Faisons un saut dans le temps pour nous retrouver le 11 octobre 2008. Les membres de la Tartan Army (surnom des fans de l'équipe d'Ecosse) sont 50.000 à Hampden Park pour encourager leur sélection face à la Norvège. L'Ecosse ne peut raisonnablement viser que la deuxième place de son groupe car on se doute que les Pays-Bas seront inaccessibles. La deuxième place, c'est l'espoir d'aller à la Coupe du Monde 2010 via les barrages.
...

Faisons un saut dans le temps pour nous retrouver le 11 octobre 2008. Les membres de la Tartan Army (surnom des fans de l'équipe d'Ecosse) sont 50.000 à Hampden Park pour encourager leur sélection face à la Norvège. L'Ecosse ne peut raisonnablement viser que la deuxième place de son groupe car on se doute que les Pays-Bas seront inaccessibles. La deuxième place, c'est l'espoir d'aller à la Coupe du Monde 2010 via les barrages. Au repos, le score est toujours de 0-0. C'est le moment que choisit la BBC pour enregistrer, dans le cadre de son émission Children in Need, la chanson légendaire de l'équipe écossaise au Mondial 1982 : We have a dream. La version karaoké défile sur l'écran géant et 50.000 personnes la chantent en ch£ur. Plus tard, on en fera un CD. Pour les fans, ce moment restera le plus émouvant du match car celui-ci se termine sur un score nul et vierge. Au bout des qualifications, la Norvège sera deuxième, l'Ecosse seulement troisième. Et au moment du décompte final, les Norvégiens sont les plus mauvais deuxièmes de tous les groupes et ils ne peuvent donc pas participer non plus aux matches de barrage. Mais pourquoi parler de cette soirée ? Pour montrer qu'il n'y a finalement pas si longtemps que la Tartan Army a encore eu l'occasion de rêver et de s'enflammer pour son équipe nationale. Quatre ans plus tard, pourtant, il ne reste pratiquement rien de ce rêve. En 2008, George Burley était encore sur le banc. Fin 2009, il fut remplacé par Craig Levein, qui venait de Dundee United. Un choix que beaucoup approuvèrent car la plupart des meilleurs entraîneurs écossais ont déjà du boulot en Premier League ou en D2 anglaise. Et de tous ceux qui étaient restés au pays, Levein était un des meilleurs. Il avait d'ailleurs été un bon petit défenseur. Il avait même participé à la Coupe du Monde 1990 et avait fait pratiquement toute sa carrière au service de Hearts of Midlothian, une équipe d'Edimbourg, tout comme Hibernian. Mais il était souvent blessé au genou et n'avait pas la réputation d'être un tendre. C'est ainsi qu'un jour, à l'occasion d'un match amical contre Raith Rovers, et alors qu'il était capitaine, il s'était disputé avec son équipier Graeme Hogg et lui avait cassé le nez. Il avait écopé de 12 matches de suspension... " Profitez bien de cet accueil chaleureux car ça ne durera probablement pas ", lui lança le modérateur d'un colloque auquel il participa juste après sa nomination au poste de sélectionneur fédéral. C'était sa première apparition en public et il répondit gentiment aux questions de supporters enthousiastes. Mais le modérateur avait raison : quatre ans plus tard, la gentillesse a fait place à de l'animosité. Voici peu, lors du match contre la Macédoine, au moment où les caméras firent un gros plan sur lui et que sa tête apparut en grand sur l'écran géant de Hampden Park, les gens se mirent à siffler. Et encore, ils n'étaient " que " 32.000, un record négatif depuis le dernier match de Craig Brown face à la Lettonie, en 2001. On parla aussi beaucoup du fait que Levein portait des lunettes de soleil alors que le match avait lieu en nocturne. C'était un conseil de son opticien parce que l'éclairage lui donnait la migraine... Si l'opinion à son égard a tellement changé, c'est à cause des résultats. Depuis son arrivée, l'Ecosse a disputé dix rencontres de qualification (8 pour l'EURO, 2 pour la Coupe du Monde) et elle n'en a gagné que trois : une face à la Lituanie et deux contre le Liechtenstein... Voici peu, un membre du staff technique de Manchester City est allé voir le match face à la Macédoine et il a estimé que l'équipe écossaise ne valait pas mieux qu'une formation moyenne de D2 anglaise ! Pourtant, comme les Diables Rouges, les Ecossais alignent plusieurs joueurs de PremierLeague : six contre la Serbie (0-0), sept contre la Macédoine (1-1). Avec Darren Fletcher qui se remet de l'infection intestinale qui a failli lui coûter la vie, l'Ecosse compte même un joueur de niveau mondial en ses rangs. Mais Levein ne parvient pas à faire tourner son équipe. A la fin mai, elle a été ridiculisée par les Etats-Unis en match amical (5-1). Et en qualifications pour la Coupe du Monde 2014, la Serbie et la Macédoine furent meilleures dans le jeu. La Tartan Army est en colère, la presse aussi. L'équipe nationale baigne dans une atmos-phère négative. Après deux matches nuls, un petit marrant a lancé sur Facebook un groupe Craig Levein for the sack (pour le limogeage de Levein). En 10 heures, il avait obtenu dix mille J'aime... La défense tient encore son rang. Elle se compose du gardien McGregor (Besiktas), Hutton (Aston Villa), Webster (Hearts), Berra (Wolverhampton) et Dixon (Huddersfield). Caldwell (Wigan) occupe le poste de médian défensif. Ces joueurs-là sont des guerriers. C'est sur le plan offensif que le bât blesse. Le 4-1-4-1 produit peu d'occasions et encore moins de buts. Dès lors, la presse et le public critiquent les choix du coach, qu'il s'agisse de la tactique (un attaquant et même aucun lors d'un match de qualification pour l'EURO contre la République Tchèque) ou de la sélection. Ce match chez les Tchèques remonte à deux ans mais il a laissé des traces. Déçu d'avoir dû suivre la partie depuis la tribune puis de ne pas avoir été appelé la fois suivante pour un match amical face aux Féroé, Steven Fletcher a envoyé un SMS à un membre du staff technique, l'avertissant qu'il ne faudrait pas compter sur lui début 2011 pour le match de Coupe des Nations en Irlande du Nord. Levein en prit bonne note et ne sélectionna plus le joueur. Face à la Macédoine et à la Serbie récemment, c'est Kenny Miller (32 ans, Vancouver Whitecaps) qui a évolué en pointe. A deux reprises, il se fit allumer par la presse et fut remplacé par Jordan Rhodes (22 ans), qui marque facilement en D2 pour les Blackburn Rovers. Mais Levein tient un discours ambigu au sujet de Rhodes. Avant le match face à la Serbie, il le porta aux nues. Pour lui, un but était un but, et Rhodes était un prédateur, un tueur qui pensait plus vite que l'adversaire. Mais après la rencontre, il estima que les médias en faisaient trop vite une star et qu'il n'était pas prêt pour le niveau international. Fletcher, qui était passé de Wolverhampton à Sunderland pour 15 millions d'euros (le transfert le plus cher de tous les temps pour un joueur écossais) et avait inscrit trois buts à l'occasion de sa deuxième rencontre, sentit que la chance lui souriait de nouveau. Lorsqu'un fan lui demanda sur Twitter s'il reviendrait au cas où le sélectionneur referait appel à lui, il répondit : " Yes ". Après avoir dit qu'il ne céderait pas, Levein a finalement accepté de reprendre le dissident, l'homme qui est parti sur un SMS et revenu via Twitter. Les médias écossais se sont emparés du sujet au cours des dernières semaines. Encore un peu plus de pression sur le groupe et son patron ! PAR PETER T'KINTDès sa nomination, on prévient Levein que l'accueil chaleureux ne durera pas !