Nos aborigènes

Danny Vukovic (32) : " On présente souvent les Australiens comme des criminels. Lorsque les Anglais ont posé le pied en Australie au 18e siècle, ils se sont dit que ce serait un bel endroit pour y envoyer les détenus car leurs prisons étaient surpeuplées. Alors, ils les ont envoyés ici. Au fil des années, de plus en plus de blancs sont arrivés mais pas seulement des bagnards. Pour la population locale, les aborigènes, la transition a été dure. Ils ont eu le sentiment qu'on leur prenait leur terre et on ne peut pas vraiment leur donner tort.
...

Danny Vukovic (32) : " On présente souvent les Australiens comme des criminels. Lorsque les Anglais ont posé le pied en Australie au 18e siècle, ils se sont dit que ce serait un bel endroit pour y envoyer les détenus car leurs prisons étaient surpeuplées. Alors, ils les ont envoyés ici. Au fil des années, de plus en plus de blancs sont arrivés mais pas seulement des bagnards. Pour la population locale, les aborigènes, la transition a été dure. Ils ont eu le sentiment qu'on leur prenait leur terre et on ne peut pas vraiment leur donner tort. Beaucoup d'aborigènes ont fait de très bonnes choses pour le pays. L'athlète Cathy Freeman par exemple, a porté la flamme lors des Jeux Olympiques de 2000 organisés chez nous et a décroché la médaille d'or sur 400 mètres. Il y a eu également Evonne Goolagong, la championne de tennis. Pourtant, la façon dont les aborigènes sont traités fait toujours débat. Certains continuent à les discriminer, alors qu'ils sont nos semblables. Dans le nord de l'Australie et dans les environs d'Alice Springs, des aborigènes vivent toujours comme il y a cent ans. Dans les grandes villes, leurs descendants vivent comme vous et moi. J'en compte quelques-uns parmi mes amis mais pas dans mon arbre généalogique. Mon père et ma mère sont nés en Serbie et sont venus en Australie avec leur parents parce qu'ils cherchaient une vie meilleure. Pour ma part, je ne suis allé qu'une fois en Serbie, avec mon épouse, pour notre voyage de noces. Nous avons fait le tour d'Europe. Nous sommes d'abord passés par l'Angleterre, pays dont sa famille est originaire, puis nous avons mis le cap sur Novi Sad, la ville serbe où mes parents sont nés et ont grandi avant de se rencontrer à Sydney. J'y ai notamment rencontré la soeur de feu mon grand-père. Quand elle m'a vu, elle a éclaté en sanglots, elle m'a dit que c''était comme si son frère était devant elle. " " J'ai toujours des frissons quand je suis dans l'avion et que, par le hublot, j'aperçois Harbour Bridge. Ça reste mon endroit préféré, même si Sydney est très agitée et qu'aujourd'hui, je préfère le calme. A Sydney, tout le monde veut avancer, les gens sont très égocentriques. La maison de mes parents se trouve à Sydney mais assez loin de Harbour Bridge. J'ai grandi à St Clair, un quartier à l'autre bout de la ville, à l'ouest. L'est, près des plages et des endroits connus, comme l'Opera House, est plutôt réservé aux gens aisés. Quand ils ont trop chaud, ils peuvent plonger dans l'océan. A Bondi Beach, par exemple. Pour ma part, je préfère Cogee Beach, qui est bien plus calme. Mais la ville de Sydney est particulièrement grande et St Clair se trouve à une bonne heure de voiture de la plage. Donc, comme la plupart des Australiens, nous avons une piscine à la maison. En Australie, ce n'est pas tellement un signe de luxe. A l'intérieur des terres, comme à St Clair, il fait intenable dehors, l'été. Il faut donc piquer une tête de temps en temps. " " Pour moi, le plus grand joueur australien de tous les temps, c'est Mark Viduka. Son toucher de balle était incroyable et ses mouvements, particulièrement élégants, surtout pour un type aussi grand. " " En Belgique, quand on commande un café, le barman appuie sur le bouton d'une machine. En Australie, il y en a aussi mais c'est dans les stations-service. Quand nous voulons un bon café, nous faisons appel à un barista. Melbourne a une excellente réputation sur ce plan. Lorsque j'y jouais, chaque matin, en partant à l'entraînement, je m'arrêtais dans mon café préféré et je buvais un latte macchiato. Ici, j'ai arrêté car je n'ai toujours pas trouvé un endroit qui serve un super café. " kristof de ryck