Ces classements vous intéressent-ils beaucoup ?

Davy De fauw : Franchement non. Notre attaché de presse et mes amis m'en parlent parfois. Sans mettre en cause le jugement des journalistes, je n'ai pas besoin des points de la presse pour savoir si j'ai bien joué ou non. Je ne lis que les articles.
...

Davy De fauw : Franchement non. Notre attaché de presse et mes amis m'en parlent parfois. Sans mettre en cause le jugement des journalistes, je n'ai pas besoin des points de la presse pour savoir si j'ai bien joué ou non. Je ne lis que les articles. Non. Je l'avais avancé comme un des joueurs les plus déterminants. Il a pris beaucoup de points pour Courtrai, comme Sammy Bossut pour nous. Il n'est pas meilleur que Silvio Proto (onzième, ndlr) mais un gardien se met davantage en valeur au sein d'une équipe moyenne que Proto, qui ne voit parfois que trois ballons sur un match. Dans ces conditions, il vous est difficile de lui donner beaucoup de points. Je suis content que mon coéquipier Karel D'Haene soit si bien classé (huitième des moyennes et deuxième après De fauw au classement des totaux, ndlr). Karel est très régulier. En revanche, je suis surpris que Jelle Vossen ne figure pas dans le top dix. C'est un excellent avant, qu'on ne juge pas toujours à sa juste valeur, même si cela commence à changer. Les résultats de l'équipe sont au-dessus de la moyenne mais c'est aux Pays-Bas que j'ai le mieux joué, durant ma dernière saison au Sparta, en 2005-2006, et certainement durant ma première à Roda JC, en 2006-2007. J'ai été plus déterminant sur le plan offensif, en inscrivant cinq buts. Durant mes premières semaines à Kerkrade, j'ai même marqué contre l'Ajax et au PSV. En tant que défenseur, je n'accorde pas vraiment d'importance à un but car préserver mes filets ou délivrer un assist est tout aussi satisfaisant mais cette campagne reste ma meilleure, selon moi. Quelques semaines après mon arrivée, on m'a même proposé une prolongation de contrat. C'est difficilement comparable puisque les Pays-Bas jouent plus ouvertement mais j'aurais souhaité remplir un rôle offensif plus conséquent. Cinq assists et quatre pré-assists, ce n'est pas mal, mais je n'ai pas trouvé le chemin des filets et j'aurais dû monter davantage, surtout contre les équipes des PO1. Je me contiens peut-être trop mais évidemment, l'équipe joue avec prudence et je dois souvent me concentrer sur l'ailier gauche adverse. Or, neutraliser un Maxime Lestienne requiert pas mal d'énergie ! Je sais donc ce qui me reste à faire durant les play-offs. Parce que, comme nous, ils s'appuient sur une excellente organisation et qu'ils disposent de grands gabarits dans l'axe. Ce n'est pas un hasard si Hamdi Harbaoui, un avant, s'engage dans la majorité des duels et commet autant de fautes. Nous avons l'équipe la plus petite de D1. Ce style de jeu ne nous convient donc pas. Nous devons multiplier les mouvements, sans nous laisser trop entraîner dans les duels. Samedi, nous devrons veiller à cet aspect. Anderlecht. Il a certes eu un passage à vide et il subit la pression de l'extérieur mais son noyau regorge d'une telle expérience, d'une telle qualité que je ne puis imaginer qu'il perde le titre, d'autant qu'il conserve quand même une certaine avance à l'entame des play-offs. Ces dernières semaines, le Club Bruges a beaucoup gagné en forme et en confiance mais il lui sera quand même difficile d'engranger deux victoires de plus que les Mauves en l'espace de dix journées. PAR JONAS CRÉTEUR