Les Loups ont-ils réussi une bonne opération en arrachant un point à Westerlo ? Un nul à l'extérieur est, théoriquement, toujours une bonne chose pour une équipe qui ne vise pas le haut du classement. Il n'empêche que les hommes d'Ariel Jacobs sont remontés dans le bus avec bien des regrets.
...

Les Loups ont-ils réussi une bonne opération en arrachant un point à Westerlo ? Un nul à l'extérieur est, théoriquement, toujours une bonne chose pour une équipe qui ne vise pas le haut du classement. Il n'empêche que les hommes d'Ariel Jacobs sont remontés dans le bus avec bien des regrets. Davy Cooreman : Au vu de notre excellente deuxième mi-temps, nous avons la conviction que nous aurions carrément dû prendre les trois points. Si l'arbitre n'avait pas annulé mon but, nous serions certainement sortis vainqueurs de ce match. Il était tombé à un moment idéal et on connaît La Louvière : si nous menons alors que la fin du match approche, nous savons fermer la boutique et l'adversaire a alors peu de chances de recoller au score. Et comment... Même les joueurs de Westerlo se sont demandé ce qui se passait. Quand la balle était dans les filets, aucun défenseur ne réclamait quoi que ce soit. Pour eux, c'était clair : j'avais contrôlé de la poitrine, et pas de la main. Seul l'arbitre ne l'a pas vu. Je ne le comprends toujours pas. Tout le monde était terriblement déçu parce que nous avions la conviction que, si une équipe avait dû quitter le terrain avec les trois points, c'était bien la nôtre. Une chose est sûre : nous devrons gagner ce match. Tout autre résultat sera considéré comme un échec. Et j'imagine qu'il y aura déjà des réactions négatives si nous n'avons toujours pas gagné après deux journées, en ayant reçu un promu. C'est vrai que c'était dans la même lignée. Nous avons dominé le champion pendant une mi-temps et c'est prometteur pour l'avenir. En plus, notre équipe a encore une belle marge de progression parce qu'on y trouve pas mal de nouveaux joueurs et de jeunes. Je me sens très bien, effectivement. Quand je compare avec ce que je vivais il y a un an, c'est le jour et la nuit. Il manquait des papiers pour que je sois qualifié et j'ai raté la première partie du championnat. Après cela, je me suis occasionné une déchirure. Bref, à la fin du premier tour, La Louvière pouvait regretter de m'avoir transféré. Mais j'ai bien remis les choses au point entre-temps. (P. Danvoye)Georges Heylens commente le championnat.