Marseille sorti par le Zenit Saint-Pétersbourg, ce n'est pas un cataclysme. Alors, pourquoi en parler ? Car, il s'agissait du dernier club français engagé dans une coupe européenne et que pour la cinquième fois en huit ans, la France n'a plus aucun représentant en quarts de finale (que ce soit en Ligue des Champions et en UEFA).
...

Marseille sorti par le Zenit Saint-Pétersbourg, ce n'est pas un cataclysme. Alors, pourquoi en parler ? Car, il s'agissait du dernier club français engagé dans une coupe européenne et que pour la cinquième fois en huit ans, la France n'a plus aucun représentant en quarts de finale (que ce soit en Ligue des Champions et en UEFA). Ce qui est un constat récurrent a cette fois-ci ému la presse française qui tente de trouver des solutions. Même le gouvernement s'y est mis puisque Bernard Laporte, secrétaire d'Etat aux Sports, vient de demander à Eric Besson, secrétaire d'Etat à la Prospective, une étude sur la compétitivité du football professionnel français. Quant aux médias, ils ont mis le point sur certaines aberrations. Certains ont vertement critiqué le comportement des clubs comme Bordeaux qui laissaient filer la Coupe UEFA pour se concentrer sur le championnat : " A quoi sert-il de se battre toute la saison pour décrocher une place européenne pour qu'une fois arrivé, on ne profite pas pleinement de l'expérience ?" D'autres ont apporté quelques solutions. Le journal L'Equipe a proposé la création d'une DNCG européenne. La France dispose en effet d'un organe de contrôle (DNCG), qui examine les finances des clubs de Ligue 1 et n'hésite pas à les rétrograder en cas de dettes trop importantes. Une DNCG européenne empêcherait certaines formations européennes (Chelsea) de s'endetter impunément. Des voix s'élèvent également pour une refonte du championnat. Revenir à 18 clubs pourrait s'avérer une solution. Cela désengorgerait le championnat et faciliterait la récupération des joueurs. Cependant, la Ligue 1 n'est pas le championnat européen qui compte le plus d'internationaux et qui souffre donc le plus d'une surchauffe du calendrier. L'Equipe a également démontré que les clubs français étaient frileux aux capitaux étrangers, synonymes trop souvent d'argent sale, et que cela pouvait nuire au développement du championnat. Mais n'est-ce pas tout à leur honneur de ne pas se laisser tenter par des fonds aux origines mystérieuses ? Enfin, cela pourrait nous faire sourire, mais les Français considèrent leurs cellules de recrutement trop peu professionnelles. " Les arrivées de dernière minute de joueurs au pedigree incertain sont rarement des réussites, sauf pour les intermédiaires rémunérés ". Ce constat vaut également pour le championnat de Belgique. RIO MAVUBA, le médian de Lille, est considéré comme le meilleur transfert du mercato hivernal d'après L'Equipe. Il devance Nadir Belhadj, le défenseur lensois et Loïc Remy, l'attaquant lensois. Au niveau des flops, c'est Souza, la recrue parisienne qui décroche la palme. JULIEN SABLE, ancien capitaine de Saint-Etienne et médian de Lens, a été désigné par France Football comme flop de la saison. Il devance Kader Keita (Lyon) qui vient pourtant de marquer trois fois en deux rencontres, Patrick Kluivert (Lille), Boudewijn Zenden (Marseille) et Sylvain Wiltord (Rennes). ANTHONY RÉVEILLÈRE, le défenseur de Lyon, a été au centre de la critique toute la semaine suite à son tackle assassin sur le médian brésilien de Bordeaux Wendel. Le défenseur n'avait même pas été exclu. JUSTINE HENIN a donné le coup d'envoi de la rencontre Monaco-Lyon. CLAUDE PUEL a lancé une petite phrase assassine en disant que son club pouvait gagner avec un seul attaquant. Cela faisait référence aux critiques de Nicolas Fauvergue et Kevin Mirallas sur la frilosité offensive. Contre Lens (victoire 1-2) et Caen (victoire 5-0), c'était Mirallas qui occupait le poste d'unique avant-centre. ROD FANNI, le défenseur de Rennes, s'est fracturé la malléole interne de la cheville droite. Saison terminée. KARIM BENZEMA, l'attaquant de Lyon, a prolongé son contrat jusqu'en 2013. CAEN n'a toujours pas gagné en 2008 et a encaissé 21 buts (sur 41) depuis janvier. Les Normands ont la 2e moins bonne défense. STéPHANE VANDE VELDE