Il faut remonter à 1968 pour trouver trace d'un aussi mauvais début de championnat de l'Atletico Madrid. Malgré l'arrivée de QuiqueSanchezFlores en remplacement d' AbelResino, limogé voici 15 jours, cela ne s'arrange pas. Les Colchoneros, qui n'ont plus gagné un derby contre le Real Madrid depuis dix ans (octobre 1999), se sont encore inclinés samedi passé face à leurs rivaux de la capitale. Ils ont pourtant livré une bonne prestation, mais les habituelles erreurs défensives ont permis aux visiteurs de s'envoler à 0-3, et malgré un rush final marqué par deux buts de DiegoForlan et de SergioAgüero dans l...

Il faut remonter à 1968 pour trouver trace d'un aussi mauvais début de championnat de l'Atletico Madrid. Malgré l'arrivée de QuiqueSanchezFlores en remplacement d' AbelResino, limogé voici 15 jours, cela ne s'arrange pas. Les Colchoneros, qui n'ont plus gagné un derby contre le Real Madrid depuis dix ans (octobre 1999), se sont encore inclinés samedi passé face à leurs rivaux de la capitale. Ils ont pourtant livré une bonne prestation, mais les habituelles erreurs défensives ont permis aux visiteurs de s'envoler à 0-3, et malgré un rush final marqué par deux buts de DiegoForlan et de SergioAgüero dans les dix dernières minutes, on en est resté à 2-3. " C'est tous ensemble que l'on sortira de cette mauvaise passe ", affirme le défenseur TomasUjfalusi, auteur d'un assist. " Les feux restent au rouge, puisque l'on demeure positionné en zone de relégable, mais l'important est qu'on continue à travailler de la même manière ", martèle l'entraîneur. " C'est en se retroussant les manches et en se donnant à fond sur le terrain qu'on parviendra à prendre des points et à remonter les échelons. "Quique a constaté une légère amélioration dans le jeu de l'équipe. " Il reste beaucoup de pain sur la planche, mais je ne suis pas mécontent de l'évolution. C'est sur le plan défensif que l'on continue à pécher. "L'entraîneur estime que l'élimination de la Ligue des Champions a fortement affecté l'équipe : " C'est l'un des objectifs de la saison que l'on peut déjà ranger au placard, et forcément, cela laisse des traces. "Quique avait choisi de laisser Agüero sur le banc en début de match et ne l'a lancé qu'en deuxième mi-temps. " Il était très fatigué après le match européen de mardi où il a inscrit deux buts, et ressentait certaines douleurs musculaires. Il n'était pas en mesure de jouer 90 minutes ", justifie-t-il en ajoutant que " le Kun est encore très jeune et ne connaît pas encore très bien son corps. " BARCELONE a une moyenne de quatre buts marqués par match au Camp Nou cette saison et l'a conservée face à Majorque (4-2), même si PepGuardiola avait décidé de laisser DaniAlvés, XaviHernandez, AndrésIniesta et LionelMessi sur le banc au coup d'envoi. Les buts ont été inscrits par Pedro (deux fois), ThierryHenry (qui a retrouvé le chemin des filets après six semaines de panne sèche) et enfin LionelMessi sur penalty. ZLATANIBRAHIMOVIC (28 ans) s'est occasionné une élongation à la jambe gauche et sera sur la touche pendant une semaine MAJORQUE, la révélation de la saison, doit surtout ce statut à ses performances à domicile : le club des Iles Baléares a tout gagné chez lui mais peine en déplacement (deux partages et trois défaites). SAMUELETO'O (28 ans) a déclaré depuis Milan qu'il aimerait terminer sa carrière à Majorque : le club qui, après des débuts difficiles au Real Madrid, lui a permis de lancer sa carrière en Espagne. LEREALMADRID a mis la fédération portugaise en garde : plus question de prendre des risques avec CristianoRonaldo, comme cela avait été le cas lors du dernier match international. Queiroz, le sélectionneur portugais, a irrité les dirigeants madrilènes en annonçant qu'il comptait bien l'aligner lors du deuxième match. LEDEPORTIVO s'est imposé 0-2 à Getafe alors qu'il a terminé le match à neuf après les exclusions de Riki et Sergio. LA LFP, la Ligue de Football Professionnel, a renoncé à sa menace de grève qui était destinée à protester contre le projet d'abolition du privilège fiscal accordé aux joueurs à gros contrat. DANIEL DEVOS