il achevait le Tour de France, troisième du classement aux points. En 2004, il chutait dans la finale du Prix E3. Bilan : une côte cassée, ce qui ne l'empêcha pas de prendre le départ du Tour des Flandres une semaine plus tard. Il gagna encore une étape du Tour et la HEW Cyclassics, cette année-là. En mars 2006, une chute dans la deuxième étape de Tirreno-Adriatico lui a valu une fracture de la clavicule et de cinq côtes. Après sa victoire à Paris-Roubaix, O'Grady a pris part au Tour. Dans la descente de Cormet de Roselend, il a heurté un poteau, à une vitesse de 85 km/h. Diagnostic : huit côtes cassées, une fracture de la clavicule, de l'épaule, de trois vertèbres, un poumon perforé et un £dème cérébral. L'Australien a passé deux semaines à l'hôpital avant d'entamer une rééducation de sept semaines mais en octobre, il reprenait déjà la compétition au Herald Sun Tour. Il a vu un collègue chuter dans un ravin. " Pour la première fois de ma vie, j'ai pensé : -Pourvu que je ne tombe pas ", raconte O'Grady. " Puis nous sommes arrivés dans la vallée et cet sentiment s'est dissipé. Je n'ai plus jamais eu peur. " O'Grady continue à rouler et... à tomber. L'année dernière, quelques semaines avant le Circuit Het Volk, il a heurté une auto et s'est encore fracturé quatre côtes mais il a participé à l'ouverture de la saison belge. A ce bilan s'ajoute encore une fracture de la clavicule au Giro. Sa chute à Milan-Sanremo est la dernière en date. Pourtant, l'Australien n'envisage pas de raccrocher son vélo. " Ceux qui considèrent que je suis fini ne font que me motiver. " A force de tomber, ne devient-on pas superstitieux ? " Oh, je me relève et je continue. Je ne m'attarde pas là-dessus, je vais de l'avant. "