Après avoir exploré les grandes rivalités du football, notre voyage continue. A la recherche cette fois-ci des clubs historiques, parfois oubliés, souvent savoureux. Notre première halte nous conduit aux portes de l'Allemagne, dans la septième ville de France, coincée entre le Rhin et son petit affluent, l'Ill. Strasbourg, coiffée par sa magnifique cathédrale commencée au 12e siècle et achevée au 15e, est un résumé de l'histoire européenne. Du parlement européen à la Meinau, le stade du RC Strasbourg, il n'y a qu'un pas. Et là auss...

Après avoir exploré les grandes rivalités du football, notre voyage continue. A la recherche cette fois-ci des clubs historiques, parfois oubliés, souvent savoureux. Notre première halte nous conduit aux portes de l'Allemagne, dans la septième ville de France, coincée entre le Rhin et son petit affluent, l'Ill. Strasbourg, coiffée par sa magnifique cathédrale commencée au 12e siècle et achevée au 15e, est un résumé de l'histoire européenne. Du parlement européen à la Meinau, le stade du RC Strasbourg, il n'y a qu'un pas. Et là aussi résonnent les souvenirs du passé. Mais d'un passé glorieux. Celui des années Gilbert Gress, l'emblématique entraîneur franco-suisse qui décrocha le titre de champion de France en 1979. Celui des années 90 lorsque l'épopée européenne conduisit au renversement de Liverpool ou des Glasgow Rangers (1998). Là aussi, on a vécu au rythme de l'histoire européenne. Le club connut même ses premières années dans le championnat allemand avant de rejoindre la compétition française après la première guerre mondiale et de marquer sa francisation en adoptant le patronyme de Racing Club, en hommage au RC Paris, la plus grande formation française de l'époque. Durant la seconde guerre mondiale, alors que les habitants de Strasbourg émigrèrent dans le sud de la France, le RC disputa même une saison... à Périgueux, remportant le championnat de Dordogne. Un club alsacien, champion de Dordogne, on n'y aurait même pas pensé ! Aujourd'hui, les supporters regardent 1979 emplis de nostalgie. Cette époque où il était encore possible de remporter un titre avec sept joueurs natifs d'Alsace. Ils se souviennent également du seul parcours en Coupe des Champions, stoppé en quart de finale par le grand Ajax. Et des débordements qui ont secoué la Meinau en 1980 lorsqu'ils portèrent en triomphe l'Ange de la Meinau, Gilbert Gress, qui venait d'être limogé par le président pour divergences de vue. Ce temps semble bien loin. Les réalités financières ont bien vite rattrapé Strasbourg, qui de faillite en déclin, termina en CFA2 (5e division) en 2011. Pourtant, le club fait encore partie du patrimoine. En CFA2, le Racing a même réussi à attirer 10.000 spectateurs dans le derby face à Schiltigheim. Un élan nouveau, symbolisé par deux montées successives, a donné des ailes aux Alsaciens. Cette saison, en National (D3), le derby face à Colmar s'est joué devant...20.403 spectateurs, nouveau record de France à cet échelon. Strasbourg avait déjà battu, la saison dernière, le record d'affluence en CFA face à Mulhouse (20.044). Mais le club (17e sur 18) pourrait bien retrouver la CFA dès la saison prochaine, brisant le renouveau espéré. PAR STÉPHANE VANDE VELDE