Dans une bouffée de nostalgie, le Standard doit parfois penser à cette époque, à l'été 2009. Dans une ambiance d'enfer, il avait conquis un deuxième titre d'affilée. Les Rouches semblaient prendre le pouvoir du football belge. D'un coup, le Standard avait refait son retard financier sur Anderlecht, grâce aux quinze millions de la Ligue des Champions. Il semblait s'appuyer sur une base financière solide et un engagement qui n'ôtait rien à la subtilité et à la finesse de son jeu.
...