Même si sa première sélection en équipe brésilienne date de 2003, Vagner Love (22 ans) n'était pas une priorité de l'ancien sélectionneur national de son pays, Carlos Alberto Parreira. Ce dernier le délaissa malgré son potentiel mais ce n'est pas le cas du nouveau patron des Sud-Américains : Dunga. Ce dernier a décidé de pas mal rajeunir l'effectif. Vagner Love l'a remercié à sa façon en signant, récemment, un très beau but sur une tête décroisée face au Pays de Galles.
...

Même si sa première sélection en équipe brésilienne date de 2003, Vagner Love (22 ans) n'était pas une priorité de l'ancien sélectionneur national de son pays, Carlos Alberto Parreira. Ce dernier le délaissa malgré son potentiel mais ce n'est pas le cas du nouveau patron des Sud-Américains : Dunga. Ce dernier a décidé de pas mal rajeunir l'effectif. Vagner Love l'a remercié à sa façon en signant, récemment, un très beau but sur une tête décroisée face au Pays de Galles. Le sociétaire du CSKA Moscou a-t-il gagné définitivement ses galons de titulaire en équipe nationale ? La concurrence est énorme car les attaquants brésiliens de haut vol ne manquent évidemment pas. La Ligue des Champions lui permettra d'avancer et de défendre ses arguments. Formé à Palmeiras, il n'a pas opté pour la facilité quand il décida de signer dans un club européen. Les propositions ne manquèrent pas et il signa finalement au CSKA. Style de jeu, mode de vie : tout était différent mais cela ne lui posa pas de problème. Certains disent que le CSKA, c'est d'abord Vagner Love. Il brilla comme d'habitude lors du troisième tour préliminaire face aux Slovaques de Ruzomberok. Chaque année, Love étale des progrès et est un des phares du championnat russe où, s'ils sont riches, les grands clubs peuvent aussi être impatients. Il résiste à tous les stress et n'est pas discuté. Rapide comme l'éclair, il fonce au plus vite dans l'axe et crée des espaces dans lesquels Daniel Carvalho, notamment, se fait un plaisir de se lancer. Redoutable finisseur, il ajoute une technique de haut de gamme à son art de finisseur. Cet homme est un de principaux atouts de Valeri Gazzaev, le coach moscovite, qui exploite parfaitement la palette des talents de son buteur. La Coupe de l'UEFA fut un premier pas important sur les chemins du progrès mais le défi est cette fois d'une autre nature. Il n'y aura plus d'effet de surprise comme ce fut le cas en 2005. Tous les atouts du CSKA et de sa principale force de frappe ont été décortiqués. Mais Vagner n'a pas dévoilé toutes ses partitions. Le coach des Moscovites, Valeri Gazzaev, est entré dans l'histoire en pilotant son club vers le premier succès d'une équipe de club russe dans le cadre d'une épreuve européenne : c'était face au Sporting du Portugal en Coupe de l'UEFA, en 2005. Sa formation proposait un football moderne : bien organisé en défense, technique, précis et rapide dans la ligne médiane, très concret à la finition. Cette formation domine le football russe. Le banc est très riche et, à chaque moment, l'entraîneur peut faire appel à des valeurs sûres comme DeividasSemberas, au centre de la défense, ou Olic, qui peut débloquer des problèmes offensifs quand Jo et Vagner Love se retrouvent à court de solutions. Les grandes lignes de force sont nombreuses mais trois pierres angulaires se détachent dans cet aréopage : le gardien de but, le meneur de jeu et l'attaquant de pointe. IgorAkinfeev est un des meilleurs portiers européens. DanielCarvalho distribue avec maestria et le rapide Vagner Love doit être tenu à l'£il par un ou plusieurs adversaires.