On nous bassine avec ce foot allemand. Ils sont champions du monde ! Et alors ? L'Argentine a failli l'être. C'est dire si ce titre est surfait, comme l'est le Bayern. Champion du monde des clubs, et alors ? Le Raja a failli l'être. Surfait, survendu à coup de stades parfaits. De clubs sains, sportivement et financièrement. De dirigeants qui comprennent et servent le foot. En fait, qu'est-ce qu'il footent dans le mode du foot ? Même pas de dettes. Bon ok, ils ont un dirigeant en prison mais bon, c'est parce qu'il vendait des saucisses et qu'il en plaçait le gras dans des endroits discrets. Et alors ? On aimerait tous que notre gras se fasse discret, non ?
...

On nous bassine avec ce foot allemand. Ils sont champions du monde ! Et alors ? L'Argentine a failli l'être. C'est dire si ce titre est surfait, comme l'est le Bayern. Champion du monde des clubs, et alors ? Le Raja a failli l'être. Surfait, survendu à coup de stades parfaits. De clubs sains, sportivement et financièrement. De dirigeants qui comprennent et servent le foot. En fait, qu'est-ce qu'il footent dans le mode du foot ? Même pas de dettes. Bon ok, ils ont un dirigeant en prison mais bon, c'est parce qu'il vendait des saucisses et qu'il en plaçait le gras dans des endroits discrets. Et alors ? On aimerait tous que notre gras se fasse discret, non ? Moins discret fut le constat du match d'ouverture de cette nouvelle saison de Bundesliga. Celle des champions du monde et dans le plus grand club du monde. Je vous demande de vous asseoir, et de respirer profondément avant de lire ce qui suit. C'est un réserviste brésilien au Mondial qui a dirigé le jeu du Bayern. Autrement dit un traumatisé frustré. D'autant plus que le seul match qu'il a joué, c'était contre... l'Allemagne. Eh oui, cher ami, un stoppeur monopolise le ballon dans une équipe entraînée par PepGuardiola. Dans ce duel face à Wolfsbourg, Dante est le joueur qui a le plus touché le ballon. Deux fois plus que Müller et Robben, trois fois plus que Götze, sept fois plus que Lewandowski qui lui-même l'a touché deux fois moins que Neuer son... gardien. Y a un comme un blême. Le Bayern a fait ronronner le ballon dans son propre camp, parfois ligne médiane. On aurait dit le Barça de la saison dernière. Heureusement fini de ronronner quand Robben et Muller décident d'accélérer. Deux fulgurances pour passer dans la douleur. Normal, les Bavarois ne sont pas prêts. Six de leurs joueurs ont disputé la finale de la Coupe du monde. Quasiment sept avec Robben. La Bundesliga pullule de " Mondialistes ". Ils sont 77 joueurs à y avoir participé. Il y en a même de la D2 qui y étaient. Ils viennent de partout et ils sont le nectar de leur pays. De la première qualité. Ajoutons à cela que 64 % des joueurs qui participent à l'élite du foot allemand sont sélectionnables pour la Mannschaft. C'est deux fois plus qu'en Premier League. Impressionnant. Quand tu grandis et est éduqué sur les pelouses allemandes, tu ne veux plus les quitter. Cela s'appelle la formation. Bon, y a le pognon aussi, ça aide à convaincre. Mais il y a encore un sentiment d'appartenance à une élite. Depuis que la fédé a obligé les 36 clubs de D1 et D2 à avoir chacun leur centre de formation, la lumière a jailli. Cela fait un potentiel de 5200 jeunes formés au concret. On ajoute à cela la merveilleuse richesse qu'est l'immigration et voilà un peuple qui courait d'abord, jouait ensuite, qui devient des " LatinLovers " du beau jeu. La caresse avant la frappe de mule. Têtus, ils le furent, Teutons, ils le restent. Titanesques, ils le deviennent. Rapellez-vous 2002, ils avaient qui comme joueurs de classe mondiale ? Ballack ? Kahn ? Maintenant ils sont au moins une vingtaine. Combien ont quitté la Bundesliga ? Un ! TonyKroos. 16 des 23 champions du Monde jouaient au pays. Et ce n'est pas fini. La moyenne d'âge de la Bundesliga vient encore de baisser, pour tomber à 25 ans. Les U19 ont été champions d'Europe cet été. Reste plus qu'à espérer que le Bayern ne soit pas champion sinon l'hégémonie va devenir étouffante. Il ne le sera pas. Sûr et certain. Y a des signes qui ne trompent pas. Lors de la première journée, Dortmund a été battu 0-2 par Leverkusen pendant que les Bavarois s'imposaient 2-1 contre Wolfsbourg. Exactement comme lors de la journée inaugurale de la saison 2010/11. Celle qui a vu Dortmund redevenir champion. Y a pas de hasard. Ajoutons que le Bayern n'a jamais été champion la saison qui suit la Mannschaft championne du Monde. Ni après les CDM de 2006 et 2010 d'ailleurs. Après Dante meneur de jeu, v'là que des stats à la con nous font rêver. Le foot rend vraiment fou. Têtus, ils le furent. Teutons, ils le restent. Titanesques, ils le deviennent.