Une étude a démontré qu'à Noël, une personne consommait en moyenne 6.000 calories en 24 heures, soit l'équivalent de 11 Big Mac. Le Boxing Day n'est-il pas finalement le meilleur des régimes ?

DANIJEL MILICEVIC : J'aime bien le principe de jouer à Noël, mais ça nous oblige quand même à faire attention à ce qu'on mange pendant les fêtes. Moi, par exemple, j'aime bien boire un ou deux verres de vin, et le soir de Noël, tu as déjà le cava, donc tu dois choisir. Et puis, ça veut aussi dire non au boudin !
...

DANIJEL MILICEVIC : J'aime bien le principe de jouer à Noël, mais ça nous oblige quand même à faire attention à ce qu'on mange pendant les fêtes. Moi, par exemple, j'aime bien boire un ou deux verres de vin, et le soir de Noël, tu as déjà le cava, donc tu dois choisir. Et puis, ça veut aussi dire non au boudin ! MILICEVIC : À chaque fois que je dois refaire mon passeport malheureusement. Récemment, j'ai fait 300 kilomètres en Bosnie pour obtenir le bon certificat. Et c'est presque pire quand je dois refaire mon passeport suisse parce qu'il n'y a pas d'ambassade en Belgique. Cet été, j'ai donc dû prendre congé pour aller jusqu'à La Haye aux Pays-Bas pour le refaire. MILICEVIC : Le vieux dicton, sans aucun doute ! J'ai d'ailleurs toujours fait bien attention à choisir les personnes avec qui je traînais depuis que j'ai quitté la maison familiale il y a 11 ans. Et puis, les sondages en 2016, ce n'était pas tout à fait ça hein ? MILICEVIC : Ça ressemble surtout à un cadeau empoisonné. L'an dernier, un très bon ami m'a offert une horrible chemise de couleur rouge, jaune et bleu. Un truc immettable, je ne comprends toujours pas ce qui lui est passé par la tête. D'habitude, on m'offre une bouteille de vin ou un bon pour un massage... MILICEVIC : Contre. J'ai connu la guerre en ex-Yougoslavie étant petit, et je ne pense pas qu'à l'époque on aurait même accepté que la Yougoslavie se présente pour devenir membre du conseil de sécurité. Un pays en guerre au Conseil de sécurité, ça tient un peu du non-sens non ? MILICEVIC : Ce serait merveilleux. Déjà parce que je déteste les mises au vert. J'ai toujours eu besoin de liberté et les mises au vert, c'est tout ce qu'il y a de plus rigide. Randonnée, sieste, dîner, tout est minuté. Et puis surtout, quand j'étais petit je rêvais de devenir pilote d'avion. J'ai toujours été fasciné par le Concorde, alors savoir que je pourrais vivre à Paris et travailler à New York, forcément, ça m'excite un peu ! MILICEVIC : Sans aucun doute. Je suis nostalgique de ma jeunesse, une époque où je n'étais pas accro à mon téléphone et où je sortais dans la rue pour rencontrer des gens. Si je dois être honnête, je dois dire que parfois le monde dans lequel on vit me fait peur...MARTIN GRIMBERGHS