Abbas Bayat aime le football britannique. Ce n'est un secret pour personne. Et c'est lui qui se tourna vers Tommy Craig (59 ans), une fois d'autres pistes écartées, pour lui demander s'il ne voulait pas revenir. " Il m'a demandé si j'étais intéressé par la fonction. J'ai répondu par l'affirmative ", explique Craig. Mais pourquoi avoir rappelé l'adjoint et non John Collins ? Sans doute parce que l'ancien international s'était répandu dans la presse pour critiquer noblement les conditions de travail à Charleroi. Craig, qui manifestait le même avis que Collins, ne l'a, lui, jamais fait savoir.
...

Abbas Bayat aime le football britannique. Ce n'est un secret pour personne. Et c'est lui qui se tourna vers Tommy Craig (59 ans), une fois d'autres pistes écartées, pour lui demander s'il ne voulait pas revenir. " Il m'a demandé si j'étais intéressé par la fonction. J'ai répondu par l'affirmative ", explique Craig. Mais pourquoi avoir rappelé l'adjoint et non John Collins ? Sans doute parce que l'ancien international s'était répandu dans la presse pour critiquer noblement les conditions de travail à Charleroi. Craig, qui manifestait le même avis que Collins, ne l'a, lui, jamais fait savoir. " Si je n'ai pas donné suite en juillet, c'est parce qu'on s'était engagé, Collins et moi, à ne rester que sept mois et qu'au bout de ce laps de temps, on avait décidé de retourner en Ecosse. " Mais pourquoi revenir seul et sans Collins ? " Vous savez, même si on a travaillé ensemble, ces dernières années, nous ne formions pas une seule entité. Nous sommes deux personnes dissociables. J'ai téléphoné à Collins vendredi pour lui annoncer la nouvelle et il m'a dit - Good luck. " " J'ai été surpris par la nouvelle ", explique Collins, " mais Tommy doit travailler. Il n'est pas comme moi, il n'a pas le choix. Il n'avait pas de solutions en Ecosse et il y avait longtemps qu'il n'avait pas eu l'opportunité d'être numéro un. " Et, lui, aurait-il accepté le job ? " Vous êtes fou ? ", lâche Collins. Tommy Craig n'est pas n'importe qui. Il a une longue carrière derrière lui. Comme médian, il fit les beaux jours d'Aberdeen, de Sheffield Wednesday (record de transfert du club à l'époque), de Newcastle (où il fut capitaine), d'Aston Villa, de Swansea, Carlisle et Hibernian où il termina sa carrière de joueur en 1985 avec une sélection écossaise en poche (en 1976 contre la Suisse). C'est à Hibernian qu'il débuta sa carrière d'adjoint et fit la connaissance de Collins, lancé en équipe première à 17 ans. Craig occupa la même fonction au Celtic (Collins rejoignit le Celtic quelques années plus tard) et à Aberdeen. Comme T1, Craig a l'expérience de l'équipe nationale -21 ans de l'Ecosse et de la Réserve de Newcastle (huit ans et demi). En 2006, il fut remercié par Newcastle. Collins lui demanda alors d'être son adjoint à Hibernian. Lorsque Collins démissionna, ce fut Craig qui assura l'intérim durant quatre rencontres. " C'est mon ami, mon papa, mon frère ", se réjouit Collins qui travaille actuellement comme consultant pour Skysport et ESPN, " et pour lui, c'est une belle opportunité. C'est un homme travailleur, honnête qui connaît le foot sur le bout des doigts. C'est également le meilleur entraîneur de terrain que j'ai connu. Il est direct mais dans une autre langue, ce sera sans doute parfois un peu frustrant pour lui. Car il ne parle pas un mot de français et avec ce groupe, cela pourrait s'avérer un handicap. Par contre, Abbas Bayat connaît ses compétences et sait qu'il possède beaucoup d'expérience. C'est aussi une reconnaissance du travail qu'on a effectué en fin de saison passée. " " Tout le monde dit de Charleroi que c'est un club difficile avec de nombreux problèmes ", dit Craig, " moi j'aimerais changer cette image-là. J'aimerais apporter un peu de succès à cette région. " Arrivé avec un contrat d'un an et demi, Craig ne compte pas modifier son approche du football, une fois devenu T1. " Ce sera le même Tommy Craig que la saison passée. Dans toute ma carrière, j'ai toujours voulu faire progresser les joueurs. "