Ses débuts dans le football furent laborieux. Il commença en 1995 à l'Atletico Basanez, un petit club uruguayen méconnu, mais il ne parvenait pas à nouer les deux bouts. Il s'était marié très jeune et ses revenus footballistiques se révélaient insuffisants pour nourrir les siens. Son père était décédé peu de temps avant et il avait donc toute une famille à charge. Pour s'en sortir, il travailla la nuit comme garde de sécurité, peintre et même éboueur. Le matin, il partait s'entraîner.
...

Ses débuts dans le football furent laborieux. Il commença en 1995 à l'Atletico Basanez, un petit club uruguayen méconnu, mais il ne parvenait pas à nouer les deux bouts. Il s'était marié très jeune et ses revenus footballistiques se révélaient insuffisants pour nourrir les siens. Son père était décédé peu de temps avant et il avait donc toute une famille à charge. Pour s'en sortir, il travailla la nuit comme garde de sécurité, peintre et même éboueur. Le matin, il partait s'entraîner. En 1997, alors qu'il était facteur, un entraîneur, JavierRevetria, lui tendit une perche. Celui-ci fut séduit par le meilleur buteur de l'Atletico Basanez et l'engagea au Penarol. WalterPandiani toucha un salaire dix fois supérieur à ce qu'il gagnait dans son club d'origine. Après deux saisons et demie au Penarol, il signa au Deportivo. A son palmarès, figurait déjà un titre de champion d'Uruguay, mais il était encore loin d'être une vedette. C'est surtout en Espagne qu'il étoffa sa carte de visite. En trois années, d'abord à La Corogne puis à Majorque, il remporta deux Coupes du Roi et deux Supercoupes. Sa saison actuelle, qui marque son retour en Galice, se révèle toutefois la plus prometteuse : il marqua lors des six premières journées de championnat. Sachant que, ces deux dernières saisons, le meilleur buteur de la Liga était toujours l'attaquant du Depor ( DiegoTristan d'abord, RoyMakaay ensuite), il rêve de conquérir à son tour le titre de Pichichi. " Je suis plus mûr qu'autrefois ", affirme-t-il. " J'ai joué 40 matches sous le maillot de Majorque, et ceux-ci m'ont permis d'améliorer mon positionnement, ma technique et ma confiance. Ce séjour dans les îles Baléares fut très important pour ma carrière. GregorioManzano (aujourd'hui à l'Atletico Madrid) a l'art de tirer la quintessence des footballeurs dont il dispose. En revenant à La Corogne, j'ai eu une bonne discussion avec JavierIrureta, qui a aplani les différends d'autrefois. Je suis confronté à un lourd héritage. Mais les défis ne m'ont jamais effrayé. Je me suis fixé un objectif : inscrire 20 buts. La saison dernière, à Majorque, j'avais fixé la barre à 15 et j'ai échoué à 14 ". (D. Devos) INAKI SAEZ, le coach de l'équipe nationale, a été confirmé dans ses fonctions pour deux années supplémentaires à la suite de la qualification pour l'EURO 2004. Son contrat court désormais jusqu'à la Coupe du Monde 2006. AngelMariaVillar, le président de la fédération espagnole, regrette " la pression trop intense que l'on a fait peser sur lui lors des barrages contre la Norvège ". DIMITRIPITERMAN, l'homme d'affaires qui fut à la tête de Palamos et de Santander (où il détient toujours 25 % des actions), envisage de racheter le Sporting Gijon. BUTEURS : 1. Ronaldo (Real) 9 buts ; 2. Pandiani (Deportivo), Torres (Atletico), Mista (Valence) 7 ; 5. Eto'o (Majorque) 6.