Le Real Madrid avait un début de saison relativement facile, sur papier : le calendrier lui proposait d'affronter deux néo-promus lors des deux premières journées. Il s'est d'abord imposé difficilement à Cadix (1-2), puis a courbé l'échine au stade Santiago Bernabeu face au Celta Vigo (2-3). Dans la foulée, il a été humilié à Lyon lors de la première journée de Ligue des Champions (3-0). Il n'en a pas fallu plus pour que la presse se déchaîne. Les critiques visaient particulièrement l'entraîneur brésilien Wanderley Luxemburgo.
...

Le Real Madrid avait un début de saison relativement facile, sur papier : le calendrier lui proposait d'affronter deux néo-promus lors des deux premières journées. Il s'est d'abord imposé difficilement à Cadix (1-2), puis a courbé l'échine au stade Santiago Bernabeu face au Celta Vigo (2-3). Dans la foulée, il a été humilié à Lyon lors de la première journée de Ligue des Champions (3-0). Il n'en a pas fallu plus pour que la presse se déchaîne. Les critiques visaient particulièrement l'entraîneur brésilien Wanderley Luxemburgo. Roberto Carlos le défend : " Chaque entraîneur a ses idées. Il ne changera pas d'avis sous la pression. Je suis d'ailleurs persuadé que le temps lui donnera raison ". Robinho, qui a connu Luxemburgo à Santos, abonde dans le sens de son compatriote : " Avec ce système-là, il a conquis de nombreux titres ". L'ancien coach du Real Madrid, Carlos Queiroz, redevenu l'adjoint de Sir Alex Ferguson, à Manchester United, y est également allé de son commentaire mais en visant davantage les dirigeants. " Les résultats obtenus lors de la saison 2003-2004 tenaient du miracle, vu les joueurs que j'avais à ma disposition ", déclara-t-il sur les ondes d'une radio espagnole alors qu'il était en visite à Villarreal dans le cadre de la Ligue des Champions. " D'ailleurs, depuis mon départ, quatre entraîneurs se sont succédé et aucun n'a obtenu de bons résultats ". Lors du déplacement de dimanche soir à l'Espanyol, Thomas Gravesen a fait les frais du mauvais début de saison. Titulaire indiscutable depuis son arrivée, le médian récupérateur danois a accepté son éviction. Celle-ci fait le bonheur de l'Uruguayen Pablo Garcia, titularisé pour la première fois en Liga (après l'avoir déjà été à Lyon, mais aux côtés de Gravesen dans un système à deux récupérateurs). LIONEL MESSI, le jeune prodige argentin du FC Barcelone, a prolongé son contrat jusqu'en 2014. Il n'avait pas joué lors des deux premières journées de championnat, car il y avait un vide juridique : vivant en Espagne depuis l'âge de 14 ans, on se demandait s'il pouvait être assimilé à un Espagnol ou s'il devait être considéré comme le 4e joueur extra communautaire. En revanche, l'UEFA a donné son feu vert pour qu'il s'aligne en Ligue des Champions. PAOLO CASTELLINI, le défenseur italien du Betis Séville, peut rejouer en Liga un an après avoir été victime d'une grave blessure au genou. Il lui reste quatre ans pour prouver sa valeur, puisqu'il est encore sous contrat jusqu'en 2009. ARIZA MAKUKULA, l'attaquant congolais du FC Séville, a moins de chance : blessé au genou à son tour, il sera indisponible pendant au moins six mois. JAVIER SAVIOLA, blessé également, est out pour un mois. KIA sera sponsor de l'Atletico Madrid pendant trois saisons. BUTEURS : 1. Arango (R. Mallorca), Eto'o (Barcelona), Nené (Alavés), Riki (Getafe) 3 buts; 2. entre autres Ronaldo (Real Madrid) 2 buts.(D. Devos)