Samedi, le Real Madrid a remporté son troisième match d'affilée en s'imposant 1-3 à Tarragone. IvanHelguera a été le héros de la partie. JavierPortillo, lui, était dans la tribune pour assister à cette rencontre qu'il aurait tant aimé disputer. Lorsqu'il a signé pour deux ans au Gimnastic, le Real Madrid a fait insérer une clause lui interdisant d'affronter son ancien club : le genre de clause que l'on insère parfois lors d'une location, mais rarement lors d'un transfert définitif.
...

Samedi, le Real Madrid a remporté son troisième match d'affilée en s'imposant 1-3 à Tarragone. IvanHelguera a été le héros de la partie. JavierPortillo, lui, était dans la tribune pour assister à cette rencontre qu'il aurait tant aimé disputer. Lorsqu'il a signé pour deux ans au Gimnastic, le Real Madrid a fait insérer une clause lui interdisant d'affronter son ancien club : le genre de clause que l'on insère parfois lors d'une location, mais rarement lors d'un transfert définitif. Qu'est parti faire Portillo dans un club aussi modeste ? " J'avais surtout besoin de confiance et de temps de jeu. A Tarragone, j'ai d'emblée senti qu'on me soutiendrait à 100 %. Et puis, j'avais envie de retrouver la Liga ". Avec 712 buts en 14 ans, Portillo était le meilleur buteur de l'histoire des équipes de jeunes du Real, mais il n'a pas percé dans le club de son c£ur. " L'arrivée massive d'attaquants m'a été fatale. Cet été encore, j'espérais qu'une chance me soit offerte. J'avais inscrit quelques buts durant la période de préparation, mais je savais qu'avec l'arrivée de RuudvanNistelrooy, je devrais partir. Lorsque ce n'est pas Ronaldo qui vous barre le chemin, c'est quelqu'un d'autre : il y a toujours pléthore d'attaquants au stade Santiago Bernabeu. J'ai donc cherché mon bonheur ailleurs. Je sais qu'à Tarragone, les individualités ne comptent pas : il faut d'abord faire bloc. J'ai été habitué à lutter pour le titre ou même pour la Ligue des Champions. Cette saison, je devrai lutter pour le maintien. C'est un autre genre d'expérience, mais si l'on se maintient, ce sera aussi un exploit ". Est-il revenu à son meilleur niveau ? " Lorsqu'on joue un match tous les trois mois, comme c'était mon cas à Madrid, on perd forcément le rythme. Mais le prêt à Bruges m'a fait du bien. J'ai pu jouer 36 matches. Je pense que je suis devenu plus complet, plus travailleur et que je n'ai pas perdu mon instinct de buteur. Sous le maillot brugeois, j'ai marqué 13 buts au total, dont deux en Ligue des Champions et un en Coupe de l'UEFA, ce qui n'est pas mal. En Espagne, on se souvient uniquement de moi pour le superbe but inscrit face au Panathinaikos. Mais je sais ce que je vaux et je suis toujours heureux d'être footballeur, quel que que soit l'endroit où je joue ". JOSE MARIA BAKERO, l'entraîneur de la Real Sociedad, a été démis de ses fonctions à la suite des mauvais résultats du club. Son adjoint Meho Kodro et le préparateur physique Luis Mila ont subi le même sort. Le nouveau coach sera Miguel Angel Lotina (ex-Espanyol) qui a signé jusqu'à la fin de la saison, avec option pour une saison supplémentaire. DAVID ALBELDA, le capitaine de Valence qui s'était blessé au genou droit lors du match à Osasuna voici dix jours, a déjà entamé sa rééducation. Il sera néanmoins absent des terrains pendant deux mois. ADRIANO CORREIA, le joueur brésilien du FC Séville qui vient de fêter ses débuts en Seleção, va demander la naturalisation espagnole en janvier. Il résidera alors en Espagne depuis deux ans, le délai requis pour obtenir la double nationalité. BERTRAND LAQUAIT était titulaire pour la troisième fois d'affilée dans les buts de Huelva, samedi soir. Au Nou Camp, devant 72.630 spectateurs, il a dû repêcher trois fois le ballon au fond de ses filets : deux buts de Ronaldinho (dont un penalty) et un de Xavi. ANDONI GOICOECHEA, vous vous souvenez ? Cet ancien rugueux défenseur de Bilbao a été invité par l'hebdomadaire Don Balon à désigner son 11 préféré. Parmi les élus, un Belge : Eric Gerets. " Il m'enchantait ", explique-t-il. " Je l'ai affronté plusieurs fois avec l'équipe nationale. Il était très rapide, arpentait remarquablement son couloir et marquait son territoire à la perfection. Il a toujours maintenu un niveau de jeu très élevé ". D. DEVOS