À l'âge de quatorze ans, Jelle Schelstraete (32 ans) entraînait déjà trois équipes d'âge du Sparta Ursel, un petit club de Flandre orientale. La gestion et le football chez les jeunes étaient déjà sa passion. Pendant ses études en management sportif, il a également dirigé les gamins du Cercle Bruges, avant de rejoindre Courtrai en février 2011. Il y a do...

À l'âge de quatorze ans, Jelle Schelstraete (32 ans) entraînait déjà trois équipes d'âge du Sparta Ursel, un petit club de Flandre orientale. La gestion et le football chez les jeunes étaient déjà sa passion. Pendant ses études en management sportif, il a également dirigé les gamins du Cercle Bruges, avant de rejoindre Courtrai en février 2011. Il y a donc travaillé neuf ans, comme coach en catégories d'âge, puis comme manager. "Jelle est un chouette gars, qui a une excellente vision du football chez les jeunes", déclare Jelle Brulez, le manager commercial B2C du KVK. "Il sait comment ceux-ci peuvent se développer, humainement et footballistiquement. Il a une vision globale et n'a cessé de s'instruire durant toutes ces années." Ce qui est surprenant dans le choix du sélectionneur, c'est que son nouvel adjoint ne travaille pas pour un club réputé pour la promotion rapide de ses pépites en équipe première. Selon Brulez, cette situation n'empêche pas Schelstraete de se distinguer. "Comparez-le à quelqu'un qui, sur une accélération, s'accroche obstinément à la roue d'un grimpeur doté d'un modèle de vélo de course supersonique, dans l'ascension du Mont Ventoux. Il se fait remarquer. Pour recruter de jeunes footballeurs à Courtrai, il faut avoir de fameux arguments, car nos moyens sont limités." Schelstraete est encore très jeune. "Nous comptons en nos rangs beaucoup de jeunes, très travailleurs et très talentueux", précise Brulez. "C'est pour cela que nous leur offrons une chance." Dans sa tournée des clubs belges, Martinez a notamment visité l'académie de Courtrai et fait la connaissance de son futur assistant à cette occasion. Durant les deux prochaines années, le sélectionneur va le former, afin qu'il puisse lui succéder au poste de directeur technique.