LE JEU UNE PHALANGE DE LÉGIONNAIRES

La Croatie a fêté sa troisième place au Mondial 1998 comme d'autres un sacre. Le succès de Zvonimir Boban, RobertProsinecki et autres Davor Suker, meilleur buteur du tournoi avec six goals, était capital pour cette jeune nation qui émergeait de la guerre civile. Le Hajduk Split et le Dinamo Zagreb se partagent tous les titres, à une exception, depuis la naissance d'un championnat croate. Terre fertile en talents footballistiques, la Croatie a pourtant un...

La Croatie a fêté sa troisième place au Mondial 1998 comme d'autres un sacre. Le succès de Zvonimir Boban, RobertProsinecki et autres Davor Suker, meilleur buteur du tournoi avec six goals, était capital pour cette jeune nation qui émergeait de la guerre civile. Le Hajduk Split et le Dinamo Zagreb se partagent tous les titres, à une exception, depuis la naissance d'un championnat croate. Terre fertile en talents footballistiques, la Croatie a pourtant un championnat peu attractif car les clubs étrangers lui raflent tous ses talents et la mauvaise santé financière des clubs nuit à la formation de nouveaux talents. La Croatie s'est qualifiée pour son troisième Mondial de rang grâce à sa victoire en Bulgarie et à ses deux succès contre la Suède. Darijo Srna et Dado Prso ont été les principaux buteurs de l'équipe, qui a marqué 21 buts. Le seul footballeur à être resté fidèle au championnat domestique jusqu'à présent est Niko, le fils du sélectionneur Zlatko Kranjcar. Ce médian offensif de Split, dangereux devant le but, n'a que 21 ans. C'est pourtant lui qui confère ses élans créatifs à l'équipe, qui est nettement plus fort en phase offensive que derrière. Cette phalange de légionnaires est expérimentée, avec le capitaine Niko Kovac et le défenseur central Josip Simunic (Hertha BSC) et l'avant Ivan Klasnic, qui reste sur une brillante saison au Werder Brême. Agé de 49 ans, Zlatko Kranjcar a succédé à Otto Baric, qui a démissionné après un EURO 2004 décevant. Lui-même ancien international yougoslave, il est un fervent adepte d'un football offensif et créatif. Une de ses premières mesures a été la sélection de son fils Niko. On l'a accusé de népotisme mais les performances du jeune homme, désormais considéré comme le plus grand talent croate, ont rapidement fait taire les critiques. Avant d'être sélectionneur, Kranjcar a entraîné le Dinamo Zagreb, avec lequel il a été champion à deux reprises, et le NK Zagreb, qui a remporté un titre sous sa conduite. L'avant de 1,90 mètre a éclos sur le tard. Transféré en France à 18 ans, il a joué pour Rouen, Ajaccio et l'AS Monaco. C'est là que le garçon à la queue de cheval, très fort sur les hauts ballons, a percé. Il a marqué quatre buts en Ligue des Champions contre la Corogne en 2003 (8-3). Deux semaines plus tard, à 28 ans, Dado Prso a pratiquement qualifié la Croatie à lui seul pour le Portugal, en marquant les deux buts de la victoire dans les barrages. Footballeur croate de l'Année, il a rejoint les Glasgow Rangers. Il mettra fin à sa carrière internationale après ce Mondial.