Une agence de tourisme londonienne proposera dès 2018 des promenades sous-marines autour de la carcasse du Titanic à quelque 3800 m de profondeur. Le prix de ce city trip improbable ? 105.000 dollars. Le juste prix de ton rêve le plus fou ?

DAVID HUBERT : On va tout de suite mettre les choses au clair, je ne m'éloigne jamais à plus de 10 mètres du bord quand je vais à la plage, donc descendre à 4000 m très peu pour moi. Moi, ce dont je rêve, c'est des States, de l'Indonésie, de l'Australie.
...

DAVID HUBERT : On va tout de suite mettre les choses au clair, je ne m'éloigne jamais à plus de 10 mètres du bord quand je vais à la plage, donc descendre à 4000 m très peu pour moi. Moi, ce dont je rêve, c'est des States, de l'Indonésie, de l'Australie. HUBERT : J'ai revendu mon Audi A5 l'été passé pour privilégier une voiture plus familiale, une Volkswagen Tiguan suite à la naissance de notre premier fils. Je n'aime pas attacher trop d'importance à tout ce qui touche au matériel, mais je dois bien avouer que j'ai eu un petit pincement au coeur quand l'acheteur est arrivé chez moi. HUBERT : En Espagne, avec la crise, les gens se posent inévitablement des questions. Il y avait aussi eu la politique de l'enfant unique en Chine il y a quelques années. J'en parle d'autant mieux que je viens d'une famille de 6 enfants, mais mes parents sont, comme moi, conscients qu'en 2017, ce ne serait plus possible parce que le monde a changé et que les dangers de la surpopulation sont réels. HUBERT : Je n'ai jamais été trop branché fashion ou design, donc difficile de me prononcer. Si on parle de collections " automne-hiver " ou " printemps-été ", c'est j'imagine que la mode ne dure qu'une demi-année, je me trompe ? HUBERT : SMS compris, je suis toujours à la page avec ma femme, mais si on parle de romantisme pur et dur, ça remonte à une autre époque. L'année de mes 12 ans, je suis parti en vacances avec mes parents et je suis tombé amoureux d'une petite Française. On s'est échangé du courrier pendant tout l'été. Pendant des semaines, chaque matin, j'allais relever le courrier. C'est mes parents qui étaient contents (rires). HUBERT : Je devais être en primaire, j'avais envoyé une balle dans la figure d'une fillette alors qu'on nous avait interdit de jouer au foot dans la cour. Je me suis pris un savon du surveillant et j'ai passé la dernière demi-heure de la récré contre le mur. HUBERT : J'ai crevé un pneu à ma nouvelle voiture le mois dernier. Mais ce n'est pas le plus drôle. Je me suis arrêté sur le bord de l'autoroute et une voiture de police s'est arrêtée. Sympathiquement, les agents ont sécurisé la zone mais, par contre, pas un coup de mains pour changer le pneu. PROPOS RECUEILLIS PAR MARTIN GRIMBERGHS