L'AS Rome est furax. Elle en veut aux arbitres, qui multiplient les décisions douteuses à son encontre. La défaite à Milan, lors d'un match dirigé par Pierluigi Collina, a été la goutte de trop. Une partie des actionnaires a décidé, le plus sérieusement du monde, de déposer plainte contre les arbitres, pour leur avoir occasionné des dommages économiques. C'est que l'AS est cotée en bourse et que le...

L'AS Rome est furax. Elle en veut aux arbitres, qui multiplient les décisions douteuses à son encontre. La défaite à Milan, lors d'un match dirigé par Pierluigi Collina, a été la goutte de trop. Une partie des actionnaires a décidé, le plus sérieusement du monde, de déposer plainte contre les arbitres, pour leur avoir occasionné des dommages économiques. C'est que l'AS est cotée en bourse et que le moindre coup de sifflet a des conséquences dramatiques. Une volée de Romains a déjà dû comparaître devant la commission disciplinaire pour insulte à arbitre, depuis le président Sensi à l'entraîneur Fabio Capello, en passant par des joueurs, comme Christian Panucci. Ce sont là des réactions de frustration. L'AS Rome est huitième en Série A. Elle peut déjà oublier le titre. En Ligue des Champions, elle n'a pas le moindre point, dans sa poule. Seul Francesco Totti, pourtant longtemps blessé,joue à son niveau habituel. Gabriel Batistuta est dans une mauvaise passe. L'Argentin semble plus occupé à se chercher une équipe pour l'année prochaine qu'à jouer. Ses collègues de l'attaque, Marco Delvecchio et Vincenzo Montella, passent quasiment inaperçus. Antonio Cassano, le grand talent, malheureusement capricieux, qui doit remplacer Totti, a déjà été suspendu pour raisons disciplinaires. La défense, si prisée, il y a peu connaît des difficultés. Les prévisions alarmistes de Capello semblent se réaliser. Le président lui avait tapé sur les doigts quand il avait déclaré ne pas pouvoir obtenir davantage de la Roma que la saison passée, soit la deuxième place. Le coach se justifiait: "On n'a pratiquement pas réalisé de transferts, à part quelques médians libres comme Josep Guardiola, Traianos Dellas". Capello voulait à tout prix Edgar Davids, de la Juventus. Sensi avait répliqué qu'il n'avait qu'à démissionner s'il ne s'estimait pas de taille à relever le défi. Trois mois plus tard, aucun des nouveaux ne figure dans l'équipe fanion. Capello, dont le contrat court jusqu'en 2005, restera-t-il au terme de la saison? S'il part, la Roma cherchera une alternative en Italie. (G. Foutré)