PAR BENEDICT VANCLOOSTER
...

PAR BENEDICT VANCLOOSTERL'hiver passé, quand Sven Nys a été élu Sportif de l'année, notamment grâce à des voix francophones, il a invité les organisateurs de cyclocross à ne plus dédaigner le sud du pays. Ses paroles ont été entendues. Samedi prochain, la Citadelle de Namur organise une épreuve qui accueille la crème de la discipline. Jusqu'à cette saison, une seule épreuve wallonne était inscrite au calendrier international : le GP de Dottignies. Le cross de la commune de Mouscron attire surtout des supporters flamands. Le cyclocross vit grâce à la Flandre et n'a guère de passé ni de tradition dans le sud, où on préfère le VTT. La Wallonie n'a plus organisé de championnat de Belgique de la discipline depuis dix ans et les organisateurs flamands resteront aux commandes jusqu'en 2014 au moins. Il faut remonter à 1966 pour trouver trace d'un spécialiste wallon dans le top dix d'un championnat de Belgique pour Elites. Pourtant, l'épreuve namuroise réunit tous les atouts pour réussir. Elle ouvre le trophée de la Gazet van Antwerpen, un privilège qui revenait depuis des années au légendaire cross du Koppenberg. Elle est ainsi assurée d'un plateau motivé, de grande qualité. Sporza et la RTBF diffusent le cross en direct. Actuellement, de plus en plus d'organisateurs préfèrent un circuit rapide, dans l'espoir de conserver le suspense le plus longtemps possible. Le circuit de Namur, dessiné par l'ancien champion du monde Roland Liboton, est spectaculaire mais s'inscrit en porte-à-faux avec cette tendance. Nys a déjà reconnu le parcours et il est impressionné, malgré son expérience : " Beaucoup de coureurs rêvent d'un tel parcours depuis longtemps. " La Ville de Namur ne peut rêver meilleure promotion pour la célèbre Citadelle, que le motocross a déjà inscrite dans l'histoire du sport. Fait important, les sponsors des deux vedettes, Niels Albert et Nys, applaudissent ce passage de frontière linguistique. Le BKCP (Beroepskrediet/Crédit professionnel) et le Landbouwkrediet (Crédit agricole) possèdent des agences en Wallonie. Pour émerger, le cyclocross wallon a besoin d'une vedette locale. Quentin Bertholet (Telenet-Fidea), âgé de 22 ans et originaire de Tournai, est le mieux placé pour remplir ce rôle. Au dernier Mondial Espoirs, à Hoogerheide, il a terminé sixième et meilleur Belge. Bertholet a attrapé le virus du cyclocross tout petit, en assistant à l'épreuve de Dottignies. Qui sait ? La course de samedi prochain incitera peut-être les jeunes Wallons à marcher sur ses pas...