Quelles sont vos occupations favorites en dehors du football?

Lukasz Kubik (24 ans, FC Malines): Je surfe beaucoup sur Internet. Je chatte avec des amis mais je surfe aussi. éa me permet de lire les journaux polonais. Je visite régulièrement le site de Malines. L'ordinateur constitue une source d'informations à mes yeux. Les journalistes polonais me suivent mais en général, ils se contentent de communiquer les résultats de Malines. Ils ne distillent davantage d'informations que quand j'ai marqué. La Pologne estime que le championnat belge ne représente pas grand-chose.
...

Lukasz Kubik (24 ans, FC Malines): Je surfe beaucoup sur Internet. Je chatte avec des amis mais je surfe aussi. éa me permet de lire les journaux polonais. Je visite régulièrement le site de Malines. L'ordinateur constitue une source d'informations à mes yeux. Les journalistes polonais me suivent mais en général, ils se contentent de communiquer les résultats de Malines. Ils ne distillent davantage d'informations que quand j'ai marqué. La Pologne estime que le championnat belge ne représente pas grand-chose. Quel genre de musique aimez-vous?Surtout de la R&B, mais je n'ai pas vraiment de groupe ou d'artiste favoris. Disons que j'aime la musique populaire, en général.Regardez-vous beaucoup la télévision?Beaucoup de football, en tout cas! J'essaie de regarder tous les matches, ce qui énerve parfois Tessa. Sinon, je regarde de temps en temps un film sur Internet.Sortez-vous souvent?Non et ça ne me dit pas grand-chose. Lorsque je sors, c'est généralement en compagnie de Tessa. Nous ne sommes pas des sorteurs mais quand nous faisons une virée, nous nous rattrapons. J'ai peu de temps à consacrer à ce genre de choses car je dois me lever très tôt pour aller à l'entraînement ou être frais en prévision des matches.Si vous deviez emporter un objet sur une île déserte, que serait-ce?Tessa, de toute façon mais ce n'est pas un objet évidemment! Un ballon de football alors. Au moins, je pourrais m'amuser un peu.Qu'auriez-vous fait si vous n'aviez pas réussi à émerger dans le football professionnel?Je serais sans doute cuisinier (il rit). Lorsque j'ai dû choisir mon orientation, j'ai hésité entre l'école de sport et celle de cuisine. Mais je suis heureux d'être devenu footballeur. Je suis passionné depuis mon plus jeune âge. Mon père et mon frère aîné ont également joué et j'ai suivi leur exemple. Est-ce vous qui êtes aux fourneaux, à la maison?(D'un ton résolu). Non! Pour le moment, on dirait même que j'ai deux mains gauches. Le seul plat que je parvienne à réussir, ce sont les crêpes (il rit). Non, sérieusement, c'est Tessa qui cuisine et j'essaie de l'aider de mon mieux. Par exemple, quand nous mangeons des spaghetti, l'un prépare la sauce et l'autre cuit les pâtes. Nous allons régulièrement manger un bout au restaurant. Quelle est la spécialité de Tessa?Les pommes de terre rôties. Je ne savais même pas comment on préparait ça: d'abord les cuire puis les rôtir... C'est un plat simple mais j'en raffole! Sinon, j'aime les pizzas et les steaks.Si vous pouviez changer quelque chose à votre personnalité...Je voudrais éviter d'arriver en retard. Souvent, ce n'est que d'une minute, mais je suis toujours en retard. A une exception près: à l'entraînement, je suis toujours ponctuel! Je voudrais aussi me laisser moins influencer par certaines choses. Je m'énerve trop facilement.Et si vous pouviez changer un trait de caractère de Tessa?Elle est végétarienne et j'aimerais qu'elle y renonce. Non que je veuille l'obliger à manger de la viande mais ce serait chouette de pouvoir savourer ensemble un bon steak. J'ai également d'autres habitudes alimentaires: en Pologne, on ne mange pratiquement que de la viande. Par principe, Tessa n'en consomme pas mais je respecte son point de vue.Comment voyez-vous votre avenir?Plus tard, je voudrais être fier de ma carrière et me dire que j'en ai retiré le maximum. Je souhaite aussi continuer à vivre heureux avec Tessa et mener une vie paisible, sans trop de soucis. Pour l'instant, nous sommes heureux de notre situation. Nous avons le temps de songer au mariage et d'avoir des enfants. Nous ne voulons rien précipiter.Comment avez-vous fait la connaissance de Lukasz?Tessa De Mos (20 ans): Grâce au football. Nous sommes ensemble depuis environ cinq mois. D'abord, nous étions de bons amis et nous sommes sortis quelques fois en bande. Je suis arrivée une heure en retard à notre premier vrai rendez-vous. Je m'étais trompée de chemin mais Lukasz m'a bravement attendue. Nous avons passé une soirée agréable, nous avons longuement conversé et le courant est passé des deux côtés. On ne peut pas dire que ce fut le coup de foudre immédiat. Quel aspect de son travail vous cause-t-il le plus de problèmes?Aucun car j'ai passé toute ma vie dans le monde du football - Tessa est la fille aînée d'Aad De Mos. Je n'ai rien connu d'autre. Je comprends très bien Lukasz car mon père a lui-mêmevécu tout ça. J'adore le football et il me manquerait cruellement s'il disparaissait de ma vie. J'ai toujours hâte de voir la saison recommencer. Je vis chaque match avec passion. Avant, je suivais les matches des équipes que mon père entraînait, maintenant, ceux de Lukasz. Je peux me prétendre supporter de Malines. Comment vivez-vous les événements qui secouent Malines?éa entre par une oreille et ça sort par l'autre. Je me contente d'assister aux matches. Pour le reste, ce qui compte, c'et que Lukasz joue bien et qu'il soit heureux. J'ai un excellent contact avec les supporters. Ils me connaissent et me respectent, pour moi-même. éa me va droit au coeur.Etes-vous sportive?Pas vraiment. J'essaie quand même d'avoir une activité. En hiver, par exemple, je m'adonne au tennis. La plupart des gens le pratiquent en été mais je n'en ai pas eu le temps. Je vais donc m'y mettre dans les prochains mois. Je consacre mon temps à Lukasz et à mes études. J'étudie le droit à Tilburg. L'année académique vient de reprendre: elle a un mois d'avance sur la Belgique. L'année prochaine, je suivrai la spécialisation droit du sport. J'espère ainsi devenir manager plus tard.Vous poursuivez vos études aux Pays-Bas. N'est-il pas difficile de voir Lukasz régulièrement?Nous nous débrouillons car j'habite la moitié du temps chez Lukasz à Malines et l'autre moitiéà Eindhoven. Je le vois trois à quatre jours par semaine et nous nous téléphonons régulièrement. La situation n'est pas difficile: quand je suis aux Pays-Bas, Lukasz peut se concentrer sur le football et moi sur mes études.Qu'appréciez-vous le plus en lui?Son aptitude au dialogue. Je peux vraiment lui parler de tout. Son défaut, c'est son incapacité à dire non. Ce n'est pas grave quand il s'agit de moi, mais parfois, il faut pouvoir s'affirmer face aux autres.Comment vous décririez-vous?Sûre de moi! Mais aussi honnête et fiable. Entêtée. (Lukasz rit: "éa, on peut le dire"!). Quand j'ai une idée en tête, je la suis jusqu'au bout et je veux atteindre mon objectif coûte que coûte. Lukasz est-il romantique?Certainement. Nous avons été séparés pendant trois semaines, quand il est retourné en Pologne. Il m'a offert un bouquet de roses. J'ai trouvé ça charmant et ça m'a touchée.Quelle est votre plus grand sujet d'anxiété?J'ai peur de perdre les gens que j'aime. Je suis très attachée à ma famille et à mes amis.A quoi ressemblent vos vacances idéales?Au repos, sur une plage, aller boire un verre à une terrasse ou manger un bout, des choses pareilles. Les vacances sont synonymes de repos... J'aime paresser. Mes destinations favorites sont Ibiza et Dubai.Contre quel homme pourriez-vous échanger Lukasz?Brad Pitt, je pense. Je le trouve formidable. Il a une aura particulière. J'aimerais le rencontrer. D'ailleurs, c'est mon acteur favori. Ilse Peleman